Milleporte

il y a
1 min
110
lectures
88
Qualifié

Plutôt touche à tout, j'ai été journaliste, enseignante, directrice de café-théâtre, galerie d'art, engagée dans différentes associations culturelles. Toujours attirée par les arts en  [+]

Image de 2019
Image de Très très court
En cette soirée d’automne, seule et vaguement triste, je cherche comment endiguer ma mélancolie ; voyant une publicité pour une foire, je dirige mes pas vers ces bruits et ces lumières qui m’apporteront , je l’espère, un peu de gaieté.
Tout en croquant une pomme d’amour (ironie ou souhait?) j'achète un ticket d'accès au train fantôme; vais-je ressentir les mêmes sensations de frayeur mêlée de joie qu’autrefois?
Dans un grincement de roue, déjà, le train démarre et une porte s’ouvre sous les hurlements d'un squelette habillé que j’entrevois à peine.
Très vite, la vitesse augmente ; je perds ma pauvre pomme (symbole prémonitoire peut-être).
Se succèdent d’autres vociférations, des éclairs de lumières aveuglantes, des portes vivement décorées qui s’ouvrent bruyamment; la vitesse ne cesse d'augmenter; je suis prise dans un tourbillon ; je ne me sens plus reliée à la Terre; j'ai l'impression de me diluer dans l'espace;
Oubliée ma solitude, oubliées mes pensées maussades, oubliée la monotonie de ma vie.
Je n'ai plus de corps, plus de consistance; je deviens un ectoplasme; je suis vivante mais en dehors du temps ;
Je rejoins les pantins et les automates du train fantôme.
J'ai trouvé le sens de ma vie (ma voie!!) ; accrochée au-dessus des wagons de la fête foraine, j'accueille les voyageurs en rugissant comme mes nouveaux congénères à l'ouverture de la porte qui m'est dévolue.
Je suis passée de l'autre côté des portes dans l'Autre Monde en ce dernier jour d'octobre. Envoûtée à jamais, enfin sereine, pour moi commence la saison claire, résidant pour toujours dans la nuit mythique d'Halloween.
88

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,