1
min

Migraine entre les tombes

Image de Omuri

Omuri

0 lecture

0

Voilà qu'il avait encore ruiné son costard.
Il se dit qu'à force, il devait payer plus cher en vêtements qu'en munitions. Cette fichue migraine, qui comme toujours choisissait bien son moment n'allait pas tarder à lui scier le crâne. Cob ne sentait plus son bras. Il aurait apprécié savoir si c'était à cause de la balle où si l'infernale maladie qui l'affectait -comme tant d'autres- était responsable du fourmillement qu'il sentait dans toute la partie gauche de son corps. Cob l'entendait marcher. Ce pas d'éléphant, qu'il ne cherchait même pas à alléger résonnait clairement à ses oreilles entrainées. Après tout, le lascar avait toutes les raisons de penser que sa proie était une cible facile, vu l'échange presque hilarant qui s'était produit. Penchant sa tête, il épia brièvement hors de sa cachette et aperçu le faisceau lumineux qui était orienté à son opposé. Furtivement, il rejoignit le couvert d'un autel en granit noir afrique.
Ce détail retint son attention et il se dit que ce socle valait probablement plus cher que son appartement. Le fil de ses pensées fut interrompu par un claquement assourdissant comparable à un coup de tonnerre. Cob s'aplatit au sol et rampa aussi vite qu'il le put en direction de l'allée adjacente à celle où il s'était logé. Il avait réussi à dégainer le MAS G1 de sous son aisselle.
Arme au poing et en s'efforçant de ne pas faire crisser le gravier sous ses pas, il contourna l'endroit d'où la détonation avait retenti avec la ferme intention de faire comprendre à celui qui jouait les cowboys qu'il n'était pas d'humeur à jouer à cache-cache.
Au détour d'une stèle ornée de jolies dorures, il tomba nez à dos sur son poursuivant. De profil, celui-ci braquait avec une assurance quasi navrante le faisceau lumineux de la lampe torche accrochée sur son arme. Le faisceau oscillait dans l'allée que Cob avait traversé en rampant 20 secondes plus tôt.
Pas bien futé celui-ci, songea Cob en lui assénant un fouetté dans le foie qui plia son opposant en deux dans un cri étouffé.
Le coup de feu et l'effort physique avaient précipité sa migraine. Passées l'étape du voile sur les yeux, et des fourmillements, arriverait celle de la douleur pure, et avec elle bientôt l'état fiévreux. Il devait se dépêcher s'il voulait faire parler cet avorton avant de commencer à délirer sous l'effet de la douleur.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,