Ecrire pour s'amuser, écrire pour passer le temps. Je tente quelques textes. Prenez la liberté de commenter ; positif, négatif, tout est bon à prendre pour apprendre. Merci d'être  [+]

Ernest, debout sur le pas de sa porte, profite de la douceur matinale en buvant son café. Il balaye ses terres du regard et tourne les yeux du côté du village.

Une tête rousse déboule de la rue de l'église.

— Où vas-tu si vite ?
— Au croisement des pierres percées ! J'ai rendez-vous.
— Avec qui ? Tu as à peine douze ans, ne fais pas de bêtises !
— Ne t'inquiète pas, je vais retrouver Roland. Au fait, ta vache a-t-elle fait son veau ?

Michel n'attend pas la réponse et continue sa course.
Il entend cependant le chien de berger japper, dans l'attente d'une caresse que son maître ne lui donne pas.

Une grimace plus qu'un sourire se dessine sur le visage de l'homme. Ce gamin est incroyable, pense-t-il, quelle idée de passer son temps avec un renard !

A l'approche des grosses pierres, l'enfant aperçoit son ami qui l'attend de patte ferme.

— Ah te voilà ! Prêt pour la visite du Bois des Charmes ?
— Fin prêt !

Ils se dirigent alors vers le plus gros rocher au nord du croisement dont l'une des failles s'élargit pour permettre leur passage.

Arrivés de l'autre côté, ils traversent de hautes herbes et trouvent un chemin. Celui-ci s'enfonce dans la pénombre de la forêt. Michel savoure cette escapade hors du temps. Il ouvre grand ses yeux, oreilles et narines. La végétation, sur ce territoire humide, est abondante. Des plantes aux éclats rouges et blancs, aux formes et parfums variés suivent leurs pas.
Les feuillus les observent dans le bruissement de leurs branches. Les oiseaux offrent un concert étonnant, entrecoupé de silences dont ils gardent le secret.
Le sous-bois fleure l'humus et les champignons.
Une source dessine sa présence au milieu des mousses et des cailloux. L'eau est claire et froide. La terre argileuse à ses abords est agréablement odorante. Le ruisseau vagabonde sinueusement et les guide vers un lieu étrange.

— Oh, regarde Roland, c'est une forteresse !
— Oui, bien que ruinée, c'est un témoin important de la vie médiévale.

Fière, elle se dresse dans la brume. De beaux restes de murs prennent vie alors qu'une fine pluie commence à tomber. La grande enceinte, s'élève au centre d'un large fossé boueux.

— C'est magnifique ! S'exclame le jeune garçon.

Les oiseaux se sont tus, le cours d'eau poursuit son chemin, les gouttes de pluie perlent sur de délicates crosses de fougères ; de voluptueux enroulés aux airs de violon.

L'enfant est enchanté de ce spectacle, captivé par l'image figée du lieu. Il aimerait tant que ces vieilles pierres lui murmurent leur histoire.

— C'est une image d'un autre temps Michel.
— Oui, et tout le monde l'a oubliée ! Ces pierres se laissent mourir, il n'y a plus personne pour entretenir la forteresse !

Un grincement surprend le garçon.

—Recule-toi gamin, ce sont les ferrures de l'ancienne porte que tu entends.
— Il n'y a pas de porte !

C'est alors qu'il assiste à un spectacle des plus étonnants.

— Que se passe-t-il Roland ?
— Chut, laisse faire.
— Mais...

Des chevaliers franchissent les douves. Des femmes pilent des graines dans des poteries. Un vent léger transporte le fumet d'un bouillon de poule, un petit chien blanc joue avec quelques bambins.

Michel fait un pas, puis un second, foule la boue du fossé et accède à l'enceinte.
Des ergots de poulets sont déposés à côté de l'entrée, le petit chien blanc le suit, les baies rouges de quelques herbes à vipères chatouillent ses jambes.

Roland patiente un moment, puis l'enfant sort de son rêve éveillé.
Il termine son exploration du site et approuve lorsque le renard lui propose de partir.

Ils prennent alors le chemin du retour, silencieux, dans cette forêt criante de vie.

En voyant la ferme d'Ernest, le garçon s'adresse à Roland d'une petite voix :
— Nous ne sommes pas passés par la pierre à trous !
— Ce n'était pas utile. Nous l'avons empruntée à l'aller pour ouvrir la porte à ton imagination.
— Tu veux dire qu'elle existe vraiment cette forteresse ?
— Tout à fait ! Elle est dans le bois à côté du village, tu l'as bien vue non ? Je te laisse maintenant, rentre chez toi.

Michel passe devant la ferme.

Ernest est toujours sur le pas de sa porte. Son chien est couché à ses pieds.

Le jeune garçon se présente devant lui, caresse la bête puis propose à l'homme :
— Voudrais-tu aller en forêt m'aider à nettoyer la forteresse cet été ?

Pour la première fois, il voit Ernest sourire.

— Oui je viendrai. Je me ferai un plaisir de te raconter son histoire. Allez, viens Berger ! Nous avons du travail, la vache va mettre bas.

Avant d'entrer à l'étable, le fermier tourne le regard vers l'orée de la forêt et voit le renard disparaître. Ils ont fait le bon choix, Michel saura faire revivre la forteresse.

Des projets plein les yeux, l'enfant se dépêche de rentrer. Parviendra-t-il à convaincre ses parents de les aider ? Oui, il en est sûr. Et demain, il ira voir ses copains.
30

Un petit mot pour l'auteur ? 51 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de François B.
François B. · il y a
Un très joli récit où se mélangent l'imaginaire et la réalité, le présent et le passé
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Merci François.
Image de Gaby S
Gaby S · il y a
"Qui l'attend de patte ferme..." J'adore !
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Roland vous salue bien :-)
Image de Zut Alors
Zut Alors · il y a
Le p'tit Michel féru de "médiéval", donc...
Je te propose un autre "Michel", Michel FOLCO... Une histoire extra d'une fratrie de quintuplés qui sort vraiment du gentillet et de l'ordinaire : " Un loup est un loup " et " En avant comme avant "...
:-)

Image de Caroline Davinroy
Caroline Davinroy · il y a
j'adore cette thématique très forte, présente aussi dans le Flamboyant, de faire revivre ce qui est présent sous nos yeux, de donner présence et corps au merveilleux. à travers un animal... quelle écriture enlevée! qui nous entraine ! quel pouvoir évocateur!
Image de Zut Alors
Zut Alors · il y a
;o)
(Même recommandation qu'à Jeanne, Cf. ci-dessus, et vous ne serez pas déçues. Enfin, j'espère...)

Image de Caroline Davinroy
Caroline Davinroy · il y a
Coucou toi! Et bien, je les ai lus il y a une quinzaine d'années et j'ai adoré! J'ai lu aussi, mais c'est différent avec voracité la série de Jean d'Aillon, avec Guillaume d'Ussel, mais la nature est moins forte. Etv ce que j'aime dans les contes de Jeanne en B c'est la sensualité très forte, on sent, on touche, et en plus on rêve, on voyage! Ça m'inspire carrément. C'est vers ça que je veux aller dans l'écriture et dans la vie d'ailleurs!
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Je savoure ce compliment, le plus joli que l'on m'ait fait :-)
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Il y a une forme de quiétude dans ce conte hors du temps.
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Merci M.Iraje
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
une belle amitié pour une jolie quête
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Merci Albane
Image de Henri de BASKERVILLE
Henri de BASKERVILLE · il y a
Retour aux sources de l'enfance, il se dégage de ce texte une simplicité dans la narration, un texte mâtiné de champs lexicaux sur la nature les bois, la famille...Mention spéciale pour le style simple et accessible. Une histoire charmante et charmeuse...
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Merci de cet encouragement, bonne soirée !
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Un renard et un petit prince. A mi chemin entre rêve et réalité. Joli !
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Merci, bonne journée !
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Voyage au bout des rêves.. très joli texte.
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Merci Lange :-) bonne journée

Vous aimerez aussi !