2
min

Meurtre à la Tour Eiffel

Image de Pat

Pat

382 lectures

48

L'impact des gouttes sur le métal vient heurter la structure en fer qui se trouve juste en dessous de la poutrelle d'acier où je me suis réfugiée.
Pourtant la journée a bien commencé, c'est par un beau mois de Juillet à Paris, que je décide de visiter la Tour Eiffel, belle Dame de fer, impressionnante par sa hauteur de 325 mètres.
Les touristes sont nombreux, surtout des asiatiques avec leurs appareils photos en bandoulière et qui ne cessent de tout mitrailler autour d'eux.
Ce qui semble agacer prodigieusement un homme accompagné d'une jeune femme, petite et menue, effacée, comme apeurée par l'attitude de son compagnon qui la tient fermement par le coude.
La visite a commencé, en milieu d'après-midi, par les machines placées sous le pilier Est, commentée par un guide dont la voix forte résonne dans la salle.
Je suis attentive à ses commentaires, mais malgré moi mon attention est détournée par le couple, mal assorti, qui ne semble nullement intéressé par l'historique de la Tour et qui se presse vers les ascenseurs où notre guide les suit pour le prolongement de la visite.
Sensible, je ressens le stress de cet homme, dont le visage est à moitié dissimulé par les larges bords de son chapeau, grand, mince, il fait preuve d'une grande nervosité et bouscule sa compagne, petite blonde masquée de grandes lunettes de soleil aux verres foncés.
J'entends sa voix menaçante, pleine d'une colère à peine contenue, adressée à la jeune femme terrorisée.
Elle fait non de la tête et il maîtrise à grand peine son irritation, qui va croissant, tout au long des étages qui défilent et nous laissent apercevoir à chaque arrêt un enchevêtrement de fer savamment étudié.
Sans m'en apercevoir, les heures passent, tellement l'histoire de notre vieille Dame est passionnante, j'arrive enfin au 3e et dernier étage où la vue est époustouflante de la terrasse panoramique.
Bientôt, les touristes se lassent et redescendent vers les boutiques de souvenirs et les restaurants, moment tant attendu que je savoure enfin, un peu de tranquillité pour photographier la Seine et les monuments de Paris.
En fait je ne suis pas vraiment seule, à un endroit éloigné d'où je me tiens, le couple est là, semblant ignorer ma présence.
Soudain, stupéfaite, je vois l'homme qui, d'une poussée brutale dans le dos, précipite sa compagne qui bascule dans le vide.
Telle une poupée désarticulée, celle-ci rebondit contre les poutrelles de fer et penchée, je la vois s'écraser plusieurs mètres plus bas.
Je n'ai pu étouffer un cri d'horreur et, surpris, l'homme se retourne vers moi, je me mets à courir, escalade une armature de fer et grimpe a plusieurs mètres de hauteur, j'avise une poutrelle d'acier plus épaisse où je me faufile et me cache.
En montant, je me suis coupé les mains, des gouttes de sang et de sueur mêlées émettent des impacts, bruits qui me semblent assourdissants, et qui vont s'écraser sur un entrelacs de branches d'acier placé en dessous de mon corps.
Tremblant de peur, je transpire, mes mains sont moites, j'ai peur de lâcher prise, mon cœur a tout moment va exploser dans ma poitrine.
Terrorisée, je l'entends qui monte vers moi, sous l'effort sa respiration est saccadée, son ascension produit un son métallique sur l'acier, puis plus rien, que se passe t'il?
Juste le bruit du vent qui s'engouffre avec violence dans les poutrelles et essaie de me déséquilibrer.
Est-ce la sirène des pompiers et des ambulances qui commencent à se faire entendre qui l'ont fait fuir?
Je me penche et avec un soulagement mêlé de désespoir le vois qui se dirige tranquillement vers les ascenseurs.
Mes muscles sont tétanisés, je n'arrive plus à bouger ni à réfléchir, seules l'horreur et la peur ont pris place dans mon cerveau.
Plusieurs heures après ou minutes je ne sais plus, un hélicoptère surgit à ma hauteur.
Hélitreuillé, un pompier me hurle de ne pas avoir peur, il passe un câble autour de mon corps et du sien, parvient à me faire glisser hors de mon refuge et me hisse dans l'habitacle.
On m'entoure d' une couverture de survie et le pompier m'explique que nous nous dirigeons vers l'hôpital le plus proche.
Mes tremblements n'ont pas cessé et à l'arrivée, un médecin m'injecte un calmant, je m'endors immédiatement.
A mon réveil, des policiers m'entourent, je m'aperçois que mon poignet gauche est menotté au lit, ils me demandent :
"Pourquoi l'avez-vous tuée?"...

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
48

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Pat. Je vous remercie d'avoir apprécié Bêêê. J'ai un sonnet en compétition été avec de bons retours de lecture : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/tarak si cela vous tente !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un excellent suspense où la tension monte au même rythme que l'escalade échappatoire et puis au moment où l'on croit que tout est fini, la dernière phrase qui assomme. Bravo, Pat, pour ce texte qui aurait dû figurer dans la finale haut la main ! Vous avez mon vote.
Vous avez apprécié certains de mes écrits. J'en ai un nouveau, pour le fun et le rire : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/beee (en finale)

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Le thème est parfaitement respecté et le texte est adroitement mené jusqu'à...la chute ! Mes 5 votes en vous souhaitant bonne chance.
Mon texte est là, si vous souhaitez le lire : "maudit roman".

·
Image de Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Horreur.... ça peut sembler au réveil un affreux cauchemar si la plume avait le pouvoir de transformer ce fait en utopie... Bravo + 4 votes
·
Image de Steph
Steph · il y a
Mes 3 votes à cet auteur merveilleux !!!
·
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
L'écureuil a voté, car il aime le noir ! Venez le voir :http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ecureuil-furtif
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Bravo, un très bon polar à l'anglaise.
·
Image de Pat
Pat · il y a
Un nouveau maître du suspense. Génial
·
Image de Mylba
Mylba · il y a
Aïe l'angoisse... Fin inattendue, mes votes.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
On imagine la scène sur les poutrelle... Une chute terrible !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur