1
min

Mésusage du pouvoir

Image de Clément Paquis

Clément Paquis

944 lectures

70

Lauréat
Sélection Jury

Recommandé
Lorsque j'ai demandé à mon médecin si j'étais alcoolique, il a détourné le regard. Mon médecin est une femme et j'ai toujours tendance à penser que je l'intimide. Ça se devine à son regard et le regard d'une femme, c'est son pot-aux-roses. Ça et l'odeur de la cyprine.
— Non, vous n'êtes pas alcoolique, je pense que votre problème relève d'un mésusage de l'alcool.
— C'est-à-dire ?
— Vous buvez pour calmer vos nerfs. Vous vous servez de l'alcool comme d'un anxiolytique.
— Pourtant, je ne suis pas un garçon stressé, docteur.
Elle hausse les épaules et me tend une ordonnance. Valériane, passiflore, aubépine, pour ce genre d'escroquerie, j'aurais tout aussi bien pu aller voir un rebouteux. Au moins, lui ne m'aurait pas fait croire qu'il était médecin.

Comme tous les premiers jeudis du mois, je creuse. Je creuse car comme tous les premiers jeudis du mois, j'ai tué un emmerdeur. Ça n'est pas un hasard, c'est ainsi que je fonctionne. Toute l'année, je subis le sourire de ces abrutis de péquenauds qui m'inondent les oreilles des anecdotes de leurs vies insipides et interchangeables. Toute l'année, je fais le mec super sympa, je ne leur coupe jamais la parole, ne leur parle jamais de moi et me contente de hocher du bonnet en écoutant, un sourire hypocrite aux lèvres, le récit de leur existence sans intérêt. Alors une fois par mois, je m'en offre un. Il paye pour tous les autres. Ce mois-ci, j'ai choisi un Kévin parce que c'est une espèce à l'abri de l'extinction. Il s'est passé un truc, au milieu des années 90, avec ce putain de prénom, et aujourd'hui les Kévin sont à classer parmi les nuisibles.

Je ressens les contacts que j'établis avec l'humanité comme une agression envers ma personne. Je ne supporte pas le genre humain. Je souhaite son extinction et le plus tôt sera le mieux. La nuit, je rêve d'un virus mortel qui viendrait purger en quelques semaines la planète Terre de cette engeance qu'est l'humanité. Il ne resterait que les plantes et les animaux. Parfois, au réveil, je bande. Alors si je bois, c'est que mon boulot m'oblige à avoir l'air normal et l'alcool me rend affable. Que ce soit du whisky, du vin, de la bière ou du martini, l'éthanol sert ma carrière, et ma carrière, j'y tiens.

Je vide mon verre de vodka alors que mon assistante me fait signe que c'est bientôt à moi. Je déteste cette clownerie annuelle mais ça fait partie de mon boulot. On attend « mes vœux »...
« Monsieur le Président, c'est à vous dans trente secondes ! »

PRIX

Image de 2015

Thème

Image de Le flacon et l'ivresse
70

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Bien corsé !
Image de Regis Rulhe
Regis Rulhe · il y a
très bonne histoire
Image de Regis Rulhe
Regis Rulhe · il y a
très bien 😊😎
Image de Charlette
Charlette · il y a
Délicieusement cynique. Moi qui m'attendais à un banal psychiatre !
Image de Flou
Flou · il y a
Bon texte, épicé comme il faut et une chute clownesque surprenante.Bravo
Image de Louise Calvi
Louise Calvi · il y a
Je viens de découvrir les lauréats de 2015. Bravo pour ce prix. Et pour ce texte toujours aussi subtilement cynique.
Image de Clément Paquis
Clément Paquis · il y a
Merci ! :)
Image de Valoute Claro
Valoute Claro · il y a
Je viens de tomber sur ton texte , dans le distributeur Short de la gare de Montpellier, bravo bel écrit et chute surprenante!
Image de RANDONARD
RANDONARD · il y a
Bravo !
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Je découvre ce texte, je ne m'attendais pas à la chute ! Il est excellent, Prix 2015 mérité :-)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
L'abus est dangereux pour le sommeil :-)

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

On nomme « histoire à dormir debout » tout récit qui nous semble improbable, irréel, comme sortant de l'imagination de celui qui l'expose. Celui que je vais vous conter à présent n'a ...

Du même thème