1
min

Mes prisons

Image de Ant49125

Ant49125

0 lecture

0

Mes prisons sont comme des fleurs ; elles éclosent par milliers. Chimériques ou physiques, elles me tiennent au corps. Et pourtant, je tente de m'en débarrasser en vain. Ces prisons sont les miennes et en même temps si étrangères, qu'elles me paraissent inhumaines. Ces prisons me déboussolent, me hantent et, comme pour Kafka dans son Château, m'emprisonnent. Je signe et m'enferme dans cette désillusion sans fin. Verlaine avait ces prisons et aujourd'hui, j'ai les miennes. Celles qui sonnent le glas du naufrage et de la pitié. Celles dont on ne peut être fier, celles dont on a forcément honte. Transcendant mes nuits, mes prisons me rappellent toutefois à cette étrange et pourtant si immanente humanité. Ce langage vous touche, je présume, mais il ne dit rien, si ce n'est que chaque homme est enchaîné à ces névroses et de son parti de partir, ne démords à y rester enchaîner.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur