Menteurs

il y a
3 min
230
lectures
0
"M"

Maman, pourquoi j'existe ?
Mamounette, je savais pas avant de surprendre ce coup de téléphone.

Je savais pas que j'étais un accident.
Je savais pas que j'étais pas voulue.
Je savais pas que toi, tu voulais un garçon.
Je savais pas que tu m'aimais pas.
Je savais pas que j'étais née sans amour.
Je savais pas que t'avais essayer d'avorter plusieurs fois; sans succès.

Je savais pas que tu faisais semblant de m'aimer.
MENTEUSE.

"J'aurai pu être une de ces sales gosses pourris-gâtés et chéris par leurs parents, bordel."

***

"E"

Papa, pourquoi j'ai mal ?
Papounet, j'aimais bien faire du vélo.

J'aimais bien rouler le long des chemins à la recherche du futur.
J'aimais bien jusqu'à ce que tu m'enlèves les petites roues.
J'aimais bien jusqu'à ce que je pédale.
J'aimais bien jusqu'à ce que je tombe.
J'aimais bien jusqu'à ce que j'ai envie de crier que l'impuissance fait plus mal que n'importe quel bleu.
J'aimais bien jusqu'à ce que j'ai envie de pleurer parce que tu m'encourageais et que j'ai échoué.
J'aimais bien jusqu'à ce que j'ai eu envie de démolir le monde de m'avoir poussé de cette selle.


Je t'ai vu me laisser tomber et faire semblant de voir que je ne savais pas me relever.
Menteur.

"Et puis moi j'ai rien dit parce que je voulais que tu sois fière de moi."

***

"N"

Soeurette, pourquoi j'ai peur de toi ?
Grande soeur, je t'ai vu là-bas par la fenêtre de cette maison.

Je t'ai vu avec ce mec tatoué qui enlevait ton tee-shirt.
Je t'ai vu avec cette bouteille de couleur étrange et ce truc en papier qui brûlait à tes lèvres.
Je t'ai vu danser toute la nuit, vomir sur ce tapis et marcher pas droit.
Je t'ai vu hurler des choses que j'aurai jamais voulu entendre.
Je t'ai vu rentrer le matin et parler de ta "soirée pyjama" fictive à maman.
Je t'ai vu avec tes yeux fuyants qui fixaient le sol.

Je t'ai vu briser mon enfance et la belle image que j'avais de toi.
Menteuse.

"Tu étais mon modèle, ma confidente, ma meilleure amie."

***

"T"

Mec, pourquoi tu m'as brisé ?
Petit garçon, petite, j'avais des couettes et une robe a fleurs.

J'avais l'impression d'être le printemps et l'innocence. J'avais la pureté et l'âme sensible de tous les enfants.
J'avais ma robe a fleurs et c'était tout ce qui comptait.
J'avais cette putain de robe et j'avais confiance en moi.
J'avais pas comprit que le monde tournait pas rond.
J'avais pas réalisé ce qu'était la Société.
J'avais pas encore grandit et j'y pouvait rien.

Et puis toi t'es arrivé et tu m'as a dit que ma robe était moche.
Menteur.

"J'ai comprit à quel point le monde était moche et à quel point une petite critique peut nous faire couler, nous les filles. tu avais dénigré ma robe surement pour une raison de merde. tu voulais te sentir supérieur mais en faisant ça tu t'es rabaissé encore plus, m'entraînant avec toi."

***

"E"

Frerot, pourquoi j'ai envie de te rejoindre ?
Frangin, je t'ai entendu à travers la peau de maman.

Je t'ai entendu me parler du mauvais temps.
Je t'ai entendu chanter les secrets de l'existence.
Je t'ai entendu donner des coups de pieds brutal comme si tu voulais t'échapper.
Je t'ai entendu me dire que t'étais l'enfant que maman avait toujours voulu.
Je t'ai entendu me dire de pas être jalouse parce que toi tu m'aimais.
Je t'ai entendu que t'étais comme moi, tu brisais tout ce que tu touchais avant même d'être né.
Je t'ai entendu faire vomir maman à 4 heure du mat', comme toutes les femmes enceintes.
Je t'ai entendu crier de désespoir quand neuf mois ont passé.

Je t'ai entendu me chuchoter que tu serais toujours là pour moi.
Menteur.

"T'es mort encore dans son ventre et je n'ai rien pu faire."

***

"U"

Monsieur, pourquoi je suis comme ça ?
Mon prof, vous disiez que s'assumer c'était bien.

Vous disiez qu'il fallait être naturel, être soi-même.
Vous disiez qu'être lesbienne c'était joli et fréquent
Vous disiez que ce serai facile et que personne ne jugerai
Vous disiez que moi, j'avais une chance avec cette jolie brune.
Vous disiez que l'indifférence est la plus belle des armes.
Vous disiez que j'étais comme j'étais et que tout le monde s'en foutait.
Vous disiez que le monde avait besoin de gens comme ça.

Vous disiez rien quand ils m'ont insulté et couverte de bleus.
Menteur.

***

"R"

Hannah, pourquoi tu m'aimes pas ?
Darling, t'étais comme les autres.

T'étais pas comme moi, t'aimais pas les culottes.
T'étais juste une hétéro qui avait pitié de moi.
T'étais amoureuse de dan, tu me l'avais dit ce jour là.
T'étais pas au courant que moi je t'aimais.
T'étais pas vraiment responsable mais ça m'a détruit.
T'étais juste une pote gentille et tu voulais pas plus avec moi.

T'étais pas au courant que je suis morte ce jour-là à cause de toi.
Menteuse.

"T'étais la goutte de trop, le truc qui a fait tout exploser."

***

"S"

Je crois qu'il y a une fin à tous, même aux belles choses.
Je crois que le monde ne sera jamais comme on le veut.
Je crois que je ne sais même pas pourquoi j'ai écris cette nouvelle, mais qu'elle me vient des tripes.
Je crois que je ne reviendrai jamais dessus sinon ce serai un mensonge.
Je crois que j'ai essayé de vous dire que les pires blessures sont souvent invisibles.
Je crois que j'ai fait une fin trash pour marquer les esprits.
Je crois que j'ai déjà mentit comme vous tous, et que je l'ai pas toujours regretté.
Je crois que mentir, c'est une drogue, aussi vital que nocif.
Je crois que je suis une menteuse et que vous aussi.
Mais je crois que vous non plus vous n'avais jamais souhaité ce sort à quelqu'un.

***
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,