3
min

Mémoire salvatrice

Image de Killian

Killian

10 lectures

1

« Yoan, si tu veux continuer ta vie tel que tu la connais, arrêt toi de lire. Maintenant. Brûle la lettre.
Cependant, la vie tel que tu la vies et que tu croques à pleine dents, n’a pas été toujours autant facile. Je sais que tu as des problèmes de mémoire, tout comme je sais que l’on ne t’a pas tout dit. Dans cette missive je te propose la vérité. Cette vérité à un prix. Je ne peux m’imaginer ce qu’il représente. Je peux uniquement te mettre en garde car tu risque d’échanger ta vie contre la vérité. Le choix t’appartient Yoan. »


Cette lettre rédigée à l’ordinateur, puis imprimée n’a évidemment pas été signée. Je l’aurais probablement harcelé, ou détesté. Certainement les deux à vrai dire.
Yoan c’est moi. Comme il est dit, j’ai une vie qui me convient. J’ai vingt-six ans, une santé d’enfer et relativement peu de soucis. La seule ombre au tableau a été un accident de voiture il y a un an et demi. Rien de casé, étonnement et heureusement. Mais depuis je passe mon temps à perdre mes clés et surtout, je souffre d’une amnésie rétrograde qui a supprimé tout souvenirs des mois précédents l’accident.

Ça n’a pas été facile au début. Je me suis réveillé en pleine après-midi dans un lit d’hôpital. J’étais déboussolé et j’ai très vite été prit de panique en réalisant qu’une partie de mes souvenirs m’avaient abandonné. Puis un médecin accompagné de mon frère est arrivé. Là ils m’ont demandé de leur raconter ma vie. Puis, tout deux eurent l’aire embarrassés et autant perdu que moi. Le médecin s’est excusé en prenant Luca, mon frère, à part. Une fois de retour ils m’expliquèrent que j’avais eu un accident de voiture et qu’environ deux mois s’étaient écoulés hors de ma mémoire.

Par la suite, Luca m’a aidé à retrouver du travail. J’avais de bonnes qualifications et ce fût relativement facile, je dois avouer. Ensuite j’ai rencontré Julie, qui partage désormais ma vie depuis bientôt un an. Et finalement la semaine dernière j’ai obtenu une promotion. Suite à cette annonce, j’ai décidé de fêter la bonne nouvelle en invitant Julie au restaurant. Le matin j’ai appelé dans le but de réserver un table le soir même. N’ayant pas de costume propre à cause du pressing auquel j’avais à nouveau oublié de déposer mes habits sals, j’ai finalement décidé de passer chez mon frère dans le but d’en trouver un pas trop moche et si possible à ma taille.
Arrivé devant sa porte personne ne m’ouvrit. On était vendredi, il était donc au boulot. Mais ayant la clé je pu quand même rentrer et chercher au fond de son armoire. Je suis tombé sur un costume qui me tapa dans l’œil dès que je l’aperçu. Je l’ai enfilé et m’aperçut qu’il avait été taillé pour moi. Il était confortable et sublime. Je suis rentré avec et le soir venu nous partîmes, ma copine et moi en direction de ce restaurant italien que nous aimions tant. Puis quand nous sommes rentrés chez nous, je me glissai hors de ce beau costume dans une hâte excitation.
Ce n’est que le lendemain, en récupérant mes habits jonchant le sol que j’ai remarqué une petite boîte dissimulée au fond d’une poche intérieure. Cette dernière renfermait une magnifique bague. Le genre de bague de fiançailles dont on a toujours l’imaginé offrir, le genou plié à la seule qu’on veuille combler de bonheur. Imaginez-vous cette bague car c’était celle-ci qui se trouvait dans ce minuscule coffre au trésor. Ne voyant malheureusement personne à qui mon frère aurait pu offrir cette bague, je décidai d’aller remettre mon emprunt à son propriétaire sans poser de question.
Voilà le stade de ma vie où j’en suis. Pour vous dire la vérité je soupçonne mon frère d’être l’auteur de la lettre, mais cela reste des suppositions pareilles à celle que je peux faire sur la période qui s’est effacée de ma mémoire. Qui serait assez fou pour risquez tout ce qu’il a et probablement son avenir pour un récit oublié ? Mais ce récit et tout de même celui de ma vie, du moins une partie et même si parfois ne pas savoir est la meilleure des solutions, je pense que ceux qui choisissent de ne pas savoir sont simplement ceux à qui on a pas laissé le choix.

« Yoan, mon amour. Luca, ne lui en veut pas, est venu me raconter ton histoire. Je crois qu’il n’aurait juste pas pu te la raconter. Et je t’avoue que je lui en veux. Il a des soupçons depuis que tu lui à emprunter ton costume. Il ne pensait pas que tu aurais besoin un jour de lui piquer des habits. Voilà ce qui a déclenché tout ça. Maintenant pourquoi il me l’a dit ? Je lui aie demandé. Ou exigé en quelque sorte. Pourquoi j’avais besoin de savoir ce que ta mémoire à effacé ? Depuis qu’on a fêter ta promotion tu as de violentes, extrêmement violentes terreurs nocturnes. Et cela chaque nuit. Tu t’agites. Tu transpires. Tu hurles. Ton visage est apeuré et désolé. Cette expression est gravée sur tes traits durant chaque heure de chaque nuit. Je me devais d’agir.
Appariement, ce qui a déclenché tout cela est une bague de fiançailles se trouvant dans ta veste. Cette bague tu aurais dû l’offrir à Gaëlle. Pourquoi elle est-elle dans sa boîte et non à son doigt ? Cinquante jours avant ton accident, ta petite amie de l’époque, Gaëlle, a été percutée par une voiture alors qu’elle se rendait au boulot en vélo. Elle a passé une semaine entre la vie et la mort à l’hôpital. Plus le temps passait, moins son pronostic vital était en danger et plus tu reprenais espoir. Et cela jusqu’à ce que finalement son cœur lâche. Puis ce fût une nouvelle descente aux enfers pour toi. Jusqu’au jour fatidique où Luca te retrouva inconscient derrière ton volant. Enfermé dans ton garage.
Tu t’es relevé une fois. Avidement sans savoir c’était plus facile. Mai cette fois je serai là. Que tu aies lu cela ou non. Je te relèverai et te soutiendrai.
Julie »

Voilà. Je crois que j’ai détruit le précieux travail qu’avait fait mon cerveau. J’espère juste qu’elle sera là avant que je retrouve mes clés.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Quelle aventure !
Je vous invite "A l'horizon rouge" en finale du Prix lunaire.

·