Mélitta la cata

il y a
3 min
93
lectures
25
Vous connaissez le mythe de l’abeille courageuse, industrieuse et ingénieuse ?
Hé ben moi, je suis l’anti mythe.
Je m’appelle Mélitta et chez moi une action égale une catastrophe, d’où mon surnom « Mélitta la cata ».

Quand je suis née, j’étais peut-être plus maigrichonne que mes sœurs.
J’avais du mal à manger ma gelée. Beurk,beurk, c’est écœurant la gelée royale.
Seulement, c’est ça qui fait grandir les bébés abeilles.
Mais moi je ne la digérais pas, je régurgitais souvent et après, ben il fallait nettoyer mon alvéole.
Et voilà ! Je suis une mini abeille, pas très douée.

Mon premier travail, manque de chance, c’est justement de préparer la gelée pour mes petites sœurs et mes petits frères.
J’y suis vraiment allergique alors j’essaie d’aller le plus vite possible.
Oh là là ! C’est quoi déjà les dosages ? Une dose de nectar, deux doses de pollen ? Non ! Deux doses de pollen, une dose de nectar...
Bon ben, ma gelée est toute grumeleuse, encore ratée !
Les bébés dont je m’occupe ne grandissent pas assez vite. La ruche a vite repéré le problème.
Bziiiiii alerte ! Poste de nourrissage ! Changement urgent !

Ma maman la Reine vient me voir. « Ne t’inquiète pas ma petite Melli jolie, ce n’est pas ta faute si tu ne supportes pas la gelée et je t’aime quand même. Tu vas t’occuper maintenant de bricolage et de construction. Tu n’utiliseras que la cire et je n’en connais pas qui y soit allergique. BZZZ ma chérie »
BZZZ ça veut dire « bise » en langue des abeilles.
Ma maman est une championne, elle fait plein de bébés et elle nous connaît tous.

Et me voilà lancée maintenant dans la fabrication des chambres et des placards à nourriture.
Mais construire c’est un métier, il faut savoir se servir de ses pattes et moi, on dirait que j’ai deux pattes gauches.
Et le design c’est pas non plus mon fort. Notre professeur m’a montré comment faire une jolie chambre en hexagone, c’est à dire avec six murs, mais les miennes ressemblent plus à des tuyaux ! En fait mes chambres ne ressemblent à rien.
J’ai fourni beaucoup d’effort mais – nom d’une guêpe ! - mes alvéoles sont toutes de traviole.
Alors Maman me dit : « Ce n’est pas grave ma chérie, tu vas t’occuper des conserves de nectar. Tu n’auras qu’à remplir les alvéoles avec le bon nectar que t’apportent tes grandes sœurs.
Après tu bats des ailes et puis c’est tout. BZZZ ma chérie »

Mais les grandes sœurs sont rapides, elles vont, elles viennent, les pattes chargées de pollen et elles me vident leur sac à nectar à toute vitesse et mes antennes s’affolent.
Où courir ? Où ne pas courir ?
Je laisse déborder une alvéole, il y a du nectar partout dans la ruche.
Ah là là ! J’ai les antennes toutes collées.
Du coup, je laisse tomber un paquet de pollen que Mélissa me lance.
Je plonge tout en bas de la maison pour le récupérer et en remontant je percute une de mes sœurs, furieuse.
« Ah encore un coup de Mélitta la cata ! Fais attention, on dirait une guêpe ! » me jette-t-elle agacée.
Ça, c’est méchant. Je ne veux pas qu’on me traite de guêpe. Autant dire que je ne sers à rien.

Mais comment font les autres pour travailler si vite ?
Moi j’ai besoin de réfléchir, de m’appliquer, pour bien faire mon travail. Je suis lente, disent mes sœurs.
Et il fait chaud dans cette ruche.
Oups ! J’ai tellement bourré cette alvéole que j’ai cassé la paroi de cire. Si la chef me voit elle va me faire buzzer les antennes.

Enfin ma mère m’annonce que je vais avoir la chance d’aller butiner.
Butiner, c’est le travail dont on rêve toutes. On s’envole, on voit des paysages magnifiques, on choisit un joli champ de tournesols, un jardin plein de roses, de bleuets, un chemin bordé de lavande.
Et grand looping pour descendre sur ces beautés.
Après, on doit pomper le nectar, enfin... si on vise bien.
J’ai du mal à trouver l’endroit exact du pistil où placer ma trompe. Je pique souvent trop haut et j’aspire, j’aspire à fond : pas une goutte ne vient. Bloup... bloup..., que de l’air et je deviens toute gonflée pour rien. Je ressemble à un gros bourdon.

Je finis quand même par y arriver. Le nectar est délicieux, sucré et odorant.
Ça c’est génial. Et toc ! dans mon jabot.
Et puis, en agitant mes petites ailes, je pulvérise partout du pollen, j’en ai même dans les yeux, sur le dos, sur les pattes : un vrai clown !
Bon ça maintenant ça va, et j’arrive aussi à rouler mes petits paquets de pollen et à bien les fixer dans mes pattes pour reprendre mon vol. Mais au moment de rentrer à la ruche, ben c’est encore la cata !
J’ai pas le sens de l’orientation. Je tourne pas mal en rond, en essayant de trouver la bonne direction.
Soudain hum.... je sens l’odeur de mes sœurs et je vole à fond vers la maison.

« Oh trop bon ton nectar de lavande dit Mélissa, ma plus proche sœur ! Tu l’as trouvé où ?
- Vite dis-nous, on va y aller à plusieurs demain, ajoute Mélinette.
- Ben je sais pas trop, par là ou peut-être...par là. »
Et voilà encore une cata ! Je sais pas prendre mes repères. J’ai pas de GPS moi.

« Regarde le soleil m’ont dit mes frangines et tu te repères par rapport à lui. »
Mais il est aveuglant le soleil et moi si je le regarde, je vois tout blanc et puis rien et je me trompe dans mes calculs.

Maman, fatiguée de sa journée, prend le temps de regarder mon travail. Elle sait tous les efforts que j’accomplis. Elle inspecte le bon nectar que j’ai apporté.
« Incroyable ce goût ! C’est la meilleure qualité que j’aie jamais goûtée.
Bravo ma petite Mélli. Tu as bien réussi. BZZZ.»
Je rosis (autant qu’il est possible pour une abeille) de bonheur.
Je suis fière de moi. Malgré mes difficultés, j’ai trouvé ma voie : je serai “ découvreuse de nectar d’exception ”.

Le soir apaisant tombe sur la ruche, tout le monde va se coucher.
Le sommeil doux comme le miel éteint le bruit de nos ailes.
Et moi, je sais que je ne serai plus Mélitta la cata...ou alors juste un peu.
25
25

Un petit mot pour l'auteur ? 44 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elisa Comte
Elisa Comte · il y a
Ah ! La courageuse petite abeille ! Et quand j’en voie une en difficulté au jardin j’essaie de la sortir de ce mauvais pas ! Merci pour ce texte !
Image de France Passy
France Passy · il y a
À force de persévérance...
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Les déboires de Mélitta m'ont refilé le bourdon mais je vote quand même pour ce conte.
Un frelon.

Image de Laurence Wrl
Laurence Wrl · il y a
Comme c’est léger et profond comme j’aime en été !
Image de France Passy
France Passy · il y a
Ah les vacances ! La saison de lutiner... euh butiner !
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Oh que c'est bien vu ! Je me suis marré. Un style alerte, une reine bienveillante... Transmettez mes amitiés à Maya et BZZZ à vous !
Image de France Passy
France Passy · il y a
Je n'y manquerai pas. Merci Julien 1965.
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Je ne sais si vous vous êtes mal documentée mais c'est un bien joli texte!!!
Image de Alex Dondon
Alex Dondon · il y a
C'est agréable à lire et accessible pour les enfants ;)
Image de ALYAE B.S
ALYAE B.S · il y a
J'ai bcp aimé et je rejoins l'avis de Anne Ortiz Talvaz. :)
Image de France Passy
France Passy · il y a
Merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire Alyae.
Image de Anne Ortiz Talvaz
Anne Ortiz Talvaz · il y a
Un texte très chouette qui peut se déguster avec plaisir, par les adultes comme les enfants !
Image de France Passy
France Passy · il y a
Ah c’est un beau compliment car c’est mon objectif. Merci
Image de charles dondon
charles dondon · il y a
super histoire continu comme sa ! Moi en tout cas j’adore!
Image de France Passy
France Passy · il y a
Je vais continuer petit champignon.
Image de Régine Cazaux
Régine Cazaux · il y a
Trop mignon
Image de France Passy
France Passy · il y a
Ça buzzz?