1
min

Mélancolie - Mon refrain

Image de Jay Guy

Jay Guy

6 lectures

2

Seule face à une nuit qui ne se termine jamais, j'ai plongé dans l'infini et l'unité des choses. J'en ai ressenti quelque sentiments qui ressemblent à la joie, des trucs qui ne se comprennent pas. Je ne savais ce qu'il me manquait, mais pourtant mon trou absorbait le Tout. Toute la haine dans mon cœur se débondait soudainement et j'ai essayé, oui, j'ai essayé de décrire ce qui n'est pas, mais j'ai échoué, tout comme j'échoue en écrivant maintenant ce qui est.

La nature flambait de morosité. La lune bouillonnait. Le ciel liquide, océan opaque, m'emportait. La terre grognait et fumait de jouissance masochiste. Tout criait de douleur et ce sentiment était mien, cette force était mienne. C'était une émotion vive qui affectait mon âme et augmentait à mesure que j'y pensais, elle occupait tout mon volume intérieur. Je jubilais dans la joie de la peine, dans la joie divine qui s'était tout à-coup répandue sur toute ma vie, dans tout mon être. Aucun plaisir, aucun mot ne pouvait troubler ce moment que j'appelle mon refrain.

Hier soir, seule face à cette nuit noire manquant d'astres, je m'étais écartée du sommeil et me suis donné le malheur de la vieillesse. Pourtant, c'est là que je connais la chanson, c'est là que mes passions hurlent des mots. Et comme celles-ci sont aussi incontrôlables que mes désirs, je ne sais si un jour je serai guéri de cette maladie mystérieuse, si encore je ressentirai cette joie qui me rend misérable pour le reste de ma vie.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Chantane P.
Chantane P. · il y a
un bon moment de lecture