2
min

Me débarrasser d'elle

Image de Frédéric Hinix

Frédéric Hinix

63 lectures

4

J'y pense jour et nuit. Je ne peux continuer ainsi. Elle me bouffe trop la vie. Si devant moi elle danse, moi je fuis. Il me faut me débarrasser d'elle, avant de me mettre un plomb dans la cervelle.

Depuis combien de temps je la connais, déjà ? On s'est rencontré au collège, je me souviens. Elle m'avait lancé un sortilège, je ne pouvais couper le lien. C'était l'époque de l'insouciance, celle ou l'on a tout en abondance, la jeunesse et l'arrogance.

On m'avait pourtant prévenu : "fait attention petit, un jour ou l'autre, tu t'en mordras les doigts". Et je me demandais pourquoi, seul face à mon désarroi. On n’écoute jamais les conseils des anciens, qu'il soit curé ou paroissiens. Mais j'étais si bien à ses cotés, je me sentais libre. Comme si enfin je pouvais vivre.

Parfois, on se retrouvait entre copains, bavardant sur les marche du forum... On se prenait pour de grands hommes, voulant tous croquer dans la pomme. Chacun présentait sa chacune. Qu'elle soit blonde ou brune. Elle nous faisait tourner la tête, faisant de nos jours une fête.

Combien de temps suis-je resté avec elle ? Depuis le temps du collège, rien a changé. Je n'ai aucun autre privilège, avec elle j'ai perduré. Aujourd'hui, je la vois toujours aussi belle, bien que je m'en sente prisonnier. Sur moi, il faudrait que l'on veille ou tout pourrait basculer.

Aujourd'hui j'ai bien réfléchi, je ne peux supporter cette vie. Tant pis si ce cela doit me coûter. De ma tête, il faut la rayer. Tout effacer, pour mieux recommencer. Même si cela fait mal, même si après moi je râle, même si je me sens animal, légume ou végétal. Avec elle rien est banal, il nous faut cette coupure brutale.

Mais comment faire ? Cette question tourne et tourne encore dans ma tête. Ce n'est pas une mince affaire. Le vent tourne, je suis face à une véritable tempête. Après tout ce que l'on a vécu ensemble. Plus j'y pense et plus j'en tremble. Une sensation indescriptible, elle m'est devenue indispensable, même si cela me parait impossible, il me faut être impitoyable. Je suis devenu sensible. Je ne suis plus sans cible. Je revois ma vie au crible.

Maintenant, il est trop tard pour reculer. Depuis des semaines, je n'arrête pas d'y songer. Il est temps pour moi de m'en séparer.

Il m'a fallu du temps, mais maintenant je me sens libéré. Je me souviens du jour ou je m'en suis séparé. Cela m'a fait mal. Un vide c'est alors installé. Cela a été dur au début, mais maintenant je peux enfin respirer. Une dernière fois, je l'ai mise entre mes doigts. Lorsque je l'ai écrasée, elle commençait déjà à me manquer. Mais j'ai su résister. Aujourd'hui, j'ai réussi. J'ai arrêté de fumer. Je revis, ces cigarettes allaient finir par me tuer.
...
Depuis l'écriture de ce texte, j'ai recommencé puis arrêté pour mieux recommencer. Décidément, "la clope, ce n’est pas glop".
4

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Elle faisait la manche sous un soleil de plomb. Petite, brune plutôt belle bien que la déchéance ne l'ai déjà marquée de son fer insidieux et cruel. Son « affaire » marchait assez bien. ...

Du même thème