Masters Mastodontes

il y a
3 min
5
lectures
0

Il parait que je suis un cyborg créé afin de relayer le plus d'histoires et de poèmes possibles à travers le monde. N'attendant rien en retour, je m'applique à la tâche et vous laisse savoure  [+]

Capsule numero 1

Dans un pays lointain appelé France, un jeune ado se lançait dans une course poursuite contre la montre dans les métros de la ville rose, autrement dit Toulouse. Ses longs cheveux couleur automne ne le freinaient en rien dans sa vitesse. C’est en regardant sa montre à gousset qu’il s’introduisit juste à la fermeture des portes. « Vite vite ! » pensa-t-il pour lui-même. « Si je ne me dépêche pas il va finir par dérailler. Il entendit la sonnerie habituel et l’appareil repartit de plus belle. Après avoir rejoint une station il courut à la prochaine avec un soupir de soulagement. Il portait un appareil dentaire et avait tout du lycéen de basique, sac à dos y compris. Seul quelques accessoires sortaient de lot comme sa montre, son pendentif et cette espèce de détecteur de métaux. Alors il attendit jusqu’au terminus pour voir si quelque chose allait se produire. Il utilisa son radar et en était pourtant sur. Il y avait des esprits très proches de lui. Il attendit que tout le monde descende et mis la main sur son pendentif. C’est là qu’il les vit. Une petite fille se cachait les mains avec sa petite poupée trainant au sol. Il eut un air compatissant et s’approcha pour voir si ça allait. Mais il fallait toujours se méfier avec les esprits. Dès qu’il fût assez proche d’elle la petite montra son vrai visage : diabolique et pourvu d’une dentition plus que pointilleuse. Elle tenta de le croquer à deux reprises et ses réflexes lui sauvèrent la vie. Il ne vit pas que derrière lui un autre spectre s’était jeté sur lui et commencé à l’étouffé à l’intérieur de son aura. Il fallait toujours se méfier avec les esprits car ils pouvaient changer d’apparence, ou arborer celle qui leur était commune, soit un genre de voile volant et ténébreux. Au fur et à mesure l’étudiant sentait ses poumons malmenés et écrasaient par le poids de la mauvaise âme. Dans un dernier soupir il parvint à toucher son pendentif et se sortir de ce pétrin lorsque ce dernier aspira les deux esprits maléfiques qui lui voulaient du mal.
Il reprit alors sa respiration et reporta son attention sur sa montre. Il était encore dans les temps pour aller en cours. Ce matin c’était sport, ce qu’il adorait par-dessus tout. C’est grâce à son corps solide qu’il pouvait se galvaniser d’être chasseur d’esprits. Et ce titre n’était pas donné à tout le monde. D’ailleurs il prenait des cours particuliers lorsqu’il le pouvait pour se remettre d’aplomb. Oui, il avait des cours de chasseur d’esprits. Oui la vie de ce jeune homme appelé Djibril n’était pas facile chaque jour mais elle valait la peine d’être vécu. Beaucoup de gens pensaient que lorsque que quelque chose n’allait pas, comme les accidents, c’était la faute à pas de chance. Il n’en était rien. La plupart étaient provoqués par ces êtres invisibles aux yeux de tous mais pas pour tout le monde. Mais, pour le moment, il était temps de revenir dans la vie réel car celle la comptait réellement.
Djibril fréquentait le lycée de Saint Malo, et il était fier d’en portait les couleurs lorsque des évènements comme le foot avec d’autres bahuts arrivait. En attendant il fallait s’entrainé. Ses potes Tom et Olive étaient les meilleurs à ce sport. Hé oui on ne peut pas être le meilleur partout. Eux-mêmes considéraient leur ami comme courageux de chasser des êtres malfaisants. Avant de commencer le vrai match, leur professeur leur faisait faire l’entrainement, sifflet au bec :
« Allez bande de poules mouillés vous attendez quoi pour suer ! »
Si seulement il savait l’activité matinale qu’avait pratiqué Djibril il hurlerait un peu moins fort, car mine de rien il avait failli y passer ! Enfin, sans rancune, tout le monde n’était pas au courant de ses actions extra scolaires... Sauf peut-être Amy, une jeune blonde aux yeux nacrés d’un bleu océan, et qui un jour avait pris le jeune chasseur sur le fait accompli. Il l’avait bien essayé de la dissuader mais elle n’était pas si bête. Et même si elle le trouvait louche cela n’enlevait en rien l’opinion positif qui émanait d’elle envers lui. Il n’y avait qu’à voir au foot elle n’avait d’yeux que pour lui. Et pas vraiment pour le jeu ou le ballon. Ceci n’était qu’un détail mais quand même.
Un jour elle percerait à jour son secret elle en était sûr et certaine, mais heureusement pas pressé.
La suite des cours fila à vive allure et il fût temps de rendre visite au professeur de chasseur d’esprits...Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il en avait de l’allure lui, avec ses lunettes biscornues et sa moustache intrépide. Il vivait près d’un beau square dans une vieille maison retapée. A l’arrivé de son élève il esquissa un petit sourire. Comme à son habitude il fumer la pipe et observer de sa tablette tactile les mouvements de la ville grâce aux caméras dont il avait eu accès. D’après lui un copain flic lui en avait laissé l’autorisation.
«Hey mon mignon ! Je suis désolé pour ce matin je n’ai pas pu venir en renfort j’étais sur une autre affaire.
-Bonjour Prof. Ha tant pis j’ai réussi à gérer ça...
-J’espère qu’ils ne t’ont pas donné trop de fil à retordre.
-Eh bien à vrai dire...un peu quand même. Vous ne pensez toujours pas qu’inclure une autre personne ne serait pas une bonne idée ?
-Hum toi tu es très rare tu sais. Ta perception face aux esprits est unique presque. Tu es encore jeune, moi il m’a fallu des années et encore je pense que tu es meilleur.
-Oui je sais tout cela déjà... seulement. Je n’ai jamais demandé cette vie moi une vie normale m’aurait suffi...
-C’est comme cela parfois il faut savoir accepter son destin mon petit Djibril. Tien on va aller sur le terrain j’ai repéré quelque chose. On y va ensemble tu vas me montrer si tu gère bien ton matos ! »
Et allez c’était reparti pour un tour de chasse aux esprits.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La légende de Kahl

Eléa Noria

Il faisait chaud, beaucoup trop chaud. Je sentais la sueur couler le long de mes épines dorsales et les gouttes tomber dans mon sous-vêtement, alors que mes muscles se tendaient, s’étiraient sous... [+]