3
min

Maniaque

Image de Mazapan

Mazapan

359 lectures

32

Qualifié

Comme une tortue à quatre bras, la grosse Renault descend la RN13, chaque passager la main au vent goûtant le plaisir de leur liberté nouvelle, dans les prémices de ce voyage en Normandie depuis Paris bondé, Paris stressé, Paris flanqué de son faux sable sur le bitume des berges de la Seine. Quatre bras ondoyant dans la brise légère de ce matin d’été. Ils sont partis tôt, à l’aube, pour éviter la foule, le tohu-bohu des estivants. La grosse Renault descend à toute allure la RN13, miroitante, noire, brillante comme le dernier jour d’un condamné. Aux abords d’un rond point, sans prévenir, la grosse Renault noire quitte la route. Pas un coup de frein. Quatre bras virevoltants dans la brise légère. Quelques tonneaux puis le silence, macabre, s’est abattu sur quatre bras inertes.

Il s’est réveillé ce dimanche, heureux, les deux pieds bien enfoncés dans ses charentaises, la fourrure tassée par endroit, que c’est agaçant ces inégalités. Il s’est énervé un peu en enfilant son peignoir qui coince à l’emmanchure. Il a pris son petit déjeuner devant la télévision en ramassant les grains de sucre au coin de la tasse à café. Il a feuilleté le journal de la veille en aplatissant les rebords légèrement froissés. Il l’a remis à sa place sur l’étagère. Il a pris sa douche en veillant à ce que toute la mousse du savon soit bien partie dans le goulot d’évacuation. Il a essuyé le sol de la baignoire d’un geste machinal, pour qu’il n’y ait pas de traces.

Sur le bord de la RN13, deux gendarmes observent le fossé où gît la grosse Renault noire.
— Quelle horreur ces accidents, regarde, c’est toute une famille...
— Heureusement, ils sont tous morts, ça vaut mieux...
— T’es glauque Alfred, ce qu’il vaudrait mieux c’est que ça ne soit pas arrivé, point barre.
— Ouais mais dans ce cas, je dis que ça vaut mieux, rapport à comment les survivants se sentent mal, je veux dire, après...
— Regarde, les pompiers arrivent enfin, sont pas pressés...
— Remarque, ils sont déjà tous morts...
— T’es glauque Alfred, j’te dis...

Il s’est réveillé ce dimanche, le bonzaï à tailler. Il a enfilé son costume de jardinier et il a descendu les marches de l’escalier ciré avec ses patins pour ne pas laisser de traces.

Sur le bord de la RN13, deux gendarmes, secondés par les pompiers récemment arrivés, discutent du terrible accident.
— D’après l’avis de l’expert, les freins ont été sabotés...
— Tu crois que c’est un homicide, volontaire en plus ?
— T’es naze Alfred, les freins n’ont pas l’usure normale, ils lâchent d’un coup et c’est pas volontaire ? Oups, j’ai scié les freins de la Renault à l’insu de mon plein gré ! C’est un homicide volontaire, point barre.
— Ça alors, c’est jamais arrivé de part chez nous, ça, un homicide volontaire...
— T’es naze Alfred, j’te dis...

Il s’est réveillé ce dimanche, le jardin resplendissait sous le soleil d’été. Toute la rangée de bégonias blancs avait été écrasée par une grosse Renault noire. Le calme restait de mise. Il ne sait pas depuis quand il est capable de garder si bien son self control dans toute situation. Les problèmes n’existent pas, rien que des solutions. Œil pour œil, dent pour dent. Il s’est dirigé d’un pas calme et mesuré jusqu’au garage où se trouve la boîte à outils. Un coup d’œil à la voiture, les passagers avait dû aller prendre le petit déjeuner au café de la place du village. Il avait bien quinze minutes devant lui.
Il ne sait pas depuis combien de temps il est capable d’évaluer toutes les situations d’un simple regard d’expert. Une habitude, un défaut, professionnel peut-être. Son cœur battait calmement, ses mains étaient assurées alors qu’il opérait en silence. Une sonate de Chopin, celle qu’il aime écouter lorsqu’il rencontre une affaire difficile, s’était mis en marche toute seule dans sa tête. Il a retiré ses gants. Il a rangé la boîte à outils. Pas une tâche, pas une éraflure. Du beau travail. « Comme toujours, avec vous, Ardour », l’aurait félicité son chef.


— C’est toi qui y vas...
— C’est toi Alfred, point barre, on a tiré au sort.
Finalement, les deux compères s’approchent avec un respect glacé de la lourde porte de verre qui les sépare de l’homme à qui ils doivent parler. Celui-ci leur fait signe d’entrer.
— Mon capitaine, on est bien embêté de vous déranger au p’tit matin mais on a un gros dossier sur les bras, rapport à l’accident d’hier que c’est, d’après l’expert, un homicide, volontaire, en plus...
— Ce que veut vous dire Alfred, mon capitaine, c’est qu’on ne sait pas trop quoi faire de ce dossier, c’est trop compliqué pour nous...
— Rapport à tous les constats d’experts, y a des calculs compliqués et ici, on nous dit toujours, « avec Ardour, du beau travail, comme toujours »...
— Pas de problème, je gère l’affaire, vous pouvez l’oublier...

Le capitaine Ardour sourit de la simplicité avec laquelle se résolvent les problèmes. Cette épine dans son quotidien immaculé qu’était l’accident disparaît maintenant dans le grand feu où s’effacent peu à peu les photographies, les calculs et autres rapports d’experts. Si nouvelle enquête il y a, ce qui est peu probable, Dubord et Tuyot seront accusés de négligence et envoyés à la circulation. Personne ne pourra les croire. Leur parole contre la sienne. Lui, toujours si méticuleux, si perfectionniste, si maniaque.

PRIX

Image de Eté 2016
32

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Bronislaw Raddov
Bronislaw Raddov · il y a
La faucheuse sachant faucher...
·
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
Bien mené !
Mes textes en lice, votes bienvenus !
L'avenir de la justice :http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/reecriture
Portrait dramatique :http://short-edition.com/oeuvre/poetik/jocaste

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
En relisant votre texte ce soir, j'ai vu que j'avais oublié de voter. Erreur réparée (j'oublie un vote sur deux !).
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un très bon texte pour une histoire terrifiante... Vous avez mon vote.
Venez découvrir ma page si le cœur vous en dit.

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Et les bégonias aussi sont toujours blancs ☺☺☺
·
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Je vote pour cette idée noire ;-)
·
Image de Chris Artenzik
Chris Artenzik · il y a
Beau récit, mon vote vous pouvez aussi me découvrir http://short-edition.com/auteur/chris-artenzik
·
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Monsieur vous êtes un triste sire
·
Image de Mazapan
Mazapan · il y a
à qui s'adresse le message ? ;-)
·
Image de Hermeline
Hermeline · il y a
Terrible... ce texte fait penser à Hitchcock +1
envie d'un peu de poésie et de gaité ? http://short-edition.com/oeuvre/poetik/chanson-populaire

·
Image de Christophe66
Christophe66 · il y a
Mais...Que fait la police ?
Mon vote

·
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Terrifiant de froideur et de dissimulation ! Mon vote :-)
Pour découvrir ma nouvelle en compétition :
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/le-feu-follet-de-navotas

·