Image de Michel Ezan

Michel Ezan

1223 lectures

147

Qualifié

Nous nous apprêtions à nous en aller lorsque la porte de l’appartement s’ouvrit. Une petite dame très âgée, vêtue d’une robe à fleurs, nous dévisagea alors avec un large sourire. Elle tenait entre ses mains un torchon à carreaux.
— Oui ? C’est pourquoi ? demanda-t-elle
Cela faisait à peine deux mois que j’avais décroché ce boulot et j’avais encore beaucoup de mal à débuter mes conversations. Je devais pourtant me lancer, c’était « ma porte » !
— Bonjour madame. Je m’appelle Thomas et – désignant mon collègue – voici Jerry...
Elle se mit à rire à chaude larme.
— Tom et Jerry, voyez-vous ça... Vous voulez jouer au chat et à la souris avec moi ?
Je n’avais pas fait le rapprochement avec le dessin animé et, sur le coup, je me trouvais vraiment ridicule. Je bafouillais, gêné, un « pas Tom mais Thomas » tout en priant intérieurement que Jerry nous trouve une bonne répartie. Au lieu de me venir en aide, le gros gaillard souriait bêtement en regardant le plafond. Je rassemblai tout mon courage pour poursuivre.
— En fait, nous visitons les personnes de votre quartier et nous aimerions connaître votre opinion sur la question suivante : Que nous réserve l’avenir ?
Je regrettais aussitôt mon entrée en matière, réalisant que cela faisait plutôt évangélisateur américain. Je m’étais improvisé marchand d’utopie alors que mon boulot c’était de fourguer des assurances. Elle fixa ses yeux sur moi. Ils étaient d’un bleu intense et je voyais bien un petit brin de malice briller tout au fond.
— Vous savez... À mon âge, on n’attend plus grand-chose de l’avenir.
Elle sourit, puis jeta un bref coup d’œil derrière elle. 
— J’ai un gâteau tout juste sorti du four, vous le partagez avec moi ?
Une bonne odeur de chocolat et de coco chatouillait nos narines. Cela eut l’avantage de me mettre un peu plus en confiance.
— C’est vraiment gentil madame, mais nous ne voulons pas vous déranger plus longtemps. Vous disiez que vous n’attendiez plus grand-chose de l’avenir...
Elle me fixa à nouveau. Ses yeux malicieux sondaient mon âme.
— Que voulez-vous que j’attende d’autre que la mort à quatre-vingt-trois ans ? Nous devons tous mourir un jour. Et vous n’y échapperez pas non plus mon petit Tom.
Je commençais à perdre pieds. Et au lieu de m’aider, mon collègue continuait à contempler le plafond. Il était comme ça Jerry, toujours dans la lune.
— La mort n’est pas la fin de tout, avançai-je. Et il faut penser à ceux qui restent...
— Vous voulez y goûter ? demanda-t-elle avec toujours plus dans malice dans les yeux.
La question me décontenança. Elle remarqua mon étonnement et se remit à rire
— Pas à la mort... À mon gâteau, bien sûr... Je vais vous en chercher et vous le mangerez en route !
Sans même attendre notre réponse, elle s’engouffra rapidement dans son appartement et revint au bout de quelques minutes avec des parts bien emballées.
— Régalez-vous mes enfants... Vous m’en direz des nouvelles.
Nous remerciâmes notre hôte et prîmes congé après lui avoir laissé une brochure vantant les mérites d’une assurance multirisques habitations. C’était tout ce que je pouvais lui proposer à cette pauvre dame.
Au pied de l’immeuble, Jerry prit soin de rayer le numéro 11 de la liste des appartements à visiter. De mon côté, je planifiais dans mon agenda une nouvelle visite à notre sympathique mamie gâteau – c’est comme ça que Jerry l’avait surnommée – pour la semaine prochaine.
En route, nous croisâmes Johnny, l’un des nombreux clochards du quartier, en train de faire les poubelles. Cela devenait de plus en plus difficile pour lui. Et c’est tout à fait naturellement que nous lui laissâmes nos parts de gâteaux.
Ce fut la dernière fois que nous croisâmes Johnny.
La semaine suivante, en nous rendant à nouveau à l’appartement numéro 11, nous vîmes des scellés sur la porte. Nous restâmes un moment interloqués jusqu’à ce que, sur le palier, un voisin vint nous rejoindre.
— On n’aurait jamais dit qu’elle était comme ça... dit-il
— Qui donc ? demandais-je
— Madame Gustave, celle qui vivait là. 
Il poursuivit après un long soupir
— Tout le monde y est passé : son fils, sa fille, ses trois petits-enfants et aussi quatre personnes de cet immeuble.
— Mais de quoi parlez-vous ? demandais-je encore avec insistance
L’homme nous dévisagea comme si nous venions de la planète Mars.
— Comment ??? Vous ne savez donc pas ??? Elle a été arrêtée il y a trois jours. Elle a empoisonné tout ce petit monde avec ses gâteaux au cyanure.

PRIX

Image de Hiver 2019
147

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
EXCELLENT ! Un brin "auberge rouge" ou "Lucrece Borgia" la Mamie ! C'est pas celle de Titi & Grosminet ! (Ce n'est qu'à la mort de johnny qu'on s'attend à la terrible chute !)
·
Image de domi
domi · il y a
J'ai beaucoup aimé cette nouvelle, je ne sais pas si vous connaissez la série des années 70-80, "Bizarre Bizarre", mais elle est tout à fait digne d'y figurer !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bravo ! On ne s'attend vraiment pas à cette chute ! J'adore cette nouvelle.
·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Mimi, horrible puis rire!!
que d'émotions grâce à cette page!!

·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
'arsenic ( dans le chocolat ) et vieilles dentelles' ! +5
en lice poésie...si vous aimez

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
....ou comment se débarrasser des démarcheurs à domicile ! Vous l'avez échappé belle !
·
Image de Teddy Soton
Teddy Soton · il y a
Un cadeau empoisonné, pas le mien en tout cas +5.
Je suis en finale avec Frénésie 2.0 merci pour votre soutien

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un texte bien écrit et captivant ! Mes voix + 5 ! Une invitation
à découvrir “Le Vortex” qui est en FINALE pour la Matinale en
Cavale. Merci d’avance et bonne soirée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

·
Image de Annadée
Annadée · il y a
Ah ah ! Vraiment on ne s attend pas à une telle chute à la fin !
·
Image de Keita L'optimiste
Keita L'optimiste · il y a
J'ai l'honneur de vous informer que mon oeuvre a été sélectionnée Pour la finale.pour ce faire je vous invite incessamment à me soutenir à nouveau en renouvelant votre vote sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/apparait-maintenant svp ok merci d'avance
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Il n’y a vraiment pas grand-chose à voir à Saint-André. Certains vous indiqueront sans aucun doute le temple hindou à Petit Bazar, ou encore celui de Colosse. D’autres vous parleront de la ...

Du même thème