Mamatondi

il y a
3 min
4
lectures
2
Il était une fois le Mamatondi.
Trois amis dont deux garçons Hisanjani et Okara, une fille Habila avaient été élèves chez les Amawoulés. Les Amawoulés étaient une tribu très puissante à cause de ces pouvoirs mystiques. Après l’expulsion d’Okara pour avoir bafoué les règles de la tribu et dérobé le Maweté, un symbole de la tribu, il rejoignait une autre smala appelée les Toyembas. Peu à peu, il devenait une machine à tuer.
Tandis que Hisanjani était proclamé Roi des Amawoulés et épousa Habila. Ils eurent deux enfants : Oba, âgé de 5 ans et un nourrison de 4 jours non encore béni. Au fil des années, la rivalité entre les Amawoulés et les Toyembas faisaient que les deux amis d’enfance devenaient donc peu à peu des ennemis. Les Amawoulés et les Toyembas vivaient sur le même territoire. Les deux tribus étaient séparées par un fleuve riche en ressource minière.
Un jour, dans la courette des Amawoulés, sous le regard bienveillant de ses parents, Oba se livrait aux jeux d’apprentissage tandis que le nourrisson pionçait tranquillement dans son couffin soudain Okara et ses condisciples survinrent.
C’est là que la destiné des deux frères bifurques. Pris par la panique, Oba s’enfuyait et ne pouvait empêcher le massacre de sa famille. Après avoir abattu froidement les parents d’Oba, Okara restait insensible aux malheurs qu’il provoquait et mettait le feux chez les Amawoulés. Sous ce décor meurtrier, Adeleké, le bras droit d’Okara, vît un bébé au milieu des flammes, il s’approcha lentement, le récupéra et le ramena avec lui pour le confier à sa femme Anita, la matrone des Toyembas.
Le surlendemain, la femme d’Okara, Adésina, aidée par Anita accoucha malheureusement l’enfant mort né. Anita la proposa d’échanger l’enfant mort né avec le nourrisson qu’on lui avait confié. Ayant peur de subir les remontrances de son mari, Adésina accepta l’arrangement. Les deux femmes se promettaient de garder ce secret.
Le bébé fut baptisé Ola. Quant à Oba, il revenait souvent sur les lieux du drame, il n’avait plus qu’une seule obsession la vengeance.
Mais comment attraper le plus redoutable des chefs Okara, un véritable assassin capable d’apparaître n’ importe où pour semer le chaos avant de s’évaporer.
Quelques années plus tard, Oba décidait de s’installer au nord chez les Yanzi et apprit les techniques de combat et jura de se venger. Quant à Ola, il grandissait dans le milieu royal des Toyembas et au fil des années, Okara prenait de l’âge et fut remplacé par Ola à la tête des Toyembas.
Des jours après, on assistait à des conflits incessants entre les Yanzi et les Toyembas en raison du contrôle de l’or. Après des mois d’affrontement, la tension montait d’un cran avec l’assassinat d’un jeune du Toyembas. Ola prenait alors les choses en main. La guerre des tribus faisait rage, Oba malgré les risques était plus que jamais décidé à en finir avec les Toyembas et se jetait dans la mêlée.
L’atrocité de la guerre allait mettre Oba et Ola à l’épreuve dans un long et éprouvant combat au cour de laquelle Oba fût blessé et capturé puis enfermé dans le bagne des Toyembas en attendant son exécution.
Au même moment, Adeleké, le bras droit d’Okara, son plus fidèle soutien qui l’avait conduit de victoire en victoire avec une bravoure et dénouement exemplaire était reproché d’entretenir une relation amoureuse avec la souveraine Adésina.
Okara s’arrangeait puis ordonnait son arrestation. Ironie du sort, Oba et Adeleké se retrouvaient dans le même bagne. Dans l’obscurité du bagne, Oba était peu communicatif au début. Petit à petit, les deux hommes se liaient d’amitié.
Un jour Oba qui en se parvenant, raconta à Adeleké l’histoire de son enfance. Surpris par la réaction d’Adeleké, Oba, interloqué en lui demandant pourquoi il était si obtus. Adeleké romprait ainsi le silence et lui dis à mots couverts ‘’J’y étais ‘’. Oba le regarda avec une haine harmonique.
Adeleké poursuit sa narration’’...Le petit n’est pas mort...Dans ce décor meurtrier, j’ai vu un bébé s’allonger sur son couffin. Au début, je n’ai pas cru une seule seconde qu’il respirait, son visage était froid, j’ai mis ma main sur sa cage thoracique et ça ne bougeait pas, je l’ai soulevé de son couffin par réflexe et le secouaient un peu et il prend tout à coup une grande bouffée d’air. Cet enfant s’est Ola’’
Sous le coup de l’émotion, Oba n’en revenait pas et devait agir rapidement avant son exécution.
Il écrivit une épître dans laquelle il narrait toute l’histoire dans les moindres détails et demandait à l’intendant du bagne de la remettre à Ola, voyant là une chance unique de se tirer d’affaire.
Ola recevait la missive et la parcourait.
Quant à Oba, il était acheminé dans la courette pour son exécution. Quelques minutes après Ola se dirigeait vers le Divan pour y retrouver Adésina et Okara. Il était envahi par une profusion de sentiment et tendit la lettre à Okara. Il était envahi par une profusion de sentiment et tendit la lettre à Okara.
Au pied de la lettre, Okara la prenait et ne pouvant pas digérer cette trahison, ce mensonge, il trucida Adésina et ordonna aux gardes de capturer Ola qui parvint à s’enfuir et se dirigeait vers la grande cour pour sauver Oba.
Les deux frères se retrouvaient après des années mais au moment où ils se serraient la main, Ola sera criblé de flèches par les soldats d’Okara.
A terre, Ola regarda longuement son grand frère, bouche tachetée de sang il lui glissa quelques mots’’ Amoyo Mamatondi, à Dieu ’’
Ola rendit l’âme, Oba se releva et fonça malgré les risques. Au cour de cette sanglante bataille, il parvint à laminer les soldats d’Okara.
Ce dernier le vît arriver et comprît qu’il n’y a malheureusement pas d’issue possible. Okara se suicida à l’aide d’un licol.
Quelques mois après, Oba apparemment brisé, reprît sa vie. Il s’autoproclama Roi et choisît Adeleké comme bras droit. En hommage à son petit frère, Oba réunifia les Amawoulés et les Toyembas et appela la tribu ‘’Oba et Ola’’


Fin
2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Eric diokel Ngom
Eric diokel Ngom · il y a
Mashallaaa Un plaisir et une chance de découvrir ta page .j'ai bcp aime.. un texte original et bien structuré.. merci de consulter l mien pour me donner un avis et voter si sa vous tente..