Maîtresse !

il y a
1 min
312
lectures
31
Qualifié

Pour en savoir plus http://marine-decharrin.pagesperso-orange.f  [+]

Image de Eté 2015
La maîtresse elle veut que je fasse des ronds tout beaux, des cercles tout bien rangés, qui finissent bien, sans rature et sans bosse, mais moi mon compas il a des envies de grand large... Ça me gêne ces p’tits carreaux rigides, je veux pas compter en millimètres ; moi j’veux partir me baigner, mais pas n’importe où..., je veux nager dans une mer de bijoux, je veux avaler de l’azur et du turquoise, je veux mélanger l’or du soleil avec la lumière de la lune, je veux pas coincer mon compas dans un trou pas drôle, le planter dans un monde bien rond, joli à souhait, parfait d’ennui et qui tourne sur lui-même sans jamais s’arrêter, à l’infini, toujours le même disque : « Fais tes cercles, calcule le rayon, il est où le diamètre, tourne pas autour du pot, travaille, fais tout comme elle t’a dit la maîtresse... »
Mais moi, j’veux de la folie, je veux de l’ailleurs, des demi-lignes qui vous regardent de biais, des bords tout cabossés avec des rayons autour, pas dedans, des rayons qui vont voir plus loin, comme un soleil qui éclabousse... Je veux que ma vie soit un drôle de bijou, un diadème avec tout à inventer à l’intérieur, avec du rêve dedans de toutes les couleurs, avec du sel qui fait la peau toute blanche et des odeurs qui sentent le large ou le bizarre. Je veux du tordu, du biscornu, du rigolo, des clins d’œil, moitié bisou moitié sourire.
Moi, je veux pas de compas dans l’œil, je veux voir autrement, je veux danser avec le soleil qui fait des galipettes et des courbettes sur ma feuille à carreaux.
Moi je veux ressusciter la maîtresse parce qu’elle a oublié de rêver.

31

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !