3
min
Image de Melinda Schilge

Melinda Schilge

1380 lectures

258

Qualifié

— Ah, quelle histoire... ai-je soupiré, les sourcils contractés.
L’officier de police, venait de me rapporter qu’il l’avait arrêtée et qu’elle s’était rendue facilement.

***

C'était un dimanche d'humeur légère, où nous aurions pu changer le monde si le monde avait voulu de nous. Nous nous contentâmes d'une virée sur les quais de Saône. Au sortir d'un chemin herbeux piqué de fleurs, nous découvrîmes une péniche solitaire. Des lambeaux de peinture étaient à rafraîchir, ce qui donnait l’air vieillot dont nous raffolions. Et à l’arrière, comme une invitation, une pancarte : « À vendre ». Et pourquoi pas ? Nous nous sommes regardés :
— On frappe ? proposai-je, hésitante.
— Si tu veux, me répondit Jeannot avec un regard qui éclaira les ridules de ses yeux.
Nous nous engageâmes main dans la main sur la passerelle métallique. En toquant, je me demandai si le panneau s’adressait aussi aux visiteurs dominicaux. N'y avait-il pas une trêve implicite le dimanche pour ce genre d’affaire ? D'abord, rien. Puis la porte fut comme arrachée devant nous. Une femme entre deux âges, au visage torturé, nous ouvrit. Cependant, un large sourire éclata et nous la rendit immédiatement sympathique. Elle ne tarda pas à nous raconter sa vie passée dans le rafiot.
— La coque est nickel, le carénage a été fait il y a six mois. Ma péniche est tout confort : je suis frileuse. Et puis, venez-voir : j’ai même aménagé les cuves à l'avant.
Pendant une petite heure, nous rêvâmes, l’imagination en feu... « Parfois, je pars à la tombée de la nuit et je descends au sud de Lyon, rien que pour sentir l'eau clapoter sur la coque et écouter le moteur ronronner. Le week-end, je navigue même au-delà de l'écluse de Pierre Bénite, nous expliqua-t-elle, engageante ». Songeuse, je voyais... – tiens, soudain, un banc où se reposerait une dame au tablier à carreaux –, puis une plage de galets et un arbre qui plongerait ses branches dans la rivière ; j’entendais déjà le bruit sourd de l’engin et je sentais mes nuits bercées. Elle sortit un rhum arrangé, bien arrangé si j’en juge par le tangage qui me prit par la suite. Nous rîmes, lorsqu'elle nous relata une mégarde qui aurait pu mal se terminer : elle avait oublié de défaire une amarre dans une écluse qui se vidait ; elle se trouvait à l’intérieur pour se laver, quand sa péniche s'était penchée sur le côté. Elle avait réagi quand l'eau de sa douche avait arrosé les parois.
Nous notâmes son numéro de téléphone portable. Juste avant de partir, je l’interrogeai sur les raisons de son départ. Elle eut un air absent : « Il le faut... Je dois changer de... » Son regard s’était teinté d'une angoisse extrême. Elle se reprit : « Nous avons tous nos superstitions... », glissa-t-elle avec une feinte complicité ; je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire mais ne cherchai pas plus loin, occupée à me relever le plus dignement possible.
Lorsque nous prîmes congé, je remarquai ses mains, épaisses, masculines, aux doigts étrangement longs. Elles semblaient appartenir à un autre corps que le sien. Quand elle vit que je les fixai, elle les cacha derrière son dos. Je remarquai qu’il lui manquait une phalange.

Quelques semaines plus tard, je parcourus un article qui relatait le repêchage du corps dans l'écluse en aval de chez nous : un clochard avait été étranglé ; je n'y prêtai pas attention.
La vie, les contraintes pécuniaires, la prudence peut-être, reprirent le dessus, et un jour, je jetai le papier sur lequel j'avais inscrit le numéro des rêves d'un après-midi.
Je n'y pensai plus jusqu'au jour où, six mois plus tard, un problème de santé me poussa sur les quais pour une promenade. En atteignant la péniche, je faillis traverser la passerelle de métal bleu ; un malaise imperceptible me retint, je rebroussai chemin. Un peu plus loin, je m'attardai devant une niche dans le mur. Une couverture gisait sur des cartons. Là un clochard vivotait autrefois ; je me remémorai l'article sur le meurtre perpétré si près de chez nous...

Je poursuivis mon chemin, je m'arrêtai soudain devant des marches... un endroit où je m'étais assise vingt ans plus tôt. Pourquoi ce deuxième souvenir me revenait à ce moment-là !? Parce qu'il était associé à une main puissante. Sur ces pierres grises et froides, j'avais pleuré, souffrant de la distance qui s’était creusée entre le garçon que j'aimais et moi-même. Une main, étonnamment large, s'était posée sur mon épaule. J’avais d’abord sursauté, inquiète ; engluée dans le chagrin, je n’avais pas bougé. Alors la main m’avait étreint ; sa chaleur avait séché mes larmes. La réminiscence de cette main, immense, me ramena au ressouvenir des mains de la femme qui nous avait reçus dans sa péniche, je rentrai chez moi confuse.

Un mois plus tard, un autre article attira mon attention : le corps d'une prostituée avait été repêché dans l'écluse en dessous de chez moi. Elle avait été étranglée, on cherchait une personne à qui il manquait une phalange. Une conviction se dessina dans mon cerveau : la coupable était cette femme qui habitait la péniche. Il n'y avait pas que ses mains, il y avait aussi son regard, d’une frénésie inquiétante, quand je l’avais questionnée sur la nécessité de renoncer à son embarcation.

***

L'officier de police me raconta qu'Amélie est l’une des premières navigatrices en solitaire. Idéaliste, elle avait dilapidé sa fortune ; pourtant, elle ne supportait pas la misère. Son premier contact avec la mort datait d’un retour d’une transat' où elle avait dû terminer le voyage sans pouvoir rien faire pour son mari, atteint d’une péritonite. Une agonie lente et atroce. Elle avait abrégé ses souffrances en le couvrant d’un oreiller...

J'ai raccroché, sonnée ; je n’y croyais pas encore. J’eus envie de hurler ; elle avait sali à jamais les quais de ses odieuses pulsions. Quelques heures plus tard, je me suis remémorée cette main qui s'était déployée sur mon épaule. Au lieu de me consoler, aurait-elle pu me tuer ?

PRIX

Image de Été 2018
258

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Très jolie plume ! Bravo.
Julien.
Si je ne l'ai pas encore fait, Je vous propose une nouvelle (policier/ thriller) :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
à bientôt peut-être.
julien.

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une jolie production ! Un texte écrit avec subtilité et aisance ! Très bien fait ! J'adore vraiment ! Bravoo
Si l'envie vous prend je vous invite à découvrir mon oeuvre en compétition, catégorie des nouvelles, "Jeunes écritures".
https://short-edition.com/fr/auteur/assmoussa

·
Image de RAC
RAC · il y a
Glacial mais très belle plume ! Merci !
·
Image de Zago
Zago · il y a
C'est un fait : j'aime beaucoup votre style. Je me permets donc une citation.
"Je reviendrai". T800, Terminator 2.

·
Image de Melinda Schilge
Melinda Schilge · il y a
De l'humour en plus...
Merci !
À toutes fins utiles, mon deuxième roman, Ciao Bella, dont le thème de la lutte contre les extrémistes pourrait évoquer Rédemption sort en numérique la semaine prochaine.

·
Image de Zago
Zago · il y a
Félicitations ! C'est la classe. Moi qui ai déjà bien du mal à pondre une nouvelle, j'imagine le boulot pour écrire un roman. En plus, je me suis permis un passage sur votre blog pour en lire les extraits à disposition, ça a l'air dur, ça a l'air vrai...Ça a l'air bien ! Et à lire les avis concernant Résurgence sur Babelio, ça risque de l'être... En un mot : respect !
·
Image de Melinda Schilge
Melinda Schilge · il y a
Honorée de vos passages ; sur le plan des nouvelles, vous vous défendez bien de votre côté !
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Quel étrange et sombre personnage. Votre héroïne l'a échappé belle
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Waouuuuu c’est puissant et maîtrisé bravo. Venez dc goûter mon Lapin Brun...
·
Image de Anne Marie Menras
Anne Marie Menras · il y a
Oups ! Cet été j'ai loupé beaucoup de textes dont le vôtre. Une histoire qui fait froid dans le dos, je vais regarder à deux fois lorsque je m'approcherais d'une péniche (il y en a plein qui sont amarrées non loin de chez moi ! )
L'ombre de Dibutade de Sicyione, c'est le titre de mon TTC pour le prix Imaginarius, je pense qu'il va vous amuser ! J'espère qu'il ne me vaudra pas quelques années de prison pour outrage aux chef de l'Etat et à ses représentants ! Bonne lecture et merci à l'avance de vos voix !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lombre-de-dibutade-de-sicyione
(en commentaire le texte définitif envoyé pour correction à S.E.)

·
Image de MCV
MCV · il y a
Une de ces aventures si bien racontées qu'on en redemanderait!
·
Image de Melinda Schilge
Melinda Schilge · il y a
Merci. Note : après sa diffusion, elle a eu droit aux prolongations sur mon blog (-;
·
Image de MCV
MCV · il y a
Je vais chercher ça!
·
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Comme vous racontez bien ! C'est fort et beau ...j'ai adoré ...
·
Image de Ysé
Ysé · il y a
Quelle belle écriture ! Je vous invite également sur ma page ‘
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème