4
min

Maddie

Image de Aiyana

Aiyana

400 lectures

120

L'impact des gouttes sur le métal, à intervalles réguliers et la notion du temps qui se perd. Sans doute s'est-elle cognée la tête. Elle ne s'en souvient pas. Pas plus qu'elle ne sait les heures sans voir la moindre étincelle de lumière.
Il y a ce martèlement incessant qui joue contre ses tempes, une douleur lancinante qui ne quitte plus Maddie depuis qu'elle a ouvert les yeux.
Elle porte ses mains à ses paupières, doucement suit la ligne de ses cils. Sur le côté de sa tête, une petite ligne granuleuse et sèche court sur sa peau, s'effrite au toucher et remonte à la racine des cheveux. L'effleurement de son crâne tuméfié lui arrache un léger cri de douleur.
Elle est blessée. Et cette odeur qu'elle ne reconnaissait pas jusqu'à présent... du sang séché sur son visage.
Maddie essaye de mettre un nom sur les ombres autour d'elle. L'endroit où elle se trouve n'a pas de visage. Le cœur au bord de la rupture, elle se lance à tâtons dans l'exploration de son environnement le plus proche. Elle ne peut compter que sur ses sens. Elle doit les réveiller, maintenant et oublier ses membres atrocement endoloris. Le toucher, l'ouïe, l'odorat... très rapidement.

Maddie a pleinement conscience de son corps à présent. Il est perclus de douleurs vives et suffisamment fortes pour entraver ses mouvements.
L'air ambiant est assez froid et humide. Peut-être une cave ? Le sol est un mélange de ce qui semble être une terre sableuse et de petits cailloux. Le contact est la fois doux et pénétrant, l'humidité, quant à elle transperce ses vêtements et lui colle à la peau. Ses mains glissent maintenant contre le mur, se déchirent sur une paroi rocheuse aiguisée. Elle s'est trompée. C'est certainement une cavité naturelle.
Ses mains tremblantes de panique reviennent au sol. Une ou des personnes étaient ici avant elle. Elle découvre des objets sous ses doigts, sous ses genoux, un peu partout autour d'elle. Des fragments de vie hétéroclites, des âmes éparpillées à même le sol, oubliées sans remords.

Des bribes en flash se juxtaposent dans les rouages de sa mémoire. Elle est sortie vers 10h, mais quand ? Ce matin ? Des jours, des semaines, des mois ? A-t-elle eu un accident ? Est-ce qu'on la recherche ?
Elle sait que la situation est anormale, tout le reste n'est qu'un flou qu'elle tente vainement de dissiper. Mais plus elle s'y essaye, plus elle s'enlise dans l'angoisse de ne pouvoir donner un sens à tout ça.

A quatre pattes, Maddie se dirige de l'autre côté de son abri. Après tout, elle est à l'abri. Non ? A peine six mouvements pour avancer qu'elle se heurte à un nouvel obstacle, lisse, froid. Un barreau en fer, un deuxième, puis un autre qui se multiplie à son tour, dans un vent de terreur.

Avez-vous déjà senti votre sang se glacer au point de prier pour que tout s'arrête ?

Maddie est sortie vers 10h pour quelques courses et quelqu'un l'a abordée. Elle ne prête attention que vaguement à la silhouette dans la voiture. Elle a juste envie d'écourter les explications pour se rendre au plus vite au centre commercial et en finir avec toutes ses obligations. Elle court toujours après le temps et réussit à peine à se ménager des instants à elle. Là, c'est différent, elle aura cet instant pour elle dont elle rêve depuis si longtemps et rien ni personne, pas même ce type ne pourra l'en empêcher.

La torture vient après, quand rien ne cède. Le corps et l'esprit dissociés. L'un figé dans son mutisme, incapable de bouger, l'autre enragé, muré, mais prêt, instinctivement, à se battre pour survivre. Il n'existe pire enfermement.

Maddie s’agrippe aux barreaux et entreprend de les faire bouger en les secouant de toutes ses forces. Mais rien ne se passe. Son corps s'épuise à tenter l'impossible. Alors, toujours figée aux montants de fer, elle se hisse lentement sur ses pieds, puis encore plus lentement se redresse petit à petit. Centimètre par centimètre, son corps se déplie, hésitant, engourdi. Elle n'a aucune idée de la hauteur du plafond et s'attend au choc à chaque instant. Elle parvient finalement à se mettre debout, non sans ressentir quelques vertiges. Elle lève un bras au-dessus de sa tête, à moitié seulement, le plafond naturel pose déjà les limites.

Maddie tremble de tout son être dans un mouvement incontrôlable. La peur, le froid, un mélange des deux. Tout se bouscule dans sa tête, dans un chaos infernal. Contrairement à ce qui peut se dire, ce n'est pas notre vie qui défile quand on sent la mort proche, mais l'inquiétude de l'instant qui nous emprisonne et du futur qui guette sournoisement dans l'ombre.

Sa voix se brise dans un sanglot.
« Aidez-moi »
Les minutes s'éternisent avant que sa supplication ne fasse écho. Il y a quelqu'un, de l'autre côté de la grille qui lui sert de cage. Quelqu'un qu'elle ne voit pas et qu'elle n'avait pas senti jusqu'à maintenant. Sa respiration se bloque, tout son être est aux aguets. Un homme, la voix profonde et rauque lui répond.

« Je retourne en ville, je vais te chercher à manger et de quoi te faire un feu. Je ne serai pas long.»

Quelques bribes encore. La silhouette est vague, toujours. L'homme sort de la voiture et s'approche. Maddie n'a pas le temps de voir son visage avant de recevoir un coup sur le côté de la tête. Quand elle reprend connaissance, elle est couchée sur le sol à l'arrière d'une voiture, ses poignets et ses chevilles sont entravés par des liens qui lui brûlent les chairs. Les arbres qui défilent de l'autre côté de la fenêtre arrière, se font de plus en plus denses. Le chemin escarpé s'imprime dans les os de son dos. Les creux, les bosses se succèdent sans répit. Impossible de savoir dans combien de temps le supplice va cesser. Arrêt. Le tissu caresse ses yeux. Trou noir...

Maddie guette l'homme dans l'obscurité. Elle aimerait le voir pour cesser de supposer, pour taire les inquiétudes. Même les condamnés ont droit à une dernière volonté.

L'homme est agité, elle le devine à ses mouvements fébriles, désordonnés. Il fait tomber des choses, perd patience, s'y reprend à plusieurs fois, maladroitement. Les pas s'éloignent. Puis le silence, complet, effrayant.
Combien de temps avant son retour ?

Maddie reprend l'exploration du sol dans l'espoir insensé de trouver quelque chose d'utile. Elle n'ose se l'avouer, mais elle cherche n'importe quoi qui pourrait lui servir d'arme. La frustration de ne mettre aucun nom sur ce qu'elle touche s'ajoute à son inquiétude.
Au moment où elle est prête à abandonner, elle tombe sur l'inespéré. Elle reconnaît sous les lignes allongées, la forme d'une lampe torche. L'interrupteur est sur le côté. Elle tente d'appuyer, puis de le faire glisser, mais sans succès. Les piles doivent être mortes depuis longtemps, Maddie s'y résout.
La lampe lui échappe des mains, roule au sol jusqu'à frapper la paroi sur le côté et s'allume dans un soubresaut.
Maddie se précipite et accueille fébrilement ce don. Le filet de lumière est mince, mais suffisant pour qu'elle puisse voir son cachot.
Il y a bien tous ces objets devant elle, pour la plupart féminins. Un chandail, un petit miroir de poche brisé, un trousseau de clés, un escarpin en cuir noir... comment savoir s'ils appartiennent à une seule femme ?
Maddie dirige la lumière un peu plus loin dans le coin le plus reculé. La lampe lui échappe à nouveau quand elle s'évanouit.

« Quelqu'un ? »
Maddie est allongée sur la terre battue, à peine revenue de son malaise. Cette fois, personne ne répond. Elle est seule avec son cauchemar. Il y avait bien une personne avant elle, ce qu'il en reste n'est qu'à quelques mètres. Les larmes roulent sur ses joues. Maddie aimerait crier sa détresse, les sons se défilent, la laissant à son isolement.
La lampe torche ne fonctionne plus. Combien de temps avant son retour ?
Il faudra qu'elle trouve une excuse pour qu'il ouvre la grille... Elle a eu le temps de repérer ce qui pourrait être la sortie.
Est-ce qu'il sentira la ruse ? Pourra-t-elle courir assez vite pour lui échapper ?
Et toujours la même question qui la hante : combien de temps faut-il pour sortir du bois ?

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
120

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Noellia Lawren
Noellia Lawren · il y a
" le corps et l'esprit dissociés" j'aime beaucoup, je ne suis pas friande de ce genre de texte mais j'avoue qu'il est vraiment très bien écrit, bravo, je vote avec plaisir
si le cœur vous en dit, je vous invite à découvrir , dans un autre registre, mon poème en compétition
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/lettre-a-sacha
bien à vous et n'hésitez pas à me contacter pour un vote, j'aime votre écrituré

·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Merci pour votre retour sur mon texte, d'autant plus si ce n'est pas votre genre de lecture !! Je suis touchée... je vais de ce pas découvrir votre poème en compétition... A bientôt :-)
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Brrrrrrrrr !!!!! Quel cauchemar pour cette pauvre femme qui, éléments après éléments, prend conscience de l'horreur de sa situation, jusqu'à la découverte macabre et insoutenable ! Ses interrogations, ses sensations et ses sentiments dévoilés au fil du récit nous font entrer dans l'histoire avec beaucoup de réalisme. Mon seul regret : découvrir votre texte si tard, mon vote bien sûr !
De mon côté je vous propose des " Vacances en short " . . . vous laisserez-vous tenter ?
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/vacances-en-short

·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Il n'est jamais trop tard !! Merci pour ce commentaire qui me va droit au cœur... c'est la plus belle des récompenses !! A bientôt
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un thriller mené haut la main avec un crescendo dans l'angoisse ! Bravo, Aiyana ! Vous avez mon vote.
J'ai ici un ttc pour le fun et le rire si cela vous tente : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/beee (en finale)

·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Merci pour ce commentaire très encourageant !! Je devrais avoir du temps ce soir pour lire votre ttc... :-)
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Quels frissons ! Quel suspense ! Bravo ! Mon vote ! Mon œuvre,“Kidnapping”, est en Finale pour le Prix Court
et Noir 2017. Je vous invite à venir la lire et la soutenir si le cœur
vous en dit. Merci d’avance !

·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Merci pour votre commentaire et votre soutien !! J'irai voir votre œuvre au plus vite... A bientôt
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci d'avance, Aiyana et à bientôt !
·
Image de Marc Bagnoli
Marc Bagnoli · il y a
Un récit tout en frisson. Très réussi.
·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Merci beaucoup !!!
·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
Très subtil.
·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Merci, c'est gentil et c'est un compliment que je n'avais encore pas eu... :-)
·
Image de Soulmate0306
Soulmate0306 · il y a
J ai adoré
·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Merci !!!!
·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Merci beaucoup !!! Malheureusement, votre vote n'a pas été validé... :-(
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
cela fait froid dans le dos , j'en ai encore des frissons , bravo, et bonne chance
·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Merci pour votre soutien !!!
·
Image de Gail
Gail · il y a
Oh mais que se passe-t-il ensuite ? Quelle angoisse !
·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Suspens !!! Merci pour votre commentaire et votre soutien... :-)
·
Image de James Wouaal
James Wouaal · il y a
Bienvenue !
il est là, le petit truc qui vous trifouille le ventre. Et il n'est pas si évident que ça à réveiller. Bravo !

·
Image de Aiyana
Aiyana · il y a
Merci pour votre message de bienvenue !! Et pour le "petit truc" dont vous parlez si bien... c'est un beau compliment...
·