Image de Jo.L

Jo.L

77 lectures

23

C'est à Paris, en octobre 1931, que la petite Annie-Suzanne voit le jour et déjà son papa la repousse. Il ne la reconnaîtra pas et mourra deux ans après la naissance de cette petite pétrie d'un caractère affirmé. Elle grandit entre la Normandie et la capitale. C'est ici qu'elle décide de faire de sa vie une « Comédie ». Jean, le poète, remarque en elle un fort tempérament dramatique. En 1958, libre de ses choix, elle quitte « la grande maison » ! Avec un nouveau partenaire, ils se laissent aller sur une balançoire. Moment privilégié qui la propulse tout droit vers Milan où elle se dévoilera merveilleuse : Nadia, jeune et belle prostituée mais déjà désespérée, déchirée glissera vers la mort.
Ainsi, sous un soleil de plomb, Annie-Suzanne et Rénato, cet animal sauvage, éprouveront l'un pour l'autre un amour-passion dévastateur.

Elle vole entre Rome et Paris, délaissant trop souvent leur petite fille. Elle prend des risques, quelle audace : se muer en « femme à barbe ». Petit à petit ses employeurs se détournent d'elle, plus que jamais, elle fait face, elle doit « vivre pour vivre ». Dans les années 70, elle décide de ne « plus boire, plus fumer, plus draguer mais de... causer » et par la suite, la frénésie aidant de « flinguer ». Ça lui va tellement bien !

Elle quitte la bande à Michel qui avait comme elle cette gouaille souvent imitée mais jamais égalée.

De femme amoureuse dans la vie, elle s'est vue mourir d'aimer. À travers Gabrielle, elle est devenue cette étoile populaire et attachante qui ne se démentirait plus.
Je n'oublierai pas cette Françoise luttant contre cette saloperie de cancer : putain quel talent ! Par bonheur, elle en guérit. C'est là, qu'avec son mari loufoque, (l 'inénarrable Louis), ils nous concoctent une belle « zizanie ».

D'avocate en mère de famille, de vieille fille en femme aux mœurs légères, de femme soumise en femme de tête, nous nous reconnaissons en elle. Bref, à chacune de ses apparitions, on se prenait la gifle.

À présent, je m'adresse à vous Annie-Suzanne :
- « Plus tard, vous êtes entrée dans notre salon, nous avons vécu un si bel été avec le vent doux des moissons suivi d'innombrables orages.

Puis les plans se sont raréfiés, la grand famille vous ayant tourné le dos, des projets coûteux n'ont pas abouti, des rencontres de mauvaise influence ont obscurci votre ciel et l'horizon s'est bouché. Le destin cruel vous a fait glisser vers ce monde où on oublie «  Les Misérables ». Les souvenirs ne se sont plus imprimés.
Malgré cela, Annie-Suzanne, vous avez à nouveau revêtu votre blouse d'institutrice, dispensez, non pas des cours de calcul ou de français, mais bel et bien une indicible leçon de courage. Je n'ai pas eu celui d'assister à l'une des dernières de Madame Marguerite lorsqu'elle est venue dans ma ville, car celle-ci tuait Annie, belle personne pétillante, à mes yeux, éternelle.
Je ne sais pas si vous manquez au cinéma français, mais à moi, vous manquez follement, éperdument... douloureusement. Et votre carrière, votre talent, votre sourire me font penser que vous n'êtes pas tout à fait morte. Et ce n'est pas ce minuscule carré de terre dans un célèbre cimetière qui me persuade du contraire. Merci LA GIRARDOT ! ».@Jo.L

23

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Maggy DM
Maggy DM · il y a
Très beau texte pour un bel hommage...
Image de Camille G
Camille G · il y a
très bel hommage !
Image de Mielloux
Mielloux · il y a
Grand passionné de cinéma j'aimais tellement cette actrice rare femme au temps à l'aise dans le drame que la comédie une des seul à
Image de Mielloux
Mielloux · il y a
...avoir su dire les dialogues de Audiard, merci pour cette hommage !!! Je vous laisse aller lire ma bd si le cœur vous en dit merci : http://short-edition.com/oeuvre/strips/harry-l-histoire-oubliee-1
Image de Evinrude
Evinrude · il y a
Très belle idée votre texte et fort bien écrit !
Mon vote !
Si le coeur vous en dit, je vous invite à venir découvrir mon TCC http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-marteau-et-les-etoiles en lice pour le prix d'automne. Belle soirée à vous.

Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
Très beau texte une belle plume . Je vous invite à découvrir Au fait qui est en finale et si le cœur vous en dit de visiter ma page. Belle journée
Image de Violette
Violette · il y a
Un bel hommage à cette artiste de grand talent.
Image de Musica ROUX
Musica ROUX · il y a
Je l'ai vite reconnue, Annie, cette femme étonnante, qui n'hésita pas à défendre de belles causes, que ce soit dans ces films ou dans la vie. Merci de cette "bio poétique". C'est une belle idée. Mon vote.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Quel texte émouvant ! Quelle belle idée vous avez eue de l'écrire ! Je n'ajouterai rien , sinon que je l'aime autant que vous . Le seule point commun que j'ai avec elle, c'est mon prénom Annie.
J'allais oublier : je rêve autant qu'elle et mon dernier rêve m'a conduit en Argentine :
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/milonga

Image de Rtt
Rtt · il y a
Bravo je suis sûr que La Girardot, là haut a du avoir la larme à l’œil en vous lisant
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Un grand bravo pour le résumé de la vie bien remplie de cette actrice au caractère bien trempé. Bel hommage !

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Au Calvaire de Septforges, la vieille Polonaise découpe sa silhouette de femme cassée par les ans sur un ciel violent, fendu : noir et rouge. Juste à côté de la croix. Du grand tragique ou du ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Dylan en fond sonore, je me réveille enfin, murs miteux pour lit miteux, hôtel deux-étoiles qu’il disait. Odeur de tabac froid et lumière verdâtre, je sors du lit avec un mal de tête à ...