Ma vie pour la sienne

il y a
1 min
9
lectures
0

Rêveuse, dévoreuse de glace et dessinatrice à mes heures perdues, je partage avec vous mes moments de grâce  [+]

On n’est jamais totalement guérie. On ne pourra jamais effacer ce qu’il s’est passé, le faire sortir de sa tête. C’est là, quelque part dans notre cerveau. Coincé au milieu des souvenirs. Ça prend la place d’autres souvenirs qui mériteraient amplement plus de s’y trouver.

Ça resurgit, parfois. Au mauvais moment, souvent.
La seule chose qu’on puisse faire c’est apprendre à vivre avec. Et faire est un bien grand mot. Essayer tout du moins. Tenter, par-ci, par-là, se persuader, lutter. Apprendre à laisser couler ses pensées malaisantes et handicapantes. C’est une maladie incurable, qui par ses poussées soudaines et incontrôlables nous glace le sang. C’est un serpent malsain qui s’immisce sur le corps et dans le cœur. C’est un poignard planté que le cerveau s’amuse à remuer par moment.

Il en faut du temps. Des mots difficiles, des actes irréparables, des souvenirs ineffaçables. Marquée à vie par un acte ignoble, impactant la vie intime, le caractère, les angoisses, les choix. A jamais changée. Une vie pour un désir, un plaisir interdit. Une vie pour des pulsions malsaines et déconcertantes.

Ma vie contre la sienne.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le Vent

Anthony Plas

Papa disait que le vent était comme la chevelure d’une femme ; qu’on ne pouvait y perdre sa main, mais qu’à trop la humer on y perdait le cœur. Contrairement aux cheveux de Maman le vent... [+]


Très très courts

Sous le vol du grand aigle

Petit soleil

Avez-vous observé l’aigle ? Il tourne, se laissant aller au gré du vent et tout à coup...
Sa proie n’a aucune chance...
Nous habitons une petite maison ouvrière. Nous sommes... [+]