Ma si petite...

il y a
1 min
36
lectures
5

Il descend pas à pas l'escalier d'un autre monde  [+]

J’ai attendu longtemps, tu sais. Très longtemps. Des jours, des semaines, des mois, des années. Toujours en vain. J’ai passé des nuits sans dormir. Des jours à pleurer. Sur toi. Ma si petite.
Combien de nuits à me tourner et à me retourner dans mon lit en ne pensant qu’à toi. A me souvenir de ton joli visage, de tes yeux doux, de ton sourire d’enfant. Ma si petite.

Tes bras se tendent vers moi, me supplient de te prendre, de te sauver. Je ne sais plus ni qui je suis, ni où je vais. La souffrance me vrille les nerfs. J’ai le cœur crucifié. Ma si petite.
En vain. Toujours en vain. Cette attente au creux de ton absence. Ce cri étouffé dans ma gorge. Cette crispation terrible de mes mains tétanisées quand elles se referment sur le vide. Ce vertige qui me saisit. Cette chute qui n’en finit pas. Ma si petite.
Tes robes offertes pour tes huit ans. Tes bracelets. Tes jouets. Tes poupées. Tes cahiers. Ton cartable. Tes mots d’amour. Tes « bonnes fêtes » maman. Tes « bonnes fêtes » papa. Ma si petite.
Mes sanglots. Mon chagrin. Mon désespoir. Ma nuit sans fin, même quand il fait jour. Ma peau glacée, même en été. Et ce souvenir tenace, obstiné de toi. Ma si petite.
Le cri de ta mère quand ils t’ont retrouvé.
Et le silence pour finir. Le silence. Toujours intact.

Si tu pouvais savoir combien j’ai prié pour qu’ils retrouvent ton assassin.
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,