Chronique de mère débordée: Ma Saint-Valentin

il y a
1 min
132
lectures
38

J'écris pour inventer des libertés, pour m'approprier les pleins pouvoirs, pour (m'auto)critiquer, pour (me)sauver, pour (me)venger...mais aussi pour déterrer et dompter les monstres (intérieurs)  [+]

Nous y sommes. Un an déjà depuis la dernière fois.
La Saint Valentin.
Et c'est dans l'air, prometteur comme une odeur de tartines grillées qu'on hume depuis le lit.
Comme une odeur tentante de bon café qui vient chatouiller nos narines et nous tire du lit malgré la chaleur de la couette.
L'Amour, ah l'amour...
Déjà, tôt ce matin, après une nuit de sommeil donc d'abandon, nous nous sommes câlinés éperdument.
De tendres baisers en baisers tendres, lovés dans un plaid, nous sommes descendus au salon,
et installés confortablement dans le canapé,
l'un contre l'autre,
nos mains liées,
joue contre joue,
nous avons regardé le jour se lever.
C'est un spectacle bouleversant cette clarté qui apparaît recouvrant d'une luminosité nouvelle ce qui nous entoure.
C'est un constat euphorisant de se dire que la vie est là, autour de nous, encore aujourd'hui.
Soudainement, j'ai réalisé mon bonheur.
De l'avoir lui, auprès de moi, chaque jour.
Mais au bout d'un moment, comme il s'impatientait,
je suis allée lui préparer son biberon.
...
Fêter l'amour,
oui, mais tous les jours.

38

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le village de Noël

Sylvie Loy

A l'occasion des fêtes de Noël, le centre du village, qui ressemblait à n'importe quel centre de village en hiver – triste et abandonné –, revêtait ses plus belles décorations. Les rares et... [+]

Très très courts

Burn out

Valérie Girault

Hier matin, j’avais rendez-vous à l’hôpital pour passer un EEG (électroencéphalogramme), je précise parce que l’écart est mince avec l’ECG. Mais mon cœur va bien, lui.
À 8h02... [+]