1
min

Ma prison

Image de Claudine Lehot

Claudine Lehot

223 lectures

36

Ma prison

Comment sortir de sa prison intérieure alors que les barreaux se referment tel un espoir qui s'envole à tout jamais ?
J'ai froid dans ma maison, dans mon cœur, dans mon corps, dans ma vie.
Personne ne viendra me réchauffer, me prendre dans ses bras, me dire je t'aime.
Un homme ne fait pas l'amour avec du vide, à moins de trouver l'âme sœur
mais du vide remplit de vide devient un gouffre de tristesse.

Les genres ne se mélangent pas, il y a ceux qui vont bien dans leur tête et les autres.
Ces derniers n'ont comme issue, que le monde de la psychiatrie ou alors ravaler leurs larmes pour les masquer de sourires et les déverser la nuit à l'abri des regards.
Ils font peurs, ne sont pas dans la normalité mais où en est la frontière?
La différence effraie, tout comme la pauvreté, la déchéance, le mal de vivre, la tristesse... Le miroir pourrait se briser, les cerveaux qui vont bien se retrouver de l'autre côté.

Comment trouver un sens à sa vie dans un cerveau construit par des non-sens, des peurs, des absurdités, des incompréhensions, bloqué par les méandres du passé.
Les têtes bien faites ne peuvent pas comprendre les handicapés de la vie, ils ne sont pas dans leurs têtes.

Je ne sais plus, je ne peux pas, je n'en peux plus, je voudrais être quelqu'un d'autre mais je suis moi.
Je crois puis je ne crois plus... Je croyais en son amitié, à l'affut d'une amie, d'une reconnaissance, d'une petite parole, je suis tombée dans ses faux mots enveloppants de tendresse et d'affection "amitié, sœurs de cœurs, pour toujours, pour le meilleurs et le pire" mais c'était pour le pire, ça fait mal !...
Il parait que je me suis accrochée à cette amitié comme une moule à son rocher mais la moule, tellement naïve, a fini par se décrocher de ce rocher destructeur, dévastateur... Une bonne leçon qui vous brise, vous écrase, vous renvoie dans votre solitude mortifère, dans un questionnement où l'on se demande si le droit au plaisir, à l'amour, à l'amitié, ne vous sont pas interdits , un retour dans les privations de l'enfance où le verbe aimer n'existait pas, sauf pour les autres.

Je regarde les autres vivre, je suis toujours entre deux eaux, dans le verre à moitié vide à deux doigts de se renverser. J'espère pouvoir le redresser, trouver ma place quelque part mais je ne sais pas où elle est, elle s'éloigne, elle est dans ma maison froide, les volets fermés à la vie.

Claudine
36

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flore
Flore · il y a
Je lis ce texte ce soir seulement. Je me perds un peu dans Short, si je ne reçois pas les notifications. Un texte émouvant, plein de sensibilité. c'est aussi cette grande sensibilité qui fait ressentir les moindres souffrances de façon démesurées.
Je souhaite vraiment que depuis ce texte tu ailles mieux. Belgentier...pas loin d'un petit hameau que j'affectionne: le hameau de Vallaury.
J'en ai fait un poème que j'ai mis sur ma page, pour me faire plaisir, mais aussi à ceux qui le liront. J'habite Toulon Ouest, c'est un peu loin, mais si paisible. Tu dois connaître. En y allant, on se ressource. Bises et bonne soirée.

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
Merci de tout cœur ! Toulon ouest est environ à 30 km de Belgentier, ce n'est pas loin... je connais le hameau ... Bises, bonne soirée à toi !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Ce texte est profondément touchant et triste. On aimerait vous apporter les fleurs de l'amitié Vraie, pas de celle qui s'effondre au moindre souffle contraire, vous serrez dans nos bras.
Les blessures de l'enfance laissent des cicatrices, mais peuvent ne plus être douloureuses... pas facile, mais possible.
Quant aux autres, laissons leur la responsabilité de leur petites vilenies ; ils ne méritent pas qu'on leur fasse le plaisir de nous blesser. Tôt ou tard, le vent tourne et le présent construisant l'avenir, sourions à la vie et elle nous sourira. Courage et amitié, Claudine.

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
merci de tout coeur Lise, bise !
·
Image de Lili Caudéran
Lili Caudéran · il y a
Il faut beaucoup d'humilité et un grand courage pour se livrer ainsi, vous êtes quelqu'un de "bien" Claudine...Prenez chaque jour comme il vient..
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
merci Mamounette, de tout coeur !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo pour ce texte touchant qui nous oblige à garder la foi, l'espoir !
Mon vote ! Mon œuvre,“Kidnapping”, est en Finale pour le Prix Court
et Noir 2017. Je vous invite à venir la lire et la soutenir si le cœur
vous en dit. Merci d’avance !

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
merci !
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Si les fondations de l'enfance sont fragiles, il n'est jamais trop tard pour essayer de reconstruire une maison plus solide ☺
Je souhaite que les volets de cette maison puissent s'ouvrir un jour sur un paysage radieux.

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
merci de tout cœur, parfois les volets s’entrouvrent et se referment, j'espère ...
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Oui, toujours garder espoir. Il doit surement y avoir quelques belles personnes à découvrir dans votre entourage Claudine ☺
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
oui, merci !
·
Image de Pierrot
Pierrot · il y a
Désolé! (Je n'ai pas de mot d'encouragement...)
Simplement un sourire à vous adresser!
;-))

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
Merci Pierrot !
·
Image de Pierrot
Pierrot · il y a
Parce que savoir accueillir l'autre tel qu'il est... dans sa totalité sans vouloir le changer, sans vouloir lui donner de leçon...me parait une bien meilleur chose! Voilà ce que je voulais dire!
;-)) sourire!

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
j'adore ta réponse ...
·
Image de Pierrot
Pierrot · il y a
;-)) sourire!
·
Image de Ghost Buster
Ghost Buster · il y a
Tu m'as touché profondément. Ton joli texte a fait remonter des souvenirs pas si vieux que ça. Mais je peux t'assurer que rien n'est irréversible et que lorsqu'on s'y attend le moins surgit un petit rien qui nous fait remonter. En tout cas, tu as toute mon empathie.
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
je te remercie Ghost, en ce moment, c'est compliqué pour moi, je me sens perdue. bise, merci !
·
Image de Soseki
Soseki · il y a
Quel texte fort et si authentique sur l 'impossibilité ressentie de ne pouvoir échapper à la solitude et sur cette tendance mortifère à faire des comparaisons lorsqu 'on se trouve dans cette situation ......c ' est vrai qu 'il est possible de penser qu 'on a quand même survécu à ce qui est déja arrivé ....une nouvelle page de la vie peut s 'écrire ...
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
oui, ce n'est pas simple ! merci Soseki !
·
Image de Maryse
Maryse · il y a
Reprendre ou prendre confiance en soi n'est pas une chose facile... Savoir écouter, accepter et reconnaître les compliments... Savoir apprécier les petites choses de la vie ...Tout cela est un bien beau programme parfois compliqué à atteindre... Il faut du temps, se laisser le temps de .... attendre le "déclic" qui arrivera un jour ou l'autre... Ne jamais perdre espoir ET SUIVRE L'ETOILE ...
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
oui, c'est un long travail et chemin à parcourir. Merci pour vos compliments qui me vont droit au coeur, me donne de l'espoir. Bise !
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Un texte fort émouvant, criant de sincérité. Le douloureux ressenti d'une rupture, qui n'est qu'un pas de plus vers la sérénité.
( et pour le consolider, je te propose maintenant d'apprendre à écouter les nuages ... http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ecouter-les-nuages)

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
merci Miraje, je vais voir ton texte.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Voilà déjà trois mois, seulement trois mois et pourtant Jade semble se fondre dans le décor depuis une éternité. Chaque matin Jade scrute les abords de la gare, vacillante, avant de ...