2
min

MA PETITE SLAVE

Image de michel jarrié

michel jarrié

95 lectures

28

MA PETITE SLAVE.

Elle répondait, ou pas, au doux prénom de Polina, Polina Bololof pour être complet.
La chère enfant était née pour plaire.
Dotée d'une plastique parfaite elle avait tout pour elle. Son goût pour l'athlétisme l'amena à la porte du stade..

Un malheureux incident (cou tranché d'un dirigeant-juge, suite à une légère erreur de trajectoire !) fit d'elle la victime de la mesquinerie du milieu, elle dut renoncer, dans l'incapacité de ce fait d'accéder au plus haut niveau.

Bien à regret elle raya le disque de ses activités et se tourna vers l'apprentissage du chant.
Par chance une légère déviation de la cloison nasale ajoutée une épiglotte défaillante lui valurent un accent particulier mais ravissant.
Je la découvris alors qu'elle venait de mettre pied chez nous et faisait son tour de chant à même la rue. Pour moi, pianiste méconnu bien qu'ayant la carrure d'un concertiste, ce fut une révélation.
D'emblée je me suis muni de son escarcelle et ai fait le tour d'un spectateur subjugué qui à défaut d'y aller d'une piécette nous proposa de le suivre. Le brave homme était le propriétaire d'un petit théâtre, à dire vrai un cabaret.Petrus, car c'était son nom, nous offrit un chocolat chaud et proposa illico à Polina de monter sur l'estrade, j'avisais ce qui me parut être un piano.Il  y régnait une chaleur étouffante aussi Pétrus conseilla à l'artiste de se mettre à l'aise. La chère enfant bien que gênée répondit à son attente, moi au piano et Polina en sous-vêtement nous nous mîmes à l'oeuvre.
La difficulté fut que les paroles étaient issues d'un dialecte russe inusité et ceci ajouta à la peine que j'eus à saisir les notes.
Peu importait, Pétrus était sous le charme de la présence scénique de Polina. Il dit :
- Arrêtez, vous commencez ce soir.

Nous étions au comble de la joie.
Gardant toutefois les pieds sur terre je demandais au directeur un contrat en bon uniforme.
Nous obtînmes ainsi: deux hot-dogs à l'entracte avec carafes d'eau à profusion, donc nourris, et un lit dans la loge de l'artiste, donc logés.

Il fut convenu qu'à l'issue du tour de chant, alors que je me chargerais de remettre la salle en ordre et ferais la vaisselle, Polina recevrait, l'un après l'autre, l'hommage de ses admirateurs.
L'hiver passa ainsi. Il arriva qu'un jour nous eûmes parmi le public un Russe bon teint.
Ayant sympathisé avec lui je lui proposai de traduire en français les paroles, sachant que Polina en était l'auteure (autre corde à son arc).
Au vu du résultat nous gardâmes le russe, ce fut pour moi une petite déception mais je la gardai pour moi.
Quelques saisons plus tard Polina eut le mal du pays, ses parents décédés tôt ce sont ses papy et mémé qui l'élevèrent.
Elle me dit un jour :
- Je languis mon pays et les miens mais je ne peux me détacher de toi, alors voilà, je pars !
- Oui, Polina chérie mais l'argent ?
- T'occupes
Et là elle me confia que la générosité de ses admirateurs ajouté à celle de Pétrus nous mettait à l'abri pour longtemps, de ces pénibles petits problèmes matériels.
Je n'ai pu me résigner à laisser ma Polina repartir seule.
Du temps a passé et pas un jour je ne regrette ma décision.
Me voilà moujik vêtu de ma touloupe et de mes bottes en feutre. Ici c'est véritablement le paradis, pas question d'entretenir un jardin, tout pousse de partout. Coté viande pas de souci les animaux, qui chez nous sont considérés comme sauvages, viennent nous manger dans la main. Qui plus est plus pas de problème de voisinage, nous sommes seuls à vingt kilomètres à la ronde.
Les autorités, qui rarement nous visitent, nous disent, allez savoir pourquoi, que rester ici est dangereux à cause d'une usine qui aurait explosé dans le temps, mais pensez donc tout ça c'est du passé.
Les grands parents, toujours là, nous ont cependant dit qu'ils ne souhaitaient pas devenir arrière-grands-parents !
Allez savoir pourquoi ?

M.J 2019
28

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Zazinette
Zazinette · il y a
Mon vote jarrié
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Vous avez gagné une carte d'abonnement et toute ma reconnaissance Zazinette. Belle journée.
·
Image de Randolph
Randolph · il y a
Une sacrée réussite, ce texte. Où êtes-vous installés au fait ? Le terrain est tcher ?
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Merci Randolph. Il reste de la place et les proprios on les voit jamais !
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Les grands parents ne tenaient pas à dire à la naissance d'un bébé :
" oh ! Qu'il est mognon !"
Bises.
Julien.

·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Tu résumes bien, de façon ironique, les risques encourus avec l'apparition de ces ''découvertes qui, d'un côté, nous amènent du confort, mais qui risque un jour de nous péter dans la gueule....
bibises mon Juju ( Je te laisse faire le partage ! )

·
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Un joli conte !
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Merci Atouva pour votre lecture.
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
On voyage avec vos personnages. Un petit texte aux allures de conte de fée que la chute vient casser ;-).
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Désolé Dolotorasse. Je veillerai à ce que les prochains amoureux finissent leur idylle en beauté...comme ceux du ''vélo rouge''...
Bonne semaine.

·
Image de Denys de Jovilliers
Denys de Jovilliers · il y a
Il paraît que par là les champignons sont délicieux ...
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Rajout de mortora parfaitement inutile ! Merci pour le tuyau Denys.
·
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
un beau périple, de château-Petrus à ma petite cabane à Tchernobyl !
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
En effet, mais Petrus n'pas suivi.
·
Image de Louisa
Louisa · il y a
Sages grands-parents. Longue vie avec Polina !
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
En effet, les aïeux restent lucides ! Louisa pourra ainsi mêler son doux chant à celui des brames. Quand à moi j'apprends la balalaïka. S'il vous plait de vous joindre à nous ?
Ah je vous quitte, voilà une chèvre qui vient se faire traire.
Merci Louisa.

·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
J'ai une petite idée concernant l'endroit idyllique. Allez savoir pourquoi !
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Gagné ! Vous êtes donc l'heureuse gagnante soit d'un voyage sur les lieux-mêmes, soit l'équivalent en espèces.
A vous le choix Patricia et merci d'avoir concouru.
Bonne fin de semaine.

·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Non merci, sans façons. Je préfère renoncer au voyage et je pense qu'ils auront plus besoin de cet argent que moi. :-))
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Merci pour votre réponse, je la reçois avec beaucoup d'humilité.
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
Excellent ce ton de naïve ironie! J'aime, simplement.
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Dans tout écrit il y a un fond de soi-même, ne pensez vous pas ? Sachant cependant que la naïveté a ses limites. Merci Nicolaï.
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
Pour être vraiment naïf, il faut avoir compris bien des choses! Naif n'est pas "nunuche", loin de là. Et quand ce naïf se fait ironique, c'est fin et bienveillant, tout en étant drôle. Bref, j'aime .
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Il faut en vouloir pour rester perché dans ce coin isolé de montagne savoyarde, surtout quand on atteint l'âge de la retraite et que les forces commencent à décliner.Bien sûr, pour les ...

Du même thème