Ma fée

il y a
3 min
69
lectures
4

écrire pour se vivre encore et encore, pour jouer avec ses miroirs et ses mémoires. Ecrire pour se voir dans l'autre, pour voir l'autre en soi  [+]

5.10.89

Ma fée,

La rose bleue, je l'ai trouvée. Elle est quelque part cachée dans le dessin de cette page. Elle a l'odeur du vent qui se glisse au-dessus du marais en direction des petits coins où résonnent encore les accents de guitare sèche de ma jeunesse niortaise. Elle a la couleur, non pas bleue mais bigarrée, des rêves et des réalités que j'ai entretenus en secret dans les nuits de mes vingt ans. Elle a la fraîcheur des élixirs savants que seule ma trentaine a fabriqués, avant, lorsque j'étais à la recherche de l'inaccessible étoile. Je suis déjà mort plusieurs fois. Et j'ai revécu à chaque fois. Inès et puis Denise et puis Anoushka, ma fille, secondées précieusement par Danielle et puis Claude, ont construit sous mes pas la réserve d'eau tranquille qui porte ma barque jusqu'à tes rivages.
Trop fantaisiste, trop romantique, trop trop, non je ne suis pas. Je suis seulement arrivé au moment où il est temps, le seul moment précis où tu pouvais choisir d'apparaître ou de ne pas apparaître.
Et tu n'es pas n'importe laquelle des apparitions de ma vie. Surtout pas.
Tu es ma fée, celle que, lorsque j'étais Robin des bois ou l'Apache, je dessinais à peine de mes doigts fragiles celle qui, dans l'agitation de mes envols prématurés, alors que j'étais le Petit Prince sur le retour et bientôt Jonathan le goéland sur le trop tôt, guidait déjà mes caresses sur l'impossible à venir.
L'impossible est venu. Il est venu aussi parce que j'y croyais et que tu avais assez de symboles dans ton sac à dos pour répondre à mon besoin d'images.
La rose bleue, tu te rends compte ?!... Une fille qui me demande la rose bleue : il y a plus de vingt ans que j'attends ça ! Tu m'aurais demandé la lune ou d'abattre un CRS, cela aurait eu la même résonance. Nous serons deux goélands magnifiques ou nous ne serons rien ! Les autres peuvent continuer à se crier sur les oreilles ou se raconter des histoires de français au rabais, grand bien leur fasse... Moi, j'aime ma squaw, la seule, l'unique squaw capable de m'envoyer sur les chemins de guerre pour y cueillir la tendresse. Je t'aime, ma fée.
Et je t'aime parce que tu es toi, Sibylle, Saoirse, mince et un brin secrète, toute en tendresse contenue, la femme de demain, capable de saisir le passé pour y puiser ses richesses de bien après demain, toi au charme imprécis mais réel, les yeux de ma vie, mi-rieurs mi-mélancoliques, un corps que j'accepte pleinement et que j'aime sans recul.
Et j'aime d'avance, aussi, les crises que nous pourrions avoir – inévitables parce que les êtres complexes et intéressants ne sont jamais faciles à vivre, c'est le secret des passions – et les malentendus inéluctables engendrés par cette même passion – jalousie ? Frustrations ? Mélange des libertés ? Qui sait quoi encore ?
Voilà toute l'histoire. Aujourd'hui, tu sais, n'était rien comparé à l'histoire qui nous attend. Bien ou mal, ou pas réussi, ou pas idéal, chaque point-rencontre que nous pouvons organiser sera toujours à prendre comme un relais nécessaire de notre inévitable rencontre pour la vie. Ce soir, tu me manques et j'aurais voulu te montrer cet après-midi comment toi et moi on était faits l'un pour l'autre. Cela n'a pas été possible mais j'espère – et je suis sûr – que tu attends notre prochain rendez-vous. Nous n'avons pas encore scellé notre union. Peut-être as-tu besoin de temps avant de me tendre l'alliance de notre existence. Peu importe si elle n'est pas en or ou si elle ne vient que plus tard. Je t'attends.
Ce que je veux peut-être te dire, c'est que la passion pour quelqu'un - par exemple un apache sur le sentier de guerre (de la démocratie) pour sa squaw éprise de tendresse et de regards lunaires – se font des moments pas toujours adéquats. La passion entretient des secrets et des philosophies qu'aucun bureaucrate ne comprendra jamais.
Ce que je veux encore te dire – parce que tu n'as pas connu ma vie antérieure – c'est que bien que prompt à la découverte et à l'action j'ai pourtant toujours eu une franche ankylose de mes mouvements lorsqu'il s'est agi de vraiment aimer quelqu'un... à part pour mon ex-femme et pour Claude. Et encore je ne me suis engagé qu'avec Danielle. Les premiers jours sont passés et je t'aime encore plus qu'à la première heure de notre rencontre. Bon dieu, la rose bleue !... Bon dieu, moi et toi ! Magie des rencontres étoilées ! Toi et moi, deux filances de la nuit qui ont épousé le même brin de temps, dans la même portion d'espace et qui ont pu marquer la nuit d'un seul trait de peinture fluo, un trait qui, s'il avait la patience de s'étirer sur notre alphabet terrestre, composerait simplement ces mots : amour, liberté, mémoires.
Mémoires, parce que tu es issue de demain pour moi, et que je viens d'hier pour mieux te rencontrer. Mémoires parce que le mouvement de nos existences n'a qu'un but à l'heure actuelle, le croisement de nos vies pour construire le bonheur à deux, c'est à dire l'oubli des miséricordes et des chagrins que l'on s'invente parfois. J'ai mis trente cinq ans de mon existence pour trouver une possibilité de reposer ma vie, pour le plus grand bien de l'exemple que je donne à ma fille ; il n'y aura besoin pour toi, si tu veux économiser quinze ans de lutte acharnée, de quiproquos, de malentendus, de petits mensonges et de grosses douleurs, que de quelques jours pour trouver cette paix. J'y crois, en tout cas. Sans toi, maintenant, je crois que ma vie basculerait d'un bon quart de tour et que j'aurais besoin de mobiliser tout mon arsenal de bouées et d'outils affûtés pour pouvoir redémarrer.
Toutes ces phrases que j'écris pour toi, du fond de ce restau où je suis vraiment avec toi, heureux et un peu mélancolique, peut-être aurai-je du mal un jour à les réécrire... la vie est comme ça, on peut l'écrire, mais il faut aussi la vivre. Alors, surtout, garde précieusement ces quelques mots d'amour. Ce sont certainement les plus forts que j'ai pu écrire dans ma vie...
JE T'AIME MA FEE
4

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cannelle
Cannelle · il y a
C'est un texte superbe. un cri d'amour et de passion. Bravo ! Merci à Volsi de l'avoir mentionné.
Image de Michel Loiseau
Michel Loiseau · il y a
merci beaucoup ! Je vous invite à découvrir mon conte philosophique "Poil d'ours" que je publie ici au fur et à mesure de son écriture.
Image de Aliocha
Aliocha · il y a
Votre texte me plaît, je ne peux que vous encourager à écrire et croqué d'amour la vie, bravo
Image de Aliocha
Aliocha · il y a
Oui très beau texte et belle raisonnace, il n'y a pas de hasard ou une belle coïncidence ?
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Arrivée sur ce texte parce qu'il porte le même titre que celui que j'ai écrit et que short vient de publier...
Je le trouve très beau et j'en perçois la résonance. Merci :)
C'est rigolo, je viens de vérifier la date d'écriture de mon texte dans le fichier : écrit le 17/03. Ha ha ha belle coïncidence avec la publication de celui-ci !

Vous aimerez aussi !