3
min

Ma décision

Image de Claudine Lehot

Claudine Lehot

477 lectures

365

Voilà déjà trois mois, seulement trois mois et pourtant Jade semble se fondre dans le décor depuis une éternité.
Chaque matin Jade scrute les abords de la gare, vacillante, avant de rejoindre sa place, un petit renfoncement contre un mur. Elle s'accroupit, pose un plaid sur le sol pour s'y asseoir. Les jambes repliées, horrifiée par sa propre image. Elle finit par mettre devant ses pieds un panier en osier puis son morceau de carton sur lequel est inscrit en rouge, un gros point d'interrogation.
L'estomac noué, la gorge serrée par ses larmes contenues, ses pensées la torturent :

- Comment redresser la tête, oser regarder les gens de si bas, de tellement bas ? Comment affronter leur pitié ? "
Elle entend des passants s'insurger à la vue de sa déchéance, puis d'autres accélérer le pas par peur de lui ressembler un jour. Puis les voix, le vacarme de la rue, le sifflement des trains embrouillent son esprit. Elle trouve refuge dans ses pensées, rabâche sa vie, se perdre dans les méandres de sa mémoire.
- Pourquoi moi, et avant, pourtant, j’aurais pu mais... et ce n'est de ma faute...non... si... et cette société...
La honte est à son comble. Les yeux rivés sur le sol, elle reste comme figée dans sa torpeur, se cache derrière sa chevelure. Elle voudrait être transparente, disparaître, partir très loin, être ailleurs mais elle est là, dans cette épreuve insoutenable. Quelques pièces tombent, elle répond de la tête... Ankylosée, après ce temps interminable, de solitude extrême, elle finit par se relever, enfouit la monnaie dans sa poche et se sauve rapidement de cet endroit.
Les jours passent, Jade est toujours là, respirant les odeurs des pots d'échappement, affaissée sur ce trottoir, comme une fatalité, prisonnière de son destin. Le froid s'est installé, a pénétré tout son corps.
Soudain elle entend la voix grave d'un homme :
- Madame, madame, regardez-moi ! crie-t-il
Jade redresse la tête, croise son regard affligé et dur à la fois... Il lui tend un miroir de poche, puis lui montre du doigt son carton sur lequel est inscrit « ? »  :
- la solution est en vous, puis il poursuit son chemin.
Jade le traite d'enfoiré et glisse le miroir dans son sac.
Elle rentre dans sa maisonnette, héritage de son passé où les murs sont imbibés de nostalgie. Chaque objet vendu avait sa place, il n’en reste que les empreintes. Elle ferme les volets avant la nuit comme pour se cacher du regard des autres. La musique remplit le silence, les sons s’enchaînent, se déchaînent au rythme de ses émotions. Affalée sur le canapé, sous des couettes en guise de chauffage, Jade sommeille, obnubilée par cet homme :
- N’importe quoi, ce type s’est moqué de moi.
La faim lui tiraille l’estomac, un bol de soupe le rempliera, puis la télévision se substitue à la musique. Décidément, les programmes ne captent pas son attention. Le journal du soir désinforme le public en montrant les vacanciers qui dévalent les pistes ou sur-informe sur des faits divers monstrueux, et puis les publicités sont là pour nous rappeler d’acheter...
Pourtant Jade se sent différente ce soir. Ce miroir l’intrigue, elle ose se regarder enfin, il est si petit qu’elle ne voit que ses yeux, le fond de ses yeux bleus, et encore plus profond, le reflet de son âme... Elle sursaute, le jette sur le vieux canapé.
- la solution est en toi ! Mais quelle solution et c’est facile à dire pour quelqu’un qui est dans la vie, la mienne est si fade tel un oiseau en cage.
Jade cherche le sommeil, la pendule semble avancer en reculant, elle finit par s’endormir. Là voilà dans son passé. Elle marche sur la digue, se retrouve entre deux eaux. D’un côté, l’océan ondule comme un bercement, de l’autre côté, il fulmine, les vagues se fracassent sur son vague à l’âme, l’entraînent dans l’abîme, l’extirpent de son cauchemar dans un hurlement intérieur.

Après une nuit agitée, elle revient à sa dure réalité. Son café avalé, elle se prépare pour rejoindre son coin de bitume près de la gare. Des larmes aveuglent les yeux de Jade devant le petit miroir fêlé. Elle se sait plus si elle doit ou pas aller faire la manche, elle fixe le miroir en répétant « la solution est en vous »...
Finalement, quelques pièces tombent en même temps que les réflexions habituelles : « va gagner ta croûte »... Elle questionne sa vie , le carton avec le point d’interrogation sur les genoux.
- Du travail, j’aimerais mais c’est trop tard ! Je ne sais pas ce que je sais faire, comment faire, ce que j’aime, n’aime pas, si je suis belle, si je suis moche à force d’amour et de désamours... Et pourtant !
Jade est de retour chez elle...
Un rayon de soleil illumine le miroir. Jade s’en empare, s’assoit s’en même enlever son blouson.
Un sentiment étrange, indéfinissable la trouble. Elle se regarde, les yeux dans les yeux, comme pour pénétrer un mystère, mais une partie du miroir se brise sous ses doigts, écorchant son pouce.
Elle reste figée en observant le petit miroir comme si elle tenait son destin en main :
- J’ai deux chemins à suivre «  la partie fracassée ou la partie intacte. » Les trains se croisent, tout comme les destinées. L’homme au miroir s’arrête, ramasse avec un sourire radieux le morceau de carton où est inscrit le point d’interrogation...

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Très très courts
365

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un beau texte en plein dans le thème : exister. Bravo, Claudine, pour toutes vos belles réflexions sur le sujet. Je clique sur j'aime.
Je vous invite à lire mon sonnet "Paysage nocturne" si cela vous tente : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Bonne journée à vous.

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
Merci beaucoup ! Bonne journée
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Claudine. C'est avec plaisir que je relis votre beau texte sur la destinée de Jade !
Vous avez soutenu mon sonnet "Spectacle nocturne". Il est désormais en finale.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Le soutiendrez-vous à nouveau ?
Bonne journée à vous !

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
merci Jean ! Bonne journée.
·
Image de Phil Gooz
Phil Gooz · il y a
Claudine, votre style tient en haleine jusqu'au bout, bravo!
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
merci Phil
·
Image de Hélène
Hélène · il y a
J'espère que tu prépares la suite …..
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
Peut-être un de ces jours ...
·
Image de DOUMA ESPERANCE
DOUMA ESPERANCE · il y a
+3 bonne continuation
Je vous invite à faire un tour sur ma page.
Je suis en compétition avec mon conte Par-dessus tout !
C'est ma première compète, vos conseils et critiques sont les bienvenus.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/par-dessus-tout-1

·
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Bravo ! Toujours un plaisir de vous lire, bonne chance.

Invitation à lire ma nouvelle en compétition, merci.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/linconnue-du-drame-1

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
merci, je vais vous lire avec plaisir.
·
Image de Max Delvo
Max Delvo · il y a
L'existence d'une invisible mon vote ****
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
Merci Max
·
Image de Lolanou
Lolanou · il y a
Reprendre son destin en mains, sortir de sa solitude, exister enfin... belle histoire !
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
Merci Lolanou
·
Image de Pascal Gos
Pascal Gos · il y a
Après vous avoir lu, un sentiment d'espoir se développe. Merci Claudine
Je vous invite à lire "A cœur ouvert" qui participe au concours DUDH. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/a-coeur-ouvert-15

·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
merci Pascal, je vais vous lire.
·
Image de Merina Biwoni
Merina Biwoni · il y a
Felicitations pour ce beau texte à la fois sensible et rempli d'espoir. Mes voix.
Si le temps vous le permet, n'hésitez pas à faire un tour sur ma page.

·
Image de Lyriciste Nwar

Vous aimerez aussi !

Du même auteur