1
min
Image de Olivier Vetter

Olivier Vetter

1384 lectures

241

Qualifié

J'adore ma boulangère. Tout chez elle me fascine. Sa jeunesse. Sa blondeur. Son visage. Ses yeux bleus. Ses courbes parfaites. Ses mains diaphanes. Ses ongles manucurés. Sa peau de pêche. Et ce sourire triste qu'elle affiche quand elle me rend la monnaie. Le matin pour le croissant. Le soir, pour la baguette. Un simple sourire qui en dit long sur sa vie.
Nous parlons peu. Juste ce qu'il faut. A peine échangeons-nous quelques banalités sur la météo. Le froid qui pique. La pluie qui transperce les vêtements. Le soleil qui tape. Le brouillard qui enveloppe. Rien de bien passionnant. Une occasion pourtant pour moi d'entendre le doux murmure de sa voix.
Ma boulangère est fatiguée. Ses cernes la trahissent. Elle a beau donner le change, faire de son mieux pour cacher sa lassitude, je perçois bien son épuisement. Elle a tant à gérer. Son commerce. Son mari. Ses enfants. Je sais qu'elle en a deux. Un garçon et une fille. Elle les douche, les habille, les nourrit, les éduque, leur raconte des histoires. Un vrai travail. Pas une sinécure.
Je l'imagine parfois chez elle, le soir, une fois sa journée de labeur terminée. Dans une maison silencieuse. Tout le monde est couché. Le lave-vaisselle tourne. Le fer à repasser refroidit. La télé s'est tue. Seule, dans sa cuisine, en petite tenue, elle rêve alors d'une autre vie. Son esprit vagabonde. Le temps se dilate. Plus rien n'existe. Juste un songe. Puis elle reprend pied, retrouve sa réalité, et s'en va rejoindre ce mari qui ronfle.
L'autre jour, je ne sais pas ce qui m'a pris. Un coup de folie, sans doute. Je n'avais pourtant pas bu. Engourdi dans le froid, j'allais souffler sur mes doigts lorsque j'ai croisé son regard. Touchant. Émouvant. Suppliant. Mon cœur s'est retourné. Mes réticences se sont envolées.
J'ai pris la main de ma boulangère. J'ai planté mes yeux dans les siens. Et je lui ai proposé l'impossible. Un voyage sous d'autres cieux, vers des contrées inconnues. Un aller sans retour. Là où le soleil brille toute l'année. Où la mer est limpide. Où les poissons pullulent. Un pays de cocagne aux forêts luxuriantes, à la vie abondante et aux fruits juteux. Un monde de couleurs, de sons, de parfums.
Et nous voilà dans cet aéroport. En transit derrière les vitres. Une boule de feu se lève sur le tarmac. Orange. Dans le lointain, un avion hésite à se poser. Ma boulangère observe le spectacle, sa doudoune sous le bras. Nous n'avons pas pris de temps de nous changer. Ni de remplir des valises. Encore moins de dire adieu à qui que ce soit.
Lentement, elle se retourne pour me sourire.

PRIX

Image de Hiver 2018
241

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Michaël ARTVIC
Michaël ARTVIC · il y a
Partir sans laisser d'adresse !
Image de RAC
RAC · il y a
Un texte qui fait du bien au moral !
Image de de l air
de l air · il y a
Ce texte est beau, frais et ... croustillant
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci De l'Air
Image de Jean-Claude Renault
Jean-Claude Renault · il y a
Il a trouvé sa mie, si je puis dire. Un nouveau départ. Et bonnes fêtes.
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Jean-claude
Image de Jean-Francois Guet
Jean-Francois Guet · il y a
l'air de "she's living home" des Beatles s'est glissé dans ma lecture ...
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Jean-François
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Partir voir ailleurs si le pain est meilleur..... Ça peut nous arriver aussi....!
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci L’ange
Bon voyage vers cet ailleurs

Image de Bertrand Pigeon
Bertrand Pigeon · il y a
deux solitudes
faites pour
être ensembles
se rencontrent
et partent
dans un coup de folie
et d'amour
vers le ciel^^+5

Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Bertrand
Un beau voyage, en effet

Image de Bertrand Pigeon
Bertrand Pigeon · il y a
Ça pose aussi la question de limpulsivite de la passion.un coup de folie destructeur qui lui fait abandonner enfants et mari.
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Ou le problème de la femme qui n’a pas osé partir plus tôt
Image de JACB
JACB · il y a
Et voilà, maintenant on n'a plus de boulangère! La Pomponnette va entendre parler du pays! Très sympathique votre TTc Olivier.
Image de Aurianne Baclet
Aurianne Baclet · il y a
Ah ah ! Exactement ce que je me suis dis !
Bye-bye les viennoiseries et la famille ^^
A consommer avec modération ;-)

Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci JACB
Elle est partie prendre l'air

Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Votre texte sent bon le pain et les viennoiseries. J'aime beaucoup. Mes votes avec plaisir. Je vous invite à découvrir *le grand noir du Berry* en finale du prix haïkus.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/grand-noir-du-berry

Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Nadine
Image de Isdanitov Yves Deschuyter
Isdanitov Yves Deschuyter · il y a
Moi aussi j'aime votre boulangère! Mes voix. Peut-être trouverez-vous le temps de passer lire mon texte en compétition : http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/ma-muse-12
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Isdanitov

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Une demi-heure déjà que ses yeux sont ouverts sur l’obscurité de la chambre. Elle préfère toujours attendre le lever du soleil. Elle soulève délicatement l’épaisse couette et retrouve la...