2
min

Lui

Image de Viviane

Viviane

133 lectures

46

Je te parle d’un temps ancien à l’aube de ma vie.
Des amants j’en ai eu. J’en ai eu beaucoup, beaucoup plus que je n’en aurais voulu. Je n’ai pas eu le choix. Aujourd’hui encore je me demande comment aurait été ma vie sans cela, ce que je serais devenue....

A l’aube de mon vingtième anniversaire, j’ai ressenti une brulure intense sur ma poitrine, si cuisante, que je suis sortie de mon lit. Face à la glace, j’examinais si ce que je ressentais prenait forme, se percevait. A force d’attention, je vis se dessiner sur mon sein gauche un tatouage. Il apparut comme si une main invisible me tatouait point par point. Malgré la douleur, je restais face au miroir dans l’attente de découvrir le motif dans sa totalité. La douleur finit par s’estomper, un prénom était gravé là, sur ma peau rougie, endolorie. Ce prénom ne m’évoqua rien, je ne connaissais personne de ce nom-là.
A le voir tous les jours, il me devint familier, fit partie de moi.
La nuit où j’ai rencontré Sébastien chez des amis, c’est comme si nous nous étions toujours connus, il était déjà là avec moi au-dessus de mon cœur. Nous passâmes une soirée merveilleuse, faite de récits, d’éclats de rire, d’attentions l’un pour l’autre, de gestes tendres. A l’aube nous partagions le même lit. Les premières lueurs du jour pointaient, il me caressait le sein lorsque ses doigts s’arrêtèrent sur le tatouage. Il l’effleura plusieurs fois comme s’il lisait du braille avant de prendre conscience que son prénom était gravé là. Il se tourna vers moi et me murmura à l’oreille :
- Que fais-je donc là ?
- Je t’ai dans la peau depuis longtemps, lui dis-je.
Alors que fasciné, il poursuivait ses caresses, tout émerveillé de se lire dans mon corps, tout à l’importance que cela lui donnait, à ce moment précis je n’eus plus d’existence à ses yeux. Seul son nom inscrit dans ma chair avait toutes ses pensées. Tel Narcisse se regardant dans l’eau, il était plongé dans la contemplation de son être à travers mon corps.
C’est alors que son prénom s’effaça, son visage se décomposa, une crise cardiaque le terrassa.
Imagines la douleur et le désarroi qui s’emparèrent de moi ! J’eus beaucoup de mal à me remettre de cette histoire et je restais une longue année dans ma solitude. Son prénom avait disparu de mon corps mais était toujours présent dans mon esprit. Un immense sentiment de culpabilité m’envahissait. J’étais la cause de sa mort.
Puis un matin, à l’aube je ressentis les mêmes brûlures que précédemment et je sus qu’un nouveau prénom s’était inscrit sur mon sein. Cette fois je ne me suis pas levée et j’évitais soigneusement de lire ce nouveau prénom. Je ne voulais rien savoir.
La vie reprit son cours. Puis je rencontrais Matthieu, Eric, Pierre, Benoit,....... et à chaque fois ce fut la même histoire, aucun d’eux ne résistait à l’appel de son prénom. Ils sont tous morts foudroyés d’une crise cardiaque au moment exact de la disparition de leur tatouage, toujours à l’aube.
Je me suis demandé si ce qui m’apparaissait comme une malédiction prendrait fin un jour.
Puis je l’ai rencontré, Lui. Lui n’a jamais prêté attention à son nom sur mon corps. Lui, ne voyait que moi et moi, je ne voyais que Lui. Nous nous sommes aimés, nous étions tout l’un pour l’autre. Nous avons été heureux chaque jour de notre vie. Nous nous nourrissions du bonheur de l’autre. J’ai pensé que la malédiction était finie.
Tu es née de cet amour, de cet amour vrai où l'existence de l’autre a davantage d’importance que la tienne.
Et pour nous sauver, il a sacrifié sa vie.
Alors que tu étais bébé et que je te tenais serrée contre ma poitrine, ils sont rentrés dans la maison, défonçant la porte, hurlant leur désespoir de parents en manque d'enfant. Ces parents dont j’avais tué le fils, malgré moi. Ils ont pointé le révolver vers nous, ton père s’est interposé. Il a reçu la balle qui m’était destinée.
Mort sur le coup, Lui est toujours là, tatoué au-dessus de mon sein.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
46

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Viviane !
Vous avez soutenu mon sonnet Mumba et je vous en remercie. Il est désormais en finale. Le soutiendrez-vous de nouveau ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous !

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Quand la fatalité s'acharne. Bravo, Viviane, pour ce conte merveilleux plein de philosophie. Vous avez mes cinq votes.
Je vous invite à lire un sonnet en compète printemps sur le triste sort d'un migrant : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba

·
Image de Michael
Michael · il y a
Texte d'une belle originalité ! Bravo
·
Image de GisO
GisO · il y a
Une brûlure à vif ...
·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
quelle claque que ce texte !
·
Image de Dominique Dejoux
Dominique Dejoux · il y a
Etrange, inattendu, personnel, très bien écrit, ce texte m'a emportée, bravo !
·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci Dominique
·
Image de Adèle
Adèle · il y a
Singulier et symbolique, ce récit m'a touché
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Le fantastique donne beaucoup de puissance aux sentiments et au drame. Un texte original !
·
Image de Marie Wavrant Covillers
Marie Wavrant Covillers · il y a
Touchant
·
Image de Françoise Mausoléo
Françoise Mausoléo · il y a
assez déconcertant
·