Mon avatar : Un graf depuis longtemps disparu. Il personnalise mon état d'esprit : Réagir et l'écrire. Toutes mes œuvres déposés en libre  [+]

(Objet volant mal identifié)


Ça resterait longtemps dans les annales et comme ça ne se reproduisit jamais plus, les générations transmirent, les unes après les autres cet événement insolite, qui devint un mythe pour l’édification de la jeunesse toujours pressée d’avenir et un avertissement pour les aventuriers avides d’autres espaces.

Ce fut à l’occasion d’une escapade dans la grande mer, que quelques chenapans furent témoins de cette incursion dans notre monde. Quand on parle de mer chez nous, c’est bien sûr sous-entendu une vaste étendue sablonneuse jonchée de pierraille, vestige d’une hypothétique étendue de molécules répertoriées H₂O dans le grand livre des sciences anciennes.

Équipés, comme tous les jeunes désormais de transmetteurs vidéo HF implantés, ils mirent en émoi les médias en diffusant des images et des commentaires démontrant l’excellence de l’enseignement de nos écoles d’échotier.

Dès l’apparition de l’engin dans notre espace, ils contactèrent le grand média qui, d’abord dubitatif, exigea leur localisation, ce qui constituait une entrave pour quelques-uns dénués d’autorisation parentale pour cette ballade en pays inconnu. Toutefois leur anonymat garanti, tous acceptèrent et le reportage hallucinant scotcha l’intégralité de la population et des autorités devant les écrans.

A tour de rôle, les intervenants relatèrent - en version galactique, bien sûr - les images retransmises.

— C’est une espèce de grosse caisse à savon crachant le feu qui s’approche à vive allure, mais dont la vitesse semble ralentir au fur et à mesure de son approche.

— Oh ! Un appendice se déploie à l’arrière, il gonfle, gonfle. C’est immense et ça semble bien freiner la boite au point qu’elle flotte et se pose en douceur sur le sol.

— Un bruit de mécanique s’échappe de l’appareil et les côtés se déploient. Des êtres inconnus vont-ils en sortir ?

— Un scarabée de ferraille monté sur des chenillettes descend la rampe qui s’est déployée. Sa tourelle pivote à 360° et son œil opère un zoom sur notre groupe.

— Aucune arme n’apparaît sur la structure, mais plusieurs antennes sont maintenant dégagées. C’est un peu comme les nôtres, qui s’érigent de chaque côté sur nos têtes, quand on veut échanger.

— Mais ! Quels sont ces bruits bizarres. On dirait que la mécanique s’enraye. Le scarabée est inerte et la grosse boite fume comme une vieille pipe. Dans un dernier rôt elle crache quelques écrous et rondelles, émet des Bips ! Bip ! et plus rien.

Nos chenapans aimeraient bien ramener une preuve de ce qu’ils ont vu, en avant première. Il est exclu de ramener la grosse boite, leur véhicule est déjà plein comme un œuf. Par contre une plus petite attire leur attention. Depuis quelques instants, elle débite en boucle ce qui s’apparente à des sons, qu’on peut considérer comme criards. C’est un indice que nos scientifiques pourront peut-être décoder.

*****

— Ici cap Canaveral. Module X 3.1416, me recevez-vous ?

Sans réponse du module, un technicien fit valoir que le problème venait probablement du «16» manquant. Il fut licencié sur le champ.

Après plusieurs tentatives infructueuses pour entrer en contact avec la sonde, une dépêche laconique informa les médias que celle-ci au terme de milliers d’années lumière, avait perdu la faculté de communiquer des images, les batteries n’ayant probablement pas tenu dans la durée.

Les scientifiques espéraient toutefois que le petit module, disposant d’une batterie autonome, pourrait transmettre aux populations rencontrées les œuvres enregistrés des Beatles, ou le « Love me tender » d’Elvis. Ils étaient un peu moins persuadés de l’intérêt de l’enregistrement des contractions vaginales des ballerines du Boston Ballet, pour donner à la galaxie une idée de la façon dont l'humanité conçoit sa descendance.

Là-bas, on regretta que cette rencontre du troisième type se soit soldé par un échec. Rien à tirer de la petite boite qui dévida inlassablement des messages qu’on ne pût interpréter.
31

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Capitaine, je t'ai lu, je retrouve ton ton, ta façon de dévisager un Demain plein d'incertitudes .. et de mystères, ton écriture qui pose les événements en distance sans juger, sans larmoyer .. juste avec un réalisme soigné et percutant .... le choix des mots est là .. rien que "chenapans" suggère tant ! Bref, j'ai aimé et la science fiction n'est pas le domaine que je préfère ...j'aime te retrouver et ton univers entre terre, mer, ciel et personnages hauts en couleur , me plaît tout le temps alors voilà une fois encore, c'est parfait.... et la petite boîte gardera son secret ...à moins que .... Bises vers toi et jolie journée , Capitaine !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
C'est pour toutes les raisons dont tu parles que je fais aussi de la SF. La vraie a tendance à m'ennuyer. Quant à la petite boite, elle fermera son clapet après extinction des batteries.
Bonne journée aussi

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un remake de 2001 Odyssée de l'espace !
Mais tout ça, c'est de la SF, Loodmer ! L'humanité entière sera morte avant même qu'un petit module atteigne une planète habitée. Toujours bien écrit...on commence le texte et on a envie d'aller plus loin.

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
J'espère bien, parce que des fois j'ai pas envie d'aller plus loin sur certains textes
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Ne pas confondre les "textes" et la vie 😏 même si l'une inspire l'autre. En ce moment, je resterai bien sous ma couette nuit et jour tellement le monde est à l'image de la météo : maussade, froide et humide.

Vous aimerez aussi !