Love Story - Soleil

il y a
2 min
41
lectures
10

"Qui sourit n'est pas toujours heureux. Il y a des larmes dans le cœur qui n'atteignent pas les yeux." Jane Austen " Le vent se lève, il faut tenter de  [+]

À l'instant où je la vis, je suis tombé amoureux d'elle. Elle était si belle, une lumière blanche émanait de sa peau en porcelaine, ses longs cheveux noirs volaient au vent et ses beaux yeux bleus me regardaient. Je marchais vers elle machinalement, sans m'en rendre compte, elle fit de même. Ma main se posa en douceur sur sa joue glacée et ma deuxième main, elle, se glissa sur sa taille gelée. Elle vint se coller contre mon torse qui frémit. Lentement, je me penchai vers son visage et déposai délicatement mes lèvres sur les siennes, totalement violettes. En une seconde, une sensation nouvelle mais merveilleuse s'engouffra dans mon corps brûlant. Je voudrais que ce moment ne s'arrête jamais, mais nos lèvres se détachèrent pour que l'on puisse se regarder. Ses yeux avaient chacun une étoile dans leurs pupilles. Elle, elle contempla les miens comme si elle voyait l'univers à l'intérieur. Cette femme, c'était l'amour de ma vie. La passion que je ressentais à son égard, était le plus fort au monde, je serais prêt à n'importe quoi pour passer ma vie entière à ses côtés. Je voulais qu'elle reste dans mes bras éternellement, mais une femme que je connaissais très bien s'approcha de nous, folle de rage. C'était Mars, mon ancienne compagne. Que venait-elle faire ici ? J'eus soudain un mauvais pressentiment. Furieuse, elle décolla nos corps, m'attrapa le poignet et me tira à l'écart, m'éloignant de ma belle stupéfaite. Mars me parla longtemps, une éternité, elle braillait, pleurnichait, me faisant tout son cinéma habituel, je ne l'écoutais que d'une oreille, perdu dans mes pensées. Elle me fis revenir sur terre en me menaçant de nous séparer à jamais. Une goutte de sueur roula sur mon front. Je savais très bien qu'elle en était capable. Ayant des pouvoirs, elle pourrait très bien la tuer. Je la suppliai de ne pas faire cela. Je ne la laissai plus parler, j’étais prêt à me mettre à genoux pour qu'elle ne la tue pas. Quand elle vit que j'avais des larmes aux yeux elle me promit de ne pas l'assassiner mais elle voulait nous maudire, et ça, je ne pourrais malheureusement rien y faire. Battu, je laissai mes larmes couler. Elle m'annonça, alors, toute fière d'elle, que nous pourrions seulement nous voir qu'à la limite entre le jour et la nuit - vu que j'étais le Soleil et elle la Lune - qu'une barrière invisible nous empêcherait de nous voir pendant la journée et la nuit et que cela durera éternellement. Nous revinrent vers ma bien-aimée et je me précipitai sur elle pour la serrer très fort dans mes bras. Mes larmes redoublèrent, je pris son doux visage dans mes mains, elle pleurait  elle aussi même si elle ne comprenait pas ce qu'il se passait et je l'embrassai intensément avant de me détacher très lentement d'elle en la fixant. Mars me suivait toute contente. Je m'arrêtai un moment, la regardai une dernière fois avant de me retourner à contre-cœur. Lorsque j'entendis son cri perçant remplit de souffrance, je dû prendre sur moi pour ne pas m'effondrer au sol ou me retourner, je ne peux voir son visage empreint de tristesse, j'entendis, ensuite, qu'elle se débattait. Je fus tout d'un coup tiré pas une force invisible et à mon tour je me débattis, remplis de rage et de désespoir. Je fus emporté dans les cieux pour remplir mon rôle de Soleil, mais, comment puis-je briller dans un moment si triste ? J'avais perdu ma bien-aimée, l'amour de ma vie.

Grâce à mes amis les nuages, la journée fut grise et je n'eus pas besoin d'ensoleiller la Terre. Je pleurai tout le jour. Au moment où la journée se finissait et la nuit commençait, je me préparais à retrouver mon amour. Je l'aperçus monter tout doucement, alors je m'élançai à pleine vitesse, les larmes aux bords des yeux. Quand je vis sont visage strié de larmes, les miennes jaillirent une nouvelle fois. Elle tomba dans mes bras, je l'embrassai encore et encore puis lui chuchotai à l'oreille notre funeste destin. Ses pleurs redoublèrent et elle fut arrachée de mes bras, elle monta peu à peu, je la perdait une nouvelle fois. Pourrai-je supporter de la perdre tous les jours ? Je descendis ensuite, dans les ténèbres toujours en pleurs. Mon cœur était à elle et il battra seulement lorsque je serais avec elle.
Elle était la lune de ma vie et moi le soleil de sa vie.
10
10

Un petit mot pour l'auteur ? 12 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de François B.
François B. · il y a
Excellente idée que ces deux récits parallèles tout en complémentarité. Peut-être préféré-je celui-ci, mais c'est certainement parce que, connaissant le "truc", j'ai été plus attentif à certains détails, comme des indices.
(Je vous invite à lire "La vraie raison des éclipses" pour que vous découvriez mon interprétation du Soleil et le la Lune...)

Image de Lole
Lole · il y a
Merci pour votre commentaire, cela me fait très plaisir !
Image de Michaël Artvic
Michaël Artvic · il y a
Émouvant ! Très bon lole. Merci
Image de Lole
Lole · il y a
Merci beaucoup !
Image de Flore
Flore · il y a
Original cet amour entre la lune et le soleil...Bravo.
Image de Lole
Lole · il y a
Encore merci je suis contente que ça vous plaise !
Image de Ame
Ame · il y a
C'est beau, et je suis d'accord, c'est original !
Image de Lole
Lole · il y a
Merci !!! Je ne sais moi-même plus comment j'ai eu l'idée d'écrire Love Story, mais en tout cas j'adore cette histoire ( sans vouloir me vanter ) !
Image de Nihal R.
Nihal R. · il y a
J'adore cette partie là ! Dommage que ce soit un peu triste .... Je l'idée originale ! J'aime beaucoup bravo !
Image de Lole
Lole · il y a
Merci beaucoup ! Tu la préfères à l'autre partie ?
Image de Nihal R.
Nihal R. · il y a
"Je l'idée originale" .... C'est pas mal ça :D
Image de Nihal R.
Nihal R. · il y a
Oui, je crois que je préfère le Soleil ! Même si les deux sont superbes !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Lettre à Vincent

Aude D

Cher Vincent,
Cette nuit, je t’écris dans ma chambre, dans le noir, excepté la lampe que nous avons cassée, petits. Tu te souviens ? Tu étais venu dormir chez moi, un mardi soir. On faisait... [+]