Louve

il y a
1 min
12 614
lectures
32
Qualifié

Pour Guillemette, il y a d'abord la mer et le soleil. Et surtout les oiseaux, Observer les oiseaux, partout. Il y a aussi marcher,danser, voyager. Et le plus important : l'amour, l'amitié. Il y a la  [+]

Image de Hiver 2014
J'aime les hommes, tous les hommes, violemment, sans retenue, j'aime les hommes et je les prends. Je les attrape au grain de ma peau élastique, je les piège aux lacs de mes cheveux roux, je les roule, je les domestique.
J'aime quand leurs mains s'aimantent à mes seins, quand leurs lèvres s'abreuvent à l'ocre brun de mon téton grumeleux.

Souvent, solitaire, j'observe la pointe de mes seins. Il y vient le souvenir d'un pelage, l'innocence de quelques poils dorés. Je laisse proliférer cette toison relique, signe de la femelle qui vit en moi, de la louve tapie dans les replis de ma conscience archaïque.

J'aime quand l'homme se penche sur la mamelle, enfant sauvage d'une louve en rut, et quand sa main trouve l'autre toison, drue et moite, où mousse mon désir.
Et voici qu'un membre de loup brutalise la tendre caverne où je palpite, toute entière ramassée. La voix qui hurle à la lune, c'est la mienne.
Cet homme-là, ensuite, ne sera plus qu'un chien, immobile à mes pieds, rassasié, recru de fatigue, grognant doucement au sein de rêves néolithiques.

Elle se raconte tout ça, la femme de ma tête, la louve de ma forêt secrète.
Elle est plus désirable que les femmes des vidéos dans les cabines de gare, plus violente que celles de mon écran, plus voluptueuse que dans ce vieux roman trouvé à la cave, La louve folle du Bois Perdu.
Et moi, je marche tout doux sur mes talons plats, mon sac Monoprix à la main, Maman attend ses courses. Sur le trottoir du boulevard quelques herbes émergent des failles du ciment, ultimes traces de la forêt primaire. Pour moi, personne ne s'arrête, sans doute ne me voit-on même pas, nul ne se retourne à mon appel, aucun homme ne revient sur ses pas pour humer mon sillage, et ce long hurlement sauvage qui déchire tout mon être, au-dehors, il ne s'entend pas.

32

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Brûler

Mikaël Lumière

Un fauteuil club au côté du lit. Légèrement enfoncé, une jambe par-dessus l’accoudoir, la chemise déboutonnée aux manches relevées ; au poignet, l’heure qui n’a plus d’intérêt, et... [+]