Louis

il y a
2 min
114
lectures
26
Je m’appelle Louis, comme mon papa.
C’est le grand-père de mon grand-père qui le premier a nommé son fils Louis. Il était maître d’école dans un riche village. L’école était une grande maison au centre du village qui n’avait qu’une pièce. Tous les enfants étaient dans la même classe. Le grand-père de mon grand-père, entre autres choses, enseignait l’histoire aux enfants comme je l’ai apprise moi-même, nos ancêtres les Gaulois, les rois de France, la révolution et toutes ces choses. Lorsque son premier fils est né, il a voulu faire comme les rois de France, il l’a appelé Louis. Depuis, dans ma famille, le premier fils du premier fils s’appelle Louis. Moi aussi, quand j’aurais un fils, je l’appellerai Louis.

Mon grand-père lui aussi était maître d’école, mais le village était devenu plus petit et moins riche. Il faisait très chaud, la pluie ne tombait plus. Sans eau, la terre ne produisait que peu de nourriture et les bêtes mourraient. De nombreux hommes étaient partis pour essayer de gagner de l’argent dans d’autres pays.
Un jour, les vieux qui dirigeaient le village ont dit à mon grand-père qu’ils ne pouvaient plus le nourrir pour faire l’école aux quelques enfants qui restaient.

Mon grand-père est parti avec ma grand-mère et mon père. Ils ont décidé de venir en France car leur langue était le français et qu’ils pensaient être bien reçus et trouver du travail.
Leur voyage a été très long. Ils ont traversé plusieurs pays, on les a battus et volés enfin, ils sont arrivés au bord de la mer Méditerranée, en Libye, et ont pu embarquer pour l’Europe. Le bateau était petit, ils étaient très nombreux, il y avait des bousculades, mon grand-père est tombé à l’eau et s’est noyé puis leur moteur est tombé en panne et ils pensaient qu’ils allaient tous mourir, mais un navire les a trouvés et sauvés.
C’est comme cela que Mémé et Papa sont arrivés en France. On les a mis dans un foyer. Mémé dit que ce foyer ressemblait plus à une prison mais qu’après le voyage et le bateau elle n’osait pas se plaindre. Le docteur du foyer a fait venir un avocat et comme Papa était un enfant, on a donné un appartement à Mémé pour qu’il puisse aller à l’école car c’était obligatoire.

À l’école tout s’est mal passé. Les autres enfants l’ont tout de suite insulté puis ont voulu le frapper. Ils ont vite compris que Papa était très fort et plus personne n’a jamais osé l’attaquer, ils continuaient pourtant à l’insulter et ne lui parlaient pas.
Papa, en classe avait beaucoup de retard, il était toujours le dernier. La maîtresse pour l’aider l’a mis à côté d’une petite fille qui était seule aussi, car tout le monde se moquait d’elle, mais elle était première de la classe. C’est comme cela qu’ils sont devenus amis.
La petite fille s’appelait Estelle. Papi m’a dit qu’avec Mamie, ils avaient eu beaucoup de mal à l’avoir et qu’elle était venue comme un rayon de soleil dans leur vie. Ils ne pouvaient pas l’appeler rayon ou soleil alors ils l’ont appelée Estelle qui veut dire étoile.
Estelle et Papa sont toujours restés ensemble, dans les mêmes classes, à l’école, au collège, au lycée puis ils ne se sont pas quittés et Estelle est devenue ma Maman.

Je vous ai dit que Papa était très fort, mais surtout, il courait très vite. Ses professeurs l’ont remarqué et fait entrer dans un club où il s’est beaucoup entraîné. C’est comme cela qu’aujourd’hui avec Maman et Mémé nous sommes aux championnats d’Europe d’athlétisme.
Des messieurs en costume viennent de donner la médaille d’or à un homme que je ne connais pas maintenant, c’est Papa qui monte sur le podium. Les messieurs lui mettent la médaille d’argent autour du cou et on joue la Marseillaise.
Maman et moi sommes debout et très fiers. Mémé est restée assise car elle est fatiguée, elle cache son visage dans ses mains pour que je ne voie pas qu’elle pleure. Je regarde Papa, des larmes coulent aussi sur son visage. Je ne les avais jamais vus pleurer. Je ne comprends pas pourquoi ils pleurent, ce n’est pas si grave de n’être que deuxième.

J’allais oublier de vous dire pourquoi les enfants n’aimaient pas Papa et se moquaient de Maman. C’est parce qu’il était noir et qu’elle était rousse.
Maman dit qu’ils étaient plus bêtes que méchants.
C’est sûr qu’ils étaient bêtes, mais moi, je pense qu’ils étaient méchants aussi.
26
26

Un petit mot pour l'auteur ? 40 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de A. Nardop
A. Nardop  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à celles et ceux qui liront ce texte.
Il est destiné aux enfants. Il ne correspond pas à la ligne jeunesse recherchée par SE ce que je comprends parfaitement. J’ai d’ailleurs lu plusieurs des textes jeunesse de cette série avec plaisir et je vous les conseille pour vous ou à lire à vos jeunes.
Mon texte n’est effectivement pas du tout dans le style recherché.
Mon idée était d’amorcer une réflexion pour les plus grands ou une discussion avec l’adulte lecteur pour les plus petits sur la différence et la tolérance.
J’espère que vous aimerez ce texte malgré ses imperfections.
Bien amicalement.

Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Un texte à lire dans les écoles, où encore mieux, sur les places publiques/ Bravo pour votre texte et votre courage. Nous sommes tous Louis.
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Commentaire plein de bon sens d'un homme qui était bon. Paix à son âme.
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Un grand merci.
Image de De margotin
De margotin · il y a
Superbe

Bonjour à vous tous!
Je vous invite à découvrir mon dessin en compétition pour Short paysage 2020.
Veuillez cliquer sur ce lien https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/au-bord-de-la-plage-1
Pour le soutenir.
Merci beaucoup

Image de Tarek Bou Omar
Tarek Bou Omar · il y a
Bonsoir, ma voix pour ce très beau texte :).
Si vous avez un peu de temps, je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le Prix des jeunes écritures : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-soleil-s-eteint-sur-mon-destin-1?all-comments=1#fos_comment_comment_body_4242995. Bonne continuation :).

Image de Julia Chevalier
Julia Chevalier · il y a
un magnifique texte qui fait du bien que l'on soit adulte ou enfant
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Merci.
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Je compte lire cette histoire à mes petites demain.
Quel crime, vraiment, d'avoir imposé la francophonie dans tant de pays, en utilisant les moyens qu'on connait, pour après traiter ces francophones non français comme on les traite!

Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
J aime beaucoup cette histoire
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Merci.
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Bonjour A. Nardop, un texte parfaitement construit pour être lu en classe. Il m'a permis de retrouver votre écriture avec plaisir. Vous avez apprécié plusieurs de mes écrits et je viens également pour vous proposer, quelques minutes de lecture pour ce texte en finale :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/un-nombre-d-or-revelateur
A bientôt sur une nouvelle compétition peut-être ?
Julien.

Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
OUI ! Ce serait très significatif et participerait beaucoup à l'éducation des enfants.
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Merci.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Texte émouvant que j'ai eu plaisir à lire. J'ai, bien sûr, tout de suite compris les raisons du sot et cruel ostracisme dont Louis, père du petit Louis narrateur était victime ! Cet état d'esprit est vraiment lamentable et la presque victoire qui clôt le texte est la plus belle des revanches !
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Merci.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

L'air du pays

A. Nardop

Il y a longtemps que Lucien n’avait passé une aussi bonne nuit.
La chaleur étouffante ne l’avait pas gêné, il ne se souvenait pas avoir rêvé et se réveillait en pleine forme pour cette... [+]