3
min

L'Omniscient

50 lectures

31

Une lumière au bout du tunnel, serait-ce... ? “Tuuuu Tiiiiiiiiiiiii”

Bernard se réveilla en sursaut, il jeta à un œil à son réveil : 5h05 le troisième rappel de son téléphone avait enfin eu raison de Morphée.
La gueule enfarinée, il chercha à tâtons la clenche de la salle de bain et se glissa sous une douche à 40°C.
Après un rapide rasage, il se fit couler un café, avala une tartine à moitié beurrée et mangea son jus d'orange.

Un petit coup d’œil à la montre : 5h20, zut, il faut que je me dépêche disait-il la bouche pleine tout en attrapant son manteau et ses clefs.

Une fois en bas de l'immeuble, il traversa la route et rejoignit son cher RER qu'il avait laissé la veille à son terminus.
Après avoir ouvert la porte, Bernard s'installa confortablement, lui et son thermos de café, car il en avait pour un moment !

Et oui, Bernard est conducteur de RER.

Il bailla un coup, alluma le moteur, la radio et comme à son habitude se mit à lire un de ces journaux gratuits que l'ont peut trouver sur les quais en attendant les premiers arrivants.

De son rétroviseur, Bernard aimait observer le quotidien.

5h31, voilà Marie Charlotte avec son sac de pain dur; la vielle dame avait inscrit son occupation favorite à son emploi du temps, même s'il n'y a plus guère de canard dans la Seine..

5h33, l'homme en costume (bleu aujourd'hui) entre dans la rame son téléphone accroché à l'oreille, la mine aussi grise que la météo de la semaine. Il semblait rongé par le stress.

5h36, l'heure du départ, la journée commence pour moi, mais aussi pour tous ceux que j'emmène; bien réveillé, merci le café !

J'enchaine les stations, j'ouvre, je ferme. Entre les accélérations et les décélérations j'observe la ville se réveiller.

Je croise mon collègue Jean Michel, je lui adresse un signe de la tête; il est très cordial Jean.

Bernard adorait son métier, tous ces gens qui entraient et sortaient faisaient parti de sa vie. Et c'est à ce moment précis qu'une idée germa suite à ce constat.

Ces gens représentent tant pour moi, mais moi je ne représente rien pour eux, quand ils sont dans une rame ils oublient jusqu'à mon existence !

Cela ne peut plus durer,

J'ai envie de tenir compagnie à cette vieille dame qui se sent si seule.
J'ai envie de faire sourire cet homme d'affaire morose qui est bloqué dans sa routine.
J'ai envie de redonner confiance à ces adolescents en manque d'affection.
J'ai envie encourager la foi en l'humanité malgré nos diversités.

Il faut que je trouve un moyen ! Même si je ne suis qu'un simple conducteur, je suis sûr de pouvoir faire quelque chose.


Un an après, Julie âgée 18 ans ratait le bac, pas étonnant car elle passait ses journées entières avec son petit ami Paul. Ses parents étaient furieux, la bagarre familiale était déclarée, ça criait dans tous les sens.

Quelques jours plus tard le conflit était résolu par un divorce.

Julie très attristée par cette nouvelle alla sonner chez son copain Paul, qui se trouvait ce jour là avec une autre fille...

Le tableau étant, Julie rouge de colère, verte de honte et pâle de tristesse, sa vie n'avait plus aucun sens. Elle se sentait seule et errait dans les rues en ne pensant qu'à une chose, la mort.

Julie passa la nuit dehors sur un banc, un banc de RER. Heureusement c'était l'été !

Fruit du hasard ou non, elle fut réveillée par la rame qu'elle empruntait chaque jours. La pauvre fille esseulée monta machinalement à bord et s'échoua sur un siège.


A ce même moment Bernard regardait dans son rétroviseur.

Depuis quelques années il voyait monter dans sa rame cette jeune fille qui affichait cet air heureux et inconscient accompagnée, d'un jeune homme charmeur avec les cheveux en broussailles.
Bernard les enviait, ils avaient tout du couple invincible; ce qu'il n'a jamais connu.

Cette même jeune fille ? Seule ? En larme ? La puce à l'oreille de Bernard lui permit de résumer à quelques détails près la situation.

Altruiste dans l'âme, Bernard ne pouvait supporter cette image; la station d'après, il coupa le moteur sortit de sa cabine sous le regard ébahit des voyageurs qui étaient restés de marbre face à la situation. Il alla consoler la jeune fille et lui redonna le sourire.

Dieu sait ce qu'il aurait pu arriver à la jeune fille si quelqu'un comme Bernard n'avait pas été présent ce jour là.


Si vous pensez que la faute vient des autres et qu'une personne à elle seule ne peux pas y remédier, vous vous trompez. L'escalier vers la paix et l'amour commence par une marche que chacun peut franchir.

PRIX

Image de Les 40 ans du RER

Thèmes

Image de Très très courts
31

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Une excellente histoire originale et bien construite ! La morale est sublime et j’y adhère complètement ! Aider, partager, faire sourire... c’est beau !
Une invitation à lire ma nouvelle 'Le tisseur de rêves' en finale du Grand Prix. http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-tisseur-de-reves-1 Merci.

·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Un histoire menée bon train portée par une plume assurée mon vote.
" un petit cœur collé sur un portable " ma nouvelle nouvelle en finale du grand prix hiver 2018 espère votre lecture Merci

·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Belle moralité
·
Image de Partner
Partner · il y a
Une histoire très bien conduite même si je ne crois pas qu'il y ait des rétroviseurs dans les cabines des conducteurs de train, mais des écrans de contrôle en tête de quai, sûrement.
·
Image de Boby, la pointe d'un auteur
Boby, la pointe d'un auteur · il y a
Vous avez parfaitement raison, actuellement la technologie fait son œuvre. Vous constaterez que je n'ai pas ancré mon récit dans le temps. Avec un peu de chance il y a 40 ans, ils se servaient encore de rétroviseurs !
Merci de m'avoir lu, et d'avoir pris le temps d'écrire un commentaire !
Je m'en vais de ce pas visitez vos œuvres ! Au plaisir

·
Image de Jipe
Jipe · il y a
Belle conclusion Bobby, j'ai voté
·
Image de Boby, la pointe d'un auteur
Boby, la pointe d'un auteur · il y a
Merci Jipe ! j'ai beaucoup aimé votre texte "Les Apparences", je reste informé de votre contenu !
Au plaisir de vous relire !

·
Image de Murielle Laurent
Murielle Laurent · il y a
c'est le premier texte que je lis qui met à l'honneur le conducteur, donc je salue !
·
Image de Boby, la pointe d'un auteur
Boby, la pointe d'un auteur · il y a
Merci Murielle, j’apprécie votre commentaire. Et je vais jeter de ce pas un œil à vos écrits !
·
Image de Boby, la pointe d'un auteur
Boby, la pointe d'un auteur · il y a
N'hésitez pas à laisser une critique afin d'améliorer ma plume ! Merci d'avance !
·