4
min

L'ombre du Diable

260 lectures

78

Quand j’étais petite, l’un de mes passe-temps favoris était de jouer aux ombres chinoises. Je m’en souviens comme si c’était hier. Je les admirais. Les voir danser sur les murs blancs de ma chambre me faisait rêver.
Si j’avais su qu’aujourd’hui, alors que je suis maman d’un petit garçon de cinq ans, je serais spectatrice d’un moment qui changera ma vie à tout jamais mais aussi celle de ma lignée entière, je ne l’aurais pas cru.
Depuis sa naissance, Léo me voit faire des petites ombres sur le mur, ça le faisait déjà bien rire avant même qu’il ne sache s’asseoir tout seul. En grandissant, il a commencé à m’imiter, puis à faire des dessins. Il représentait des « bonhommes » ainsi que ce reflet noirâtre qui ressemblait fortement à leurs ombres. Si vous voyez à quoi ressemblent les dessins d’un enfant de quatre ans, vous savez alors que ce n’est pas courant. Il n’était pas censé, à cet âge, comprendre que nous sommes tous dotés d’ombres.
Ce jour, sur le chemin du retour de l’école, je l’entends chuchoter à l’arrière de la voiture.
Impossible de comprendre ce qu’il dit mais lorsque je l’observe dans le rétroviseur, il semble terrifié.
Pourquoi ?
— Léo ? À qui parles-tu ?
Il devient alors livide et il me semble voir un voile noir passer furtivement devant lui.
Je fronce les sourcils, et fixe à nouveau la route. Il ne me répond pas, je peine à reconnaître mon petit garçon si joyeux. Depuis quelque temps, il aime la solitude, s’enfermant très régulièrement dans sa chambre. Il ne me parle presque plus. Sa maîtresse m’a fait part de son inquiétude également puisque même là-bas, il se renferme et ne se mêle plus aux autres enfants.
Son teint est blafard ce soir et les cernes qui ornent ses yeux ne me disent rien qui vaille.
Arrivés à la maison, mon fils se précipite à l’étage. Il ne veut même pas prendre son goûter, qui est pourtant son repas préféré !
Je pose mon sac à main, puis décide de le rejoindre. Il faut que j’essaie de comprendre ce qui retient l’attention et l’énergie de mon tout petit.
Son père est mort lorsqu’il avait trois ans et, depuis ce jour funeste, il est différent. J’ai toujours pensé que ça avait un lien avec la disparition de mon défunt mari. Mais peut-être qu’il y a autre chose ?
Je tends l’oreille, il parle à nouveau à quelqu’un, mais à qui ?
Je me fais la plus discrète possible, prenant garde de ne pas marcher sur les lattes grinçantes du plancher.
Sa porte est entrouverte, je suis à la fois horrifiée et subjuguée...
Une ombre immense remplit la moitié de la pièce de nuit de mon petit garçon.
Je constate qu’il n’y en a pas qu’une seule mais bien plus. Des ombres de formes humaines regroupées les unes derrière les autres, entassées. J’ai même l’impression d’entendre une sorte de gémissement ou sifflement provenant d’elles.
Mon fils, mon petit héros, est assis en tailleur sur la moquette bleutée.
Il leur murmure des paroles que je ne comprends pas, comme s’il parlait une autre langue. Sa voix est également modifiée, plus grave. C’est déstabilisant...
Il reçoit une à une les « ombres » devant lui, leur parle, puis elles s’envolent vers un endroit que ma position ne me laisse pas voir.
Je suis subjuguée par la vision de mon petit homme effectuant une mission qui a l’air de lui tenir à cœur. Il ne semble pas avoir peur comme dans la voiture tout à l’heure. Peut-être a-t-il su éloigner ce qui le terrorisait ? Qui sont ces ombres ? À qui appartiennent-elles ? Je ne le saurai jamais...
Une pulsion profonde me pousse à rebrousser chemin et à le laisser faire, sans m’y opposer. C’est ce que je m’apprête à faire lorsque mon œil est attiré par quelque chose que je n’avais pas encore remarqué. Une immense ombre, dont seul le doigt est en suspens au-dessus de la tête de mon enfant, me glace le sang. Moi qui pensais qu’elles étaient toutes inoffensives, celle-ci est horrible. Son corps vide est difforme, ses bras sont longs et ses doigts se terminent en des volutes de fumée noire, comme des fils reliés à une marionnette.
Je comprends alors que celle-ci, sûrement celle de la voiture, prend mon fils pour son pantin. Elle l’utilise. Le manipule pour se nourrir de toutes les ombres présentes. Moi qui pensais qu’il les envoyait vers d’autres cieux... Je ne peux que constater qu’il les envoie directement dans la bouche grande ouverte de celle qui l’exploite. Cette simple vision me remue l’estomac.
Fascinée, terrorisée, je regarde la scène comme hypnotisée. Je perds alors l’équilibre et mon pied s’appuie sur une des lattes grinçantes. L’ombre gigantesque tourne alors sa tête dans ma direction, et me fixe de ses globes oculaires vides de toute matière. Elle me scrute et me désigne du doigt. Elle m’a choisie. J’avance sans que je ne puisse contrôler le rythme de mes pas.
Soudain, tel un flash-back, tout me revient. J’étais cet enfant, moi aussi. J’aimais jouer avec les ombres, comme Léo. C’est comme cela qu’elle vous repère. Elle m’avait alors contactée en songe. Puis, elle venait de plus en plus fréquemment me rendre visite, même le jour. Me parlant dans un langage que je comprenais sans jamais l’avoir appris. Elle m’a alors parlé de « mission ». Je devais lui envoyer les âmes des morts. J’avais peur, je le ressens encore pendant ce retour dans les méandres de mon inconscient. Elle m’a utilisé pour se nourrir de l’âme des défunts. Je me souviens encore de leurs cris quand elle les engloutissait. Ma peau se recouvre alors d’une fine pellicule de sueur et de frissons. Elle se servait de moi pour kidnapper les âmes perdues à tout jamais. Plus je grandissais et moins je la comprenais, moins elle venait. Jusqu’à ce que je l’oublie pour toujours, enfin jusqu’à maintenant. Je comprends soudain que lorsque ses « jouets » atteignent l’âge adulte, ils ne l’intéressent plus. Tout simplement parce que nous perdons notre âme d’enfant et que nous ne sommes plus aussi manipulables. Elle m’avait alors laissé tranquille. Je reviens peu à peu à moi. Un sourire s’étend de part et d’autre de ce qui lui sert de visage. Elle a pris en otage mon enfant, tout comme elle l’avait fait avec moi, plus jeune.
Comment ai-je pu oublier ce passage de ma vie ? Aujourd’hui, c’est mon Léo qui a hérité de ce fardeau et elle me fait bien comprendre que je ne pourrai rien y faire, ni rien y changer. Je suis impuissante, je ne contrôle rien. Mon fils me regarde de ses yeux fatigués, son énergie se vide au fur et à mesure qu’elle se remplit, devenant de plus en plus grande, de plus en plus imposante. Des larmes coulent sur mes joues. Comment ai-je pu lui offrir ce cadeau malveillant ? J’aurais dû me souvenir qu’il ne faut jamais, absolument jamais, jouer avec les ombres. S’il en est là aujourd’hui, c’est à cause de moi et de mes œillères, de mes jeux stupides et de ma naïveté. On ne joue pas avec le Diable, on lui appartient à tout jamais. Une fois qu’il vous possède, vous ne pouvez vous en défaire.
Je comprends soudain qu’elle me désigne, si elle a voulu que je me souvienne de tout cela, ce n’est que dans un seul but « faire de moi sa proie ».
Je suis la future « ombre » à son palmarès. Son futur trophée.
Retenez bien ! ON NE JOUE JAMAIS AVEC L’OMBRE DU DIABLE !

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
78

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Un excellent récit fantastique....
Le suspens est bien amené... et la chute est convaincante....
Très bien...

·
Image de Octavie Demanne Auteure
Octavie Demanne Auteure · il y a
Merci. 😉😊
·
Image de Virginia Lemoine Duquenne
Virginia Lemoine Duquenne · il y a
Une nouvelle saisissante et un peu angoissante j ai adoré
·
Image de Octavie Demanne Auteure
Octavie Demanne Auteure · il y a
Merci Virginia. 😉😊
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo pour cette œuvre saisissante qui nous fait frémir ! Mes voix !
Une invitation à venir découvrir “Sombraville” qui est également en lice
pour le Prix Imaginarius 2018. Merci d’avance et bonne soirée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sombraville

·
Image de Octavie Demanne Auteure
Octavie Demanne Auteure · il y a
Merci beaucoup. J'ai lu et voté également.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci bien, Octavi !
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un bon récit de science fiction qui vous emporte au-delà du réel en vous tenant en haleine jusqu'à la chute.
Je vous invite à aller vous ressourcer dans ma forêt d'Emeraude. C'est par ici :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/larmee-des-ombres
Merci d'avance.

·
Image de Octavie Demanne Auteure
Octavie Demanne Auteure · il y a
Merci je vais aller voir cela de suite.
·
Image de Sandrine Boulant
Sandrine Boulant · il y a
Que dire à part que j'ai la chair de poule. Bravo de réussir à transmettre autant d'émotion surtout la peur.
·
Image de Octavie Demanne Auteure
Octavie Demanne Auteure · il y a
Merci Sandrine. C'était une première pour moi. Je n'écris jamais rien d'autre que la romance ou l'érotisme alors ce ne fut pas simple pour moi.
·
Image de Olivier Therond
Olivier Therond · il y a
Bravo ! Super bien écrit
·
Image de Octavie Demanne Auteure
Octavie Demanne Auteure · il y a
Merci Olivier...
·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
Un texte bien mené avec une tension du début à ma fin. Que le diable m'emporte, vous avez mes voix. Et si vous veniez me découvrir ?...
·
Image de Octavie Demanne Auteure
Octavie Demanne Auteure · il y a
Merci beaucoup. Sans aucun problème. Je vais aller vous lire
·
Image de Orel Seewalt Auteure
Orel Seewalt Auteure · il y a
Super Octa
·
Image de Octavie Demanne Auteure
Octavie Demanne Auteure · il y a
Merci Orel
·
Image de Christian Guillerme
Christian Guillerme · il y a
Bravo Octavie, bien mise en...lumière cette nouvelle !! Mes voix !!
·
Image de Octavie Demanne Auteure
Octavie Demanne Auteure · il y a
Merci beaucoup Christian.
·
Image de Vallerie
Vallerie · il y a
horreur, malheur! oui, c'est bien Belzébuth...
·