Loin-du-ciel

il y a
2 min
685
lectures
41
Qualifié
Image de Printemps 2021
On l’appelait Loin-du-ciel.

En raison de sa petite taille, bien sûr, et sans doute aussi, parce qu’on le savait oublié des Dieux.

En effet, Loin-du-ciel, c’est le moins qu’on puisse dire, était bien malchanceux.

Affligé d’une claudication disgracieuse, il subissait les moqueries des enfants de son âge, d’autant plus qu’il ne se déplaçait qu’avec une extrême lenteur.

Lente aussi était son élocution : articuler était pour lui une redoutable épreuve, et il lui semblait que les mots s’échappaient de sa bouche dès qu’il croyait les avoir attrapés.

Si bien que la plupart du temps, il demeurait en silence, ayant réduit ses besoins de communiquer à quelques gestes élémentaires.

La vie opère parfois de bien étranges détours, donnant à grandes brassées quand on s’y attend le moins, prenant d’un côté ce qu’elle vous donne de l’autre... ou inversement, ce qui fut le cas pour Loin-du-ciel !
Car dans sa bien triste situation, qui aurait suffi à affliger et aigrir la plupart d’entre nous, une source de joie incommensurable lui réchauffait le cœur et dilatait ses artères.

Cela avait commencé l’année de ses sept ans.
Il avait entendu de drôles de miaulements venant du caisson sur lequel, comme souvent, il s’était assis un peu à l’écart du monde.
Ô merveille ! Deux petits bouts de chats, l’un tout noir, l’autre tigré, deux minuscules boules de douceur qui lançaient leurs signaux de détresse.
L’enfant avait immédiatement compris le sort qui leur serait réservé s’ils étaient découverts. Noyés à la rivière, dans une bauge avec une pierre dedans.
Alors il les avait emmenés en lieu sûr et tout les jours, il venait approvisionner ses petits rescapés, jouait avec eux, les caressait, les embrassait, leur parlait doucement, oui, leur parlait...
Et petit à petit, l’enfant solitaire et rêveur avait ouvert les yeux sur le monde. Sur ce monde-lien particulier, celui des tout-petits, des nouvellement nés ou écloses, premiers balbutiements de vies puissantes et fragiles à la fois. Qu’il passait le plus clair de son temps à découvrir, à protéger, à sauver.

C’est par une belle matinée ensoleillée d’avril que le miracle se produisit.

Ce jour-là, il avait ramené de la forêt un petit merle blessé qu’il avait enfermé dans une cage afin de le soustraire aux prédateurs le temps de sa convalescence. Après avoir tenté en vain de nourrir l’oiseau, il s’était assoupi sur une botte de foin quand tout à coup il fut réveillé par des cris stridents : le chat noir avait renversé la cage qui s’était ouverte et l’oiseau affolé essayait désespérément de voleter de plus en plus haut pour échapper à ses assauts.

Loin-du-ciel se mit à hurler, sautant maladroitement pour attraper l’oiseau. Mais celui-ci était hors de portée et le matou, bondissant de poutre en poutre, allait finir par le saisir.

Alors une force inouïe s’empara de l’enfant chétif. Jamais auparavant il n’avait ressenti ce torrent tumultueux et bienfaisant qui maintenant l’animait, le portait, lui faisait trouver immanquablement le geste sûr, précis et efficace, pour parvenir à ses fins.
Et ce n’est pas tout, voilà aussi qu’imparfait ! Vraiment ! « T’as pas l’droit, criait-il au chat noir, t’as pas l’droit !...Je te laisserai pas faire....Va-t’en... » et les mots s’enchaînaient, naturellement, sans qu’il ait à faire d’efforts ; les mots devenaient cascade impétueuse, puis rivière ayant trouvé son lit.
Puis murmure de source quand il attrapa l’oiseau, et, longuement, tout doucement, lui parla pour le rassurer jusqu’à ce que les battements de leurs deux petits cœurs se calment.
41

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Douceur et tendresse au rendez-vous.
Avec un vote et un RÉabonnement pour REpartir du bon pied, ... en "Short".

Vous aimerez aussi !

Très très courts

RER RDV

Cristine Merienne

Novembre 1993, RER B, Luxembourg.
Je suis assise comme souvent près de la porte, au plus près de la sortie. Sur le quai une grande affiche : Eddy Mitchell en concert. Je souris. Monsieur Eddy... [+]