2
min

L'odeur des clémentines

Image de Pierre Lieutaud

Pierre Lieutaud

32 lectures

10

L’odeur des clémentines


Tous les matins, elle attendait le bus numéro 74, blottie dans la petite foule de gens posés sur le trottoir comme des statues. Son cartable à la main, un goût de lait et de dentifrice à la bouche, elle rêvait à son prince en armure qui allait venir. Aujourd’hui ou demain. Ce qui était sûr, c’est qu’il viendrait....Et tous ceux autour d’elle, indifférents, fermés, inexpressifs, qui attendaient le gros bus ventru, qui cherchaient a entendre dans les bruits de la ville le ronflement de son moteur, là bas derrière le dos d’âne, seraient bien surpris....Ah ! oui alors. Et elle les regardait en souriant déjà a leur étonnement...
Voilà ce qui allait se passer : son prince apparaîtrait en haut de cette bosse de goudron, droit et fier sur son cheval blanc, son heaume d’argent emplumé, sa cotte de maille scintillante... D’abord, elle entendrait le vacarme des sabots et puis elle apercevrait la plume de son casque et la tête du destrier recouverte de filaments d’or. Il était là. Alors, le ciel virerait au rouge sang, les oiseaux se cacheraient au fond des nuages, les naseaux du cheval feraient monter au ciel des giclées de buée. Elle retiendrait son souffle, elle poserait son cartable, pour etre libre de ses mouvements. Il l’avait vue, il ne regardait qu’elle... Il sauterait au dessus des autos, ferait trembler les feuilles des grands arbres, il tirerait sur les rênes de son cheval qui se cabrerait, tout droit, sans un bruit, et quand il poserait ses longues pattes en faisant claquer la chaussée, son prince enlèverait son heaume. et lui sourirait...Mon Dieu, qu’il était beau...
Le bus klaxonnait, les portes s’ouvraient....pschiitt.....les statues se mettaient en marche, escaladaient les petites marches chromées... le conducteur faisait sortir de sa boite de petits tickets, kling, kling, un pour chaque statue. Elle restait à l’écart, elle attendait le prince......Allez mademoiselle, montez ! montez vite, nous partons, allons, dépêchez-vous !
Le prince était en retard, mais son cheval les rattraperait.... Pendant qu’elle scrutait la rue par la vitre arrière, les yeux fixés sur l’arrêt de bus qui s’éloignait, un garçon s’était approché. Il faisait semblant de regarder la rue en avalant des quartiers de clémentine, faisant gicler de petits filets de jus qui coulaient sur ses lèvres, son menton. Il passa la main autour de sa taille et chercha à l’embrasser....Une odeur de clémentine la submergea, elle le repoussa en criant...
Alors, par dessus l’épaule de ce démon, elle vit le prince qui levait son épée...Il était là, dans le bus, pour la protéger...Son prince avait une casquette de contrôleur de bus, une sacoche en bandoulière et il était très en colère. Il tira le garçon comme un fétu de paille...L’odeur de clémentine se dilua dans l’air....Le bus s’arrêta...Le prince contrôleur ouvrit la porte et chassa ce diable a l’odeur de clémentine, ce Belzébuth de malheur parfumé de senteurs d’agrumes....
Elle s’assit au fond du bus et remercia son prince qui pouvait se changer en contrôleur pour la sauver, mais aussi en en nuage d’or, en soleil, en vagues de la mer et en tout ce dont elle rêvait....
Plus jamais elle n’oublia l’odeur des clémentines, l’odeur de ce diable du matin de la ville, un diable qui s’était déguisé en garçon et qui avait pris comme elle un ticket de bus.

Thèmes

Image de Très très courts
10

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Finalement les princes sans cheval blanc ça existe alors... Un beau récit lu avec plaisir.
·
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Rêve et réalité
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bonjour Diorite,
Un récit très bien mené, très rythmé !
Outre l'histoire en elle-même bien sûr, j'ai beaucoup aimé la reprise du mot "statue" et la personnification ("le gros bus ventru"). Bien sûr, le titre et la façon dont vous le reprenez tout au long de votre nouvelle est un énorme plus !
Très bonne continuation à vous,
Tranquillou974

·
Image de Duje
Duje · il y a
Quelle faconde inventive ! Quelle imagination !
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Chevalier des temps modernes !
·