2
min

L'invisible royaume

Image de André Page

André Page

284 lectures

300

« L’amour ne se voit pas, il se devine, longtemps. Quand il apparaîtra, il te fera apparaître », lui avait-on répété depuis toute petite, alors qu’elle se plaignait de voir le monde s’agiter sans elle à travers la paume de sa main placée devant ses yeux et de ne pas se voir dans son propre miroir, tandis qu’elle percevait distinctement ses parents et beaucoup d’autres couples. Les années avaient passé, mais elle avait beau tendre ses bras tendres au cœur des vents, des pluies, de l’espoir, elle ne devinait rien de particulier autour d’elle.

— Il nous tarde de te voir, nous aussi, Yaëlle, lui dit un jour sa mère, le temps est arrivé. Quelqu’un, quelque part, te cherche tout autant que tu le cherches, t’espère tout autant que tu l’espères, c’est ainsi depuis la nuit des temps et même avant, quand il n’y avait pas de nuit.
— Comment saurai-je que c’est lui et pas un autre ?
— Tu le sauras avant de le savoir.
— Alors je le sais.
— Bien. J’en étais sûre, et ton père aussi. L’amour est un rayonnement, il est comme un soleil qui éclaire aussi les autres et le monde, même avant de se lever, au petit matin.
— Mais comment le trouver ?
— Tu le trouveras quand il t’aura trouvée, tu le trouveras si tu ne le cherches pas. Il est une rencontre, la plus belle des rencontres, celle qui était prévue pour toi et aussi pour lui, et il portera pourtant le hasard posé sur son épaule, tel un aigle royal. Car l’imprévu est prévu, depuis toujours, depuis que le monde est monde.
— Dois-je tendre mes bras, dois-je ouvrir mes mains ?
— Ouvre juste la porte de ton âme, le corps n’est pas si important que l’on croit.
— Je l’ai ouverte, je pense...
— Alors, arrête de penser, car le temps est venu.

Le temps était venu, mais le temps était gris. Elle s’habilla chaudement de coton et de laine, qui disparurent aussitôt qu’elle les eût revêtus. Elle mit autour de son cou et à son poignet un collier et un bracelet de perles vertes d’aventurine, ouvrit enfin la porte et prit sans réfléchir le chemin qui menait vers la rivière. Son pas était léger, son empreinte petite. Elle la voyait s’inscrire sur la terre mouillée, sans même deviner sa jambe ou son pied. Elle s’assit au bord de l’eau, et y plongea ses yeux, comme un cormoran plonge au creux d’un étang calme. Une sourde joie en elle lui fit tourner la tête.

— Tu es là, je le sais, toi qui m’es destiné, je suis venue tu vois...
— Je suis là, près de toi, non tu ne rêves plus...

Elle tendit instinctivement sa main droite au-dessus de l’herbe bien verte qui recouvrait tout le rebord de la berge, et glissa avec confiance sa main dans celle bien plus grande du jeune inconnu.

— Fermons les yeux, puis regardons dans l’eau, souffla-t-il d’une voix émue.
— Oui, tu as raison, vivons la déraison, enfin...

Main dans la main, le cœur battant, ils se penchèrent sur la calme rivière et ouvrirent les yeux. Elle vit qu’il était blond, il vit qu’elle était brune, ils virent qu’ils s’aimaient et que l’amour était l’invisible royaume qui les avait menés doucement l’un vers l’autre. Un aigle royal les survola un instant, échappé du hasard qui surveille le monde et suivit la rivière, avant de disparaître, dans un bruissement d’ailes.

PRIX

Image de 6ème édition

Thème

Image de Très très court
300

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
C'est très joli. Un royaume invisible et pourtant si beau..
·
Image de RAC
RAC · il y a
Un texte très limpide, une lecture très agréable. Je n'ai pas encore tout lu chez vous mais je progresse... A bientôt...
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Une poésie qui chante...et enchanté...mes voix
Je concours aussi, si vous aimez

·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Zouzou :)
·
Image de Félix Solivon
Félix Solivon · il y a
Vous avez une vision bien singulière de l'amour, mon petit André. Moi qui ai beaucoup d'expérience je peux vous assurer que ce n'est pas du tout ça.
·
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Fermons les yeux, André.
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Sylvie :)
·
Image de Vinvin
Vinvin · il y a
Si l'amour rend habituellement aveugle, là pour le coup il leur rend la vue. Bien trouvé.
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Vinvin :)
·
Image de Lyriciste Nwar
Lyriciste Nwar · il y a
Magnifique
Prière de lire mon texte pour la finale du Prix Rfi jeunes écritures
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/plus-quune-vie?all-comments=1&update_notif=1546656533#fos_comment_3201198

·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Lyriciste :)
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Un rêve poétique.
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Patricia :)
·
Image de Keita L'optimiste
Keita L'optimiste · il y a
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Keita :)
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un grand bravo pour cette œuvre envoûtante, André ! Mes voix ! Une invitation à découvrir “Le Vortex” ( Catégorie Poèmes) qui est aussi en compétition pour la Matinale en Cavale. Merci d’avance ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Keith :)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur