3
min

L'intruse

Image de Jak Baron

Jak Baron

78 lectures

64

Londres-Un soir de novembre 1897...
Un épais et sombre crachin envahissait le quartier de South Kensington dont les riches demeures aux blanches façades avaient pris l'aspect vaporeux de spectres glacés et menaçants.
Tout à coup, un cabriolet apparu comme transperçant le brouillard dense et malveillant pour s'arrêter au numéro 42 de S. Street. Les clameurs lointaines des faubourgs mêlées aux claquements des sabots des deux chevaux menant le cab semblaient comme amortis par l'environnement ouaté de ce paisible quartier bourgeois.
-Holà ! Holà ! faisait le cocher pour faire cesser le piaffement nerveux des deux chevaux de l'attelage. Il descendit alors prestement pour ouvrir la porte du cabriolet. Une jeune femme descendit prudemment les petites marches du cab. C'était une charmante brune trentenaire élancée et aux pétillants yeux noisette, il s'agissait de Miss Sunnywell, gouvernante de son état. Elle régla la course au cocher puis sonna au numéro 42. On ne tarda guère à lui ouvrir, un maître d'hôtel aux moustaches tombantes la conduisit dans l'antichambre où elle retrouva ses condisciples : miss Bonham, institutrice la cinquantaine dépassée, ainsi que le révérend Scott aux épaules larges et à la chevelure argentée allant allègrement vers les 70 ans. A sa venue, le révérend se leva avec condescendance et dit dans un sourire radieux :
-Chère amie, nous vous attendions avec impatience. Sans vous, nous ne pouvons commencer. Allons retrouver Mrs Harlington, voulez-vous ?
Mrs Harlington, à l'origine de ces régulières séances spirites, était la veuve d'un fameux colonel de l'armée des Indes. L'héroïque officier était tombé au combat lors d'un guet-apens préparé par les redoutables thugs il y a deux ans de cela. Il était mort vaillamment avec ses hommes sous les morsures des redoutables couteaux thugs. Depuis la mort de son mari, Mrs Harlington essayait désespérément d'entrer en contact avec l'âme torturée du défunt.
-Le malheureux erre sans but dans les limbes. Je suis la seule personne capable de mettre fin à son errance, se plaisait-elle à répéter à ses amis.
Mrs Harlington s'était découvert un exceptionnel don de médium suite à une violente crise d'épilepsie qui l'avait laissée pantelante et épuisée mais avec un nouveau don.Elle réunissait ainsi quelques-unes de ses connaissances pour se consacrer à des séances spirites particulièrement mouvementées. En effet, les deux dernières séances avaient été le théâtre d'événements et d'apparitions démoniaques.
Le groupe de trois personnes : miss Sunnywell, miss Bonham et le révérend Scott se retrouvèrent dans le salon parcimonieusement éclairé. Assise à la table attitrée des séances, Mrs Harlington, une femme d'une soixantaine d'années dont les cheveux blancs n'atténuaient pas la dureté de son regard, le regard d'un médium remarquable. Sans ciller, sans détacher son regard d'un point inexistant de l'espace, elle dit d'une voix ferme :
-Je vous en prie mes amis, prenez place ! La séance peut commencer sur le champ.
Très vite les quatre participants se réunissent autour d'une table ronde en bois de merisier. Chacun tenait la main de ses voisins pour former une chaîne humaine aux forces métapsychiques puissantes et impénétrables. Au bout de quelques instants de transe, les ondes spectrales se dispersèrent dans l'espace. Puis, diffusé par la bouche du médium, un ectoplasme verdâtre se déploya dans la totalité de la pièce. C'était une ombre immense percée de six yeux jaunes, celle-là même qui les effrayait tant depuis les deux dernières séances : le démon Astaroth.
Miss Bonham, le révérend et miss Sunnywell se levèrent pétrifiés face à la gigantesque créature, seule, Mrs Harlington demeura assise, figée par des transes profondes. L'ectoplasme était enveloppé d'une obscurité insondable et la pièce avait pris curieusement des proportions titanesques. Soudain une voix sépulcrale retentit comme le tonnerre :
-Vous m'avez appelé mes amis ! Alors me voici ! dit la créature démoniaque dans un sourire maléfique. Puis sa face se fit menaçante et sa sinistre voix tonna à nouveau :
-Misérables mortels, vous bénéficiez "ici-haut" d'une puissante protection divine, sinon vous seriez déjà en train de goûter à mon Enfer.
Le révérend intervint alors en brandissant un crucifix et en proférant les injonctions sacrées :
-Vade retro Astaroth !
L'intervention du clergyman mit aussitôt fin à la terrible apparition qui fut comme engloutie par le néant. La séance spirite fut ainsi clôturée laissant pantois ses quatre participants.
Après le départ de miss Bonham et Sunnywell, le révérend Scott s'attarda dans la pièce même où venait de se dérouler la fantastique apparition du drame qui venait de s'accomplir une nouvelle fois.
-Mrs Harlington, je désirerais m'entretenir seul avec vous, déclara-t-il d'un ton grave. Le visage inquiet, elle le conduisit dans son alcôve et laissa le clergyman se confier à elle.
-N'avez-vous pas constaté, très chère, que depuis la venue de miss Bonham dans notre petit cercle spirite, ces abominables manifestations se sont considérablement développées.
Mrs Harlington scandalisée par de tels propos répliqua :
-Oh mais révérend, miss Bonham est une très fervente chrétienne et je...
-Tut, tut, je ne porte aucune accusation, je ne fais qu'un simple rapprochement entre certains événements. Aussi je suggère de réaliser une séance sans la présence de. . . hum... de cette personne. Disons par exemple jeudi soir, et n'oubliez pas de prévenir miss Sunnywell.
Mrs Harlington approuva cette expérience :
-Bien révérend, je veux bien essayer.

***

Jeudi soir, dans la demeure de Mrs Harlington, ils n'étaient plus que trois autour de la table spirite. Dès les prémices de la séance, le médium fut agité de violents soubresauts puis elle se mit à vomir de la matière ectoplasmique très dense et très sombre, plus sombre que la nuit. Une ombre immense, une ombre infinie déploya des ailes membraneuses puis psalmodia lentement :
-Plus rien ne vous protège serviles créatures ! puis il y eut un assourdissant crépitement de flammes et une forte odeur de chairs brûlées. Bienvenue dans mon Enfer !

***

Bien plus tard, au plus profond de la nuit, la nuit, le révérend père Scott déambulait nonchalamment dans les rues humides de Londres. Il avait encore quelques tracas à l'esprit mais il demeurait néanmoins satisfait de sa dernière "œuvre".
Ce fut une tâche difficile que d'éloigner l'archange Bonham mais toujours est-il que j'ai gagné deux nouvelles âmes, pensa-t-il en allumant un énorme havane sans l'aide d'aucune allumette. Curieusement, malgré la lumière vacillante des réverbères allumés alentour, le père Scott ne projetait aucune ombre sur les pavés humides.

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très courts
64

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Bonjour Jak, je reviens vers vous car J'ai eu le plaisir d'apprécier votre belle plume et vous avez été sensible à certains de mes écrits.
Si vous en avez l'envie, Je vous propose une nouvelle (policier/ thriller) en lice du GP été :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
Si vous êtes déjà passé(e), je vous prie de m'excuser et de ne pas tenir compte de ma proposition.
à bientôt.
Julien.

·
Image de Jak Baron
Jak Baron · il y a
Bonsoir,
Lu et voté.

·
Image de Cathy Grejacz
Cathy Grejacz · il y a
Je vous découvre par hasard et ne suis pas déçue
Une intrique et un style très sympathiques. Un bon moment de lecture
À bientôt peut-être sur ma page

·
Image de Jak Baron
Jak Baron · il y a
Merci d'avoir passé un bon instant de lecture, je vais visiter votre page.
·
Image de Jak Baron
Jak Baron · il y a
Merci d'avoir aimé ce texte.
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Un très bon texte avec une chute incroyable ! Merci pour le partage.
·
Image de Lyriciste Nwar
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Désolé de découvrir un peu tardivement votre " Imaginarius ", d'autant que ses qualités littéraires vallent la finale.
Merci d'être venu me lire spontanément.
Julien.

·
Image de Jak Baron
Jak Baron · il y a
Merci d'avoir apprécié l'intruse. Bonne chance pour votre récit.
·
Image de Reveuse
Reveuse · il y a
Bien trouvé cette intrigue. Ne jamais tenter le diable !ou du moins les esprits. Vous avez mes 5 votes et si le cœur vous en dit vous pouvez aller lire mon texte L'ombre de Baptiste.
·
Image de Jak Baron
Jak Baron · il y a
Ne surnomme t'on pas le diable également le malin ce qui est bien approprié pour cette nouvelle. Je lirai l'ombre de Baptiste.
·
Image de Sabrina Guerreiro
Sabrina Guerreiro · il y a
Excellent texte !!!! Je vote!
·
Image de Jak Baron
Jak Baron · il y a
Merci pour votre vote et surtout d'avoir apprécié.
·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
un parfait décor que les rues de Londres de la fin du 19 ème siècle. J'ai bien frissonné à l'évocation du démon qui n'est pas celui qu'on croit. Cher Jak, voici mes voix.
je me suis également prêtée à l'exercice de cet Imaginarius et vous invite sur mes lignes, à travers mon récit "Sur le mur d'en face ".

·
Image de Jak Baron
Jak Baron · il y a
Merci Doria pour vos voix je vais lire sur le mur d'en face.
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Une sombre affaire de spiritisme !
Une invitation à découvrir" la fontaine au bulles "Merci beaucoup .

·
Image de Jak Baron
Jak Baron · il y a
En effet, une séance de spiritisme qui se termine mal mais pas pour tout le monde. J'irai lire la fontaine aux bulles
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur