L'intrépide Marthe

il y a
4 min
633
lectures
572
Finaliste
Public

Mathématicien de formation, je suis aussi passionné tant bien par l'informatique que par littérature. La poésie, la nouvelle et le roman sont les genres sur lesquels je m'essaie  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
Marthe n'a que vingt-cinq ans lorsque sans le savoir, sa vie est entrain de basculer tout silencieusement sous son regard vigilant et naif. Enseignante d'éducation civique nouvellement diplômée de l'institut nationale de la jeunesse et des sports INJS, elle est au top de sa vie, ne voit que des lendemain meilleurs, rien d'anormal n'est-ce pas ?

Un beau matin d'octobre, alors qu'elle est sous la douche, elle constate qu'une petite boule sommeille en son sein. Troublée, elle court consulter sa gynécologue. Cette dernière après palpation déclare tout sereinement et avec assurance: 《Pas de soucis à te faire. Ce n'est qu'une petite bosse de rien du tout, c'est hormonal. Rien de surprenant à ton âge.》 Marthe lui faisait aveuglement confiance. Cette gynécologue était en plus son amie, sa confidente de longue date. Alors pourquoi douter de sa parole, de la parole d'un professionnel de surcroît ? Elle continuait alors à mener sa vie si bien rangée sans crainte aucune. Malheureusement, juste cinq mois après, elle découvre que la boule en question a grossi et fait maintenant plusieurs centimètres. Marthe court alors consulter de nouveau son amie qui après palpation avoue elle même sentir une présence étrange.
- Peut-être c'est juste un kyste, pas de quoi s'affoler. Suggère t-elle.
- Un kyste ? Et il fait quoi en moi ? Je ne veux pas de lui. Cette boule ne lui était pas douloureuse, mais la gênait déjà lorsqu'elle portait des sous-vêtements. Elle se rapprocha de l'hôpital général de Yaoundé. Le médecin qui la reçut lui prescrivit une mammographie, de quoi vérifier par lui-même de quoi Marthe souffre. C'est alors là que commence sa descente aux enfers.
- Madame, les résultats ne me permettent pas de me prononcer. Je vous invite à faire une échographie mammaire. De là, on sera définitivement fixé.

Chose demandée, chose faite. Deux jours plus tard, Marthe remettait les résultats au spécialiste. Sa mine laissait envisager le pire. Il fixa Marthe droit dans les yeux avec un regard entremêlé de tristesse avant d'ajouter
- Je suis désolé... vous avez un cancer en phase trois.
- Un cancer ? Et comment le soigner ? Là était sa seule préoccupation. S'en débarrasser.
- À ce stade de la tumeur, je ne recommande pas la radiothérapie, plutôt la chimiothérapie. Ensuite, et rien qu'après cela, suivra l'intervention chirurgicale. Le meilleur à faire sera de pratiquer une mastectomie.
- Et c'est quoi cette mastectomie ?
- Ça signifie qu'on va vous séparer de votre sein gauche. C'est incontournable vu l'évolution rapide de la tumeur. Marthe reçu cette nouvelle comme un coup de poignard dans une plaie béante. 《Un cancer ? À mon âge ? 》 se questionnait-elle encore. Elle revoyait ces long mois écoulés. Elle reprocha à son ami Dr Solange de lui avoir menti. Elle aurait commencée le traitement depuis longtemps. Qu'a cela ne tienne, Marthe était prête à se battre. Pour cela, elle pouvait compter sur le soutien de Luc son petit ami qui s'engage à l'accompagner à tous ses rendez-vous de chimio. Sa mère également était à ses côtés. C'est elle qui lui faisait prendre conscience de la gravité de son état. Elle se battait toujours à la rassurer. 《Maman, ça ira. Il n'y a rien. Je vais guérir, ne t'en fait pas》

Après avoir enchaînée six mois de chimiothérapie à raison de sept cures la semaine, Marthe commençait à s'épuiser, mentalement, mais aussi financièrement. Cependant, l'opération était déjà planifiée pour la semaine d'après. Le monde de Marthe commença à s'effondrer quand le médecin lui annonça qu'elle allait être hospitalisée. Pour elle, c'était plus que de la prison. Perdre sa mobilité, perdre sa liberté. Rester coincée entre quatre murs dans ces odeurs étourdissantes, ne plus pouvoir pratiquer ses activités physiques, encadrer ces jeunes dont elle avait la charge. Ce fut pour elle un grand coup. Avait-elle alors le choix ? Elle se laissa faire néanmoins.
Le jour d'après, la mastectomie pratiquée, elle se sentait enfin libérée, malgré ces drains qui restaient en elle, malgré cette partie d'elle qu'on lui retira. Il lui restait juste trois jours à passer en observation sous la demande du médecin, ensuite elle pourrait rentrer chez-elle et reprendre le cours de sa vie, certes plus jamais la même. Cette idée la réjouissait fortement. Elle était enfin libérée, pensait-elle naïvement.
À sa grande surprise, au deuxième contrôle trimestriel, le médecin l'accueille froidement.
- Madame, c'est une tumeur maligne. Vos examens me montrent qu'elle est encore présente dans les ganglions lymphatiques de votre sein gauche. Si rien n'est fait, elle se propagera dans d'autres tissus et organes.
- Je vous fais confiance docteur. Qu'est-ce qu'il y a lieu de faire actuellement ?
- Préparez-vous pour une autre intervention chirurgicale. Marthe qui pensait avoir déjà terminé avec cette expérience était en effet loin du compte. Une autre intervention comme l'a dit le médecin était à préparer. Elle se résignait à cette idée, décidée à se battre, à vaincre ce démon décidé à l'emporter. Sa plus grande thérapie ? Le sport. Elle y allait à coeur joie. Du footing le matin, suivi par des séances de musculation, étaient son déjeuné favoris.

Deux semaines après, la deuxième opération eut lieu. Battante plus que jamais, Marthe s'en était déjà remise.《C'est une femme forte》, confesse son copain à sa maman en guise de réconfort.
- Maman c'est bon. Cette fois était la dernière, a dit le médecin. La tumeur a été totalement extraite. Loin de s'imaginer ce qui l'attendait encore, Marthe se sentait plus forte, plus confiante, heureuse d'avoir gagné ce combat. Cependant cinq mois après lors d'un autre rendez-vous de routine, ce même médecin lui annonce l'impossible.
- Madame, la tumeur a réussi à atteindre l'autre sein. Elle y est encore à ses débuts, mais vaut mieux l'éradiquer le plus tôt possible. C'est une tumeur maligne. Je vous suggère une mastectomie totale cette fois.
- Une autre ? À mon âge ? Vingt-six ans ? Mais j'ai pas encore d'enfants docteur. Pourquoi le monde s'acharne autant sur moi ? Qu'est ai-je fais au bon Dieu ?
- Ne vous tracassez pas pour cela madame. Une reconstruction mammaire est envisageable. Rétablissez-vous d'abord.
Marthe s'en retourna abattue, diminuée et inconsolable. Elle ne comprenait pas pourquoi tant d'acharnement sur sa personne. Qui lui en voulait à ce point ?Pour sa maman néanmoins, elle était prête à décrocher la lune. Ainsi dit, elle était décidée à être plus forte. Si elle baissait les bras maintenant, sa mère craindrai le pire. Alors pour elle, elle était prête pour le combat. Plus déterminée et combative qu'avant. Les jours d'après, elle débuta avec la chimiothérapie. Juste trois mois plus tard, elle s'était déjà faite opérer. Peut-être n'aurait-elle pas dû ? Ceci fut le début de sa fin en tout cas.
Juste deux semaines après, avec la même mine, tout serein et décontracté, Dr Blaise lui annonça l'inimaginable.
- Madame... je suis vraiment navré pour votre cas.
-... cette tumeur a réussi à prendre le dessus sur nous. Elle a migré vers le foie et à provoqué des métastases. Ajoute le spécialiste d'un air lui-même très apeuré, après quelques minutes de silence profond. Quant-à Marthe, elle ne réussit qu'à s'évanouir. Pour elle, s'en était trop. Elle était fatiguée de combattre, fatiguée de vivre, de vivre cette vie. Pour elle, la terre toute entière avait décidée de s'écraser sur elle, à toute vitesse en plus. Pour preuve, même les tubes incrustés en elle lors de cette dernière opération semblaient dysfonctionner. Ce dernier sein droit commençait à devenir volumineux, causé sans doute par l'accumulation du sang et de la lymphe hors des drains destinés à les évacuer. Toujours, elle saignait abondamment. N'avait plus l'appétit pour manger, et vomissait le peu d'aliments ingurgité. C'est ainsi que toute maigre elle est devenue.

Les jours d'après, alors qu'elle s'était résignée et avait préférée passer ses derniers instants avec ses proches, c'était la fin. C'est son copain qui annonça la triste nouvelle à sa mère.

__

Texte en hommage à ma maman, Marthe, ayant menée un combat acharné face à ce cancer du sein et qui, après quelques années, alors qu'elle voyait le jour d'après comme un nouveau départ, c'était bien pire. Une succession de terribles nouvelles du médecin, jusqu'à son décès.
572

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,