2
min

Limbo

Image de Noctalis n

Noctalis n

6 lectures

0

Il y a quelque chose qui cloche.

Cal se réveilla en sursaut et balaya sa chambre du regard.

L'homme s'assit et cligna plusieurs fois des yeux, mais tout était tranquille dans la pénombre.

Cal se laissa retomber mollement, il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, c'était sûrement un mauvais rêve, voilà tout.

L'homme se retourna plusieurs fois, incapable de trouver une position adéquate pour retomber dans les bras de Morphée, l'envie de dormir lui était passé.

C'est malin, fulmina-t-il intérieurement.

Cal se redressa de nouveau puis sortit de sa chambre d'un pas las, sa gorge était sèche.

L'homme descendit le long escalier en spirale, à pas de loup.

Une fois arrivé au rez-de-chaussée, Cal colla son oreille au mur et se concentra.

À ce moment-là, il crut percevoir une sorte de bruit répétitif et sourd.

L'homme ferma les yeux, oui c'était comme un battement de cœur.

Cal n'était pas surpris, la première fois qu'il avait visité la maison, il avait ressenti une sensation étrange.

Ce n'était pas une maison hantée, mais elle était vivante d'une certaine manière, il en était persuadé.

Cal caressa doucement le mur puis se dirigea vers la cuisine.

Il se servit un verre de lait, mais au même moment il aperçut furtivement dans l'encadrement de la porte, une silhouette longiligne courir vers l'escalier.

Cal lâcha son verre qui se fracassa en mille morceaux au sol, l'homme resta interdit pendant quelques secondes, avant de partir à la poursuite du mystérieux individu.

Cal remonta l'escalier avec peine, il faillit tomber plusieurs fois à cause de l'obscurité.

Une fois arrivé en haut, il fit une pause pour reprendre son souffle.

Et merde...et si c'est un voleur ? je n'ai même pas d'arme.

Cette fois, Cal sentit son ventre se nouer, un frisson désagréable traversa son être.

L'homme décida d'avancer jusqu'à sa chambre au bout du corridor sur la pointe des pieds.

Tout était silencieux, si bien que Cal se demanda si il n'avait pas été victime d'une hallucination après tout.

Il poussa lentement la porte grinçante de sa chambre et attendit.

Rien, pas un bruit, rien d'anormal.

Son lit était défait, tel qu'il l'avait quitté.

Par précaution, Cal leva les yeux au plafond, mais toujours rien, mis à part un petit gecko qui formait une tâche sombre sur le mur, Cal l'avait vu se promener dans le salon cet après-midi.

L'homme pouffa de rire, son esprit lui avait joué un vilain tour, c'était la seule explication logique.

Il se dirigea vers le lit, mais sa vision commença à se troubler et déformer tout ce qui l'entourait.

Cal grimaça, il avait la sensation que la pièce s'étendait devant lui, plus il se rapprochait du lit, plus ce dernier semblait s'éloigner.

Décidément mon vieux, tu n'as pas de chance ce soir.

Cal parvint enfin à se glisser sous les draps, il s'étendit de tout son long et ferma les yeux.

Soudain, il entendit très distinctement des battements de cœur de plus en plus fort.

Cal tenta de relever la tête, mais tous ses membres étaient paralysés.

Il était littéralement cloué au lit.

Le matelas était en train de se métamorphoser doucement sous ses yeux, la texture des couvertures devenaient collantes comme du chewing-gum.

Cal se retourna avec difficulté et se rendit compte avec terreur, que son lit était en train de se transformer en une sorte de masse de chair dégoulinante.

L'homme se débattit de toutes ses forces, mais il était pris au piège comme un insecte au centre d'une toile d'araignée.

Son corps recouvert de chair humide se mit à basculer en arrière.

Cal sombra dans les Limbes.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,