L'île des rêves

il y a
3 min
29
lectures
1

Je lis depuis beaucoup de temps. Dès mes quatre ans j'adorais ça. Alors, un jour, je me suis lancé, et ai essayé d'écrire des histoires, et j'ai commencé à apprécier très vite. Le confinement  [+]

Samah est une petite fille habitant avec ses parents et son frère sur un bateau. Elle a déjà fait le tour du monde plusieurs fois ! Mais, alors que leur bateau est entre les Caraïbes et le Sénégal, au beau milieu de l’Océan Atlantique, Samah aperçoit une île, une île étrange, vraiment très très étrange...

—Papa ! S’exclame-t-elle, regarde !

—Qu’est ce qu’il y a ? Fit un homme à la carrure imposante, au grandes épaules, doté d’une barbe broussailleuse .Je ne vois rien !

—Ben si ! Regarde, l’île avec un château là-bas !

Au loin se dressait une île ne correspondant absolument pas aux lois de la physique : Un château entièrement en bulles de savon se dressait dessus, flottant dans les airs, l’île entière se constituait d’une grande surface plate sur plusieurs kilomètres, juste tenue sur un petit pilier de terre d’à peine un mètre de diamètre plongeant dans la mer vers les abysses. De grands champignons déambulaient sur l’île, observant les alentours de leurs grands yeux tranquillement. Des spirales tenaient on ne savait pas comment autour des grandes tours en bulles de savon. Des escaliers dont la perspective était tout bonnement impossible étaient çà et là, et des petites créatures indescriptibles marchaient dessus. Si on suivait les méandres de cet escalier impossible, on se retrouvait un coup à l’endroit, un coup en train de marcher les pieds à l’envers sur la partie inversée en dessous de l’escalier.

—Je ne vois rien, tu dois avoir des imaginations, laisse tomber, ça arrive...

Samah enrage ! Son père ne la croit jamais ! En même temps, il n’a que ces mots à la bouche : attends, occupé, travail, argent, et des trucs dans ces eaux-là !

—Allez, je vais travailler. Ne viens pas me déranger, surtout ! C’est une question d’argent !

Tu parles ! Samah sait qu’elle ne devrait pas en parler à sa mère ou à son frère, ils diraient la même chose. Alors, Samah décide de partir cette nuit, seule, sur un des deux canots de sauvetage.

La nuit même, les champignons dormaient et plus personne n’arpentait les escaliers de l’impossible. Seul demeurait le château en bulles qui était toujours en fête. De grands et jolis feux d’artifices éclataient en faisant des formes variées, des arcs en ciel, des visages à expressions variées, toutes positives ( joie, rire, amusement, etc... ) et d’autres motifs tous si variés. N’empêche que Samah se demandait pourquoi ses parents n’entendaient pas ce tel vacarme... Bref, encore quelques coups de rames et elle pourrait se hisser sur l’île comparable à un champignon : Un grand chapeau tenant sur un seul pied. Une fois hissée sur l’île, elle se dirigea vers la partie de l’île en dessous du château en bulles, comment allait-elle faire pour y aller ? Elle arpenta des ses yeux son environnement, cherchant un moyen d’atteindre le château. Quand soudain elle vit des champignons transparents, et eut une idée. Elle se hissa sur le plus petit,rebondit, rebondit, rebondit sur son chapeau jusqu’à atteindre une hauteur vertigineuse, déjà. Puis elle se dirigea dans les airs pour atterrir sur un un peu plus grand, Puis répéta son opération jusqu’à presque atteindre le château. Alors, elle prit son courage à deux mains, et se dirigea vers le château. Elle se sentit frôler la mort et crut un moment ne pas réussir et s’écraser sur le sol, mais arriva quand même de justesse sur le château. Alors, elle vit que la porte du château n’était pas de son côté, or les murs étaient trop glissants et étonnamment durs comme du béton pour être escaladés. Donc, la jeune fille commença à marcher le long de la muraille circulaire du château. Elle jugea trop risqué de courir le long de la muraille étant donné que le chemin la longeant avait un diamètre trop petit et si jamais elle glissait, elle tomberait du château. Et périrait. Elle marcha, marcha, marcha encore, elle n’en voyait pas le bout, peut-être qu’elle avait mal fait de s’embarquer dans cette « aventure nocturne ». Alors même qu’elle était exténuée, elle entendit une voix l’interpeller :

– Hé petite, viens faire la fête avec nous !

La voix venait d’une porte. Elle soupira : C’était sans importance... Une minute ! Mais oui ! Elle avait réussi ! Ceci lui redonna courage ! La porte n’était pas fermée, et il n’y avait pas de verrou. Elle entendit des voix parmi les tonitruantes festivités :

– Ce serait encore mieux s’il y avait des invités au château lors de la fête de la nouvelle année ! Fit une des voix.

– Tant pis, de toute façon tu sais bien que c’est impossible... Soupira l’autre

Elle se décida alors à pousser le battant. Lorsqu’on la vit, le silence se fit. Tous ces êtres de différentes formes, et pour certains, – à peu près – humains la scrutaient d’un air abasourdi. Ils hurlèrent en chœur :

– ENFIN !!!! NOTRE PREMIER VISITEUR DEPUIS DES MILLÉNAIRES !!!!

– Comment t’appelles-tu mon enfant ? Questionna une espèce de grenouille humanoïde.

Elle balbutia son prénom.

– Alors, bienvenue au...

– LE CHÂTEAU DE L’ÎLE ONIRIQUE !!!!! Crièrent-ils, toujours en chœur.

– Ici, il n’y a pas de règles, pas de logique, pas de roi ou de reine, que des rêves ! Cria une voix dans l’assemblée.

– Et pas de visiteurs ne croyant pas aux rêves ! En croassa une autre. Seuls les humains capables de croire aux rêves peuvent la voir et y aller !

– Alors, maintenant nous allons te chercher une maison et...

– Attendez, coupa Samah. Je suis désolée mais j’habite déjà quelque part !

– Tu... tu... tu... tu ne viens pas habiter ici ? Fit une voix.

– Non, je suis désolée.

– Alors, qu’on la raccompagne par nuage volant !

Un nuage volant arriva, elle grimpa et cria

– AU REVOIR, JE REVIENDRAI VOUS VOIR, PROMIS !!!!!

Ils lui firent signe.

Le nuage la raccompagna dans la nuit sur son bateau.

Le lendemain même, son père :

– Bonjour, as-tu bien dormi, Samah ?

– On ne peut mieux ! Fit-elle dans un sourire.


FIN
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
J'ai beaucoup aimé le côté onirique et celui " réalité augmentée" type jeu vidéo. Contemporain.
Image de Michael B. Dobringer
Michael B. Dobringer · il y a
Merci beaucoup, il est vrai que j'apprécie beaucoup dépasser les limites de la réalité, comme dans les jeux vidéos.