Liés

il y a
4 min
54
lectures
36
Image de 2020

Thème

Image de 15-19 ans
Soreïn et Asell formaient la paire, ils étaient jumeaux et ne se quittaient jamais. Ils dormaient dans la même chambre, suivaient les même cours, mangeaient toujours ensemble et portaient les mêmes habits. Dès que l’on voyait l’un deux, l’autre n’était jamais bien loin. Ils s’entendaient à merveille grâce à leur caractère complémentaire. Soreïn, calme et généreux, était d’une bienveillance sans faille; il n’était pas que le bon élève que certains imaginaient au premier abord. Il était assez corpulent et aspirait à devenir joueur de baseball. Ses cheveux, dont la couleur n’était pas clairement définie, ressemblaient à une soupe aux pisse-en-lit et à la citrouille. Cette couleur était une des seules différences physiques entre les deux garçons, Asell les possédant châtain clair. Celui-ci était impulsif, sans jamais vouloir être méchant, quoique des fois colérique et imprévisible.
Ils avaient des parents aimants mais ils travaillaient beaucoup. C’était donc leur tante Tyna qui les gardait et ils l’adoraient. Elle possédait d’innombrables qualités et était considérée comme une soeur.
Tout le monde enviait leur complicité. Les gens étaient impressionnés par le don de Soreïn pour le Baseball. Il avait commencé vers neuf ans. Les habitants pensèrent d’abord que c’était une lubie passagère et qu’il se lasserait vite de se pavaner avec un maillot dans toute la contrée. Ils se trompaient car huit ans plus tard le sportif n’avait pas changé de passion. Asell l’accompagnait à tous ses matchs et était son plus fervent admirateur. Son jumeaux le lui rendait bien: Asell amateur de Street art adorait peindre. Cependant, sur les derniers mois de gymnase leurs comportements changèrent du tout au tout; ils ne se parlaient plus et étaient aux antipodes l’un de l’autre. Soreïn avait déménagé à la cave avec une pile de vêtements et Asell n’allait plus qu’un jour sur deux à l’école. Après leur maturité, Asell partit en Australie avec de l’argent récolté en travaillant et un gros sac à dos. Son frère quant à lui décida de rester dans sa ville natale, arrêta le baseball et alla à l’université apprendre le droit. Personne ne sut ce qui s’était passé durant leur dernière période de gymnase. Pas même leurs parents : ils étaient très attristés par la soudaine séparation de leurs enfants.
Cinq ans plus tard, Soreïn se rendit à une soirée organisée par son patron pour encourager et féliciter son cabinet d’avocats. En effet, il était devenu homme de loi et était réputé par son travail efficace et rapide. Il se déplaçait dans la salle, sa coupe de champagne dans une main, perdu dans ses pensées quand un individu de grande taille l’interpella. Soreïn se retourna, le dévisagea et dit d’une voix glaciale:
« — Asell, cela fait longtemps qu’on ne t’a pas vu par ici.
— Je vois que c’est avec grande joie que tu m’accueilles, mon frère. J’avais envie de revenir dans ma ville d’origine, lui répondit le nouveau venu en souriant.
— Ca m’étonnerait, mais qui suis-je pour juger ? Aurais-tu la bonté de m’expliquer pourquoi tu es là ce soir? répliqua-t-il froidement.
— Mais avec grand plaisir, je ne voulais pas louper ce grand soir: te voir quérir une éventuelle promotion, prétendit Asell malicieusement. L’un et l’autre savait que ce n’était pas vrai.
— Je vois que tu n’as pas cessé de vouloir tout surveiller et de te mettre en travers de mon chemin. Que veux-tu de moi? demanda l’avocat sèchement.
— De toi, rien. Mais de ton statut de défenseur, beaucoup de choses. Mais nous n’allons en débattre ici, s’expliqua-t-il dans un demi sourire.
— Je ne veux rien avoir à faire avec toi et encore moins discuter d’une proposition que je vais refuser, maintenant excuse-moi, j’ai des amis à saluer.
Il s’éloigna à grands pas et s’efforça de se changer les idées. Il reçut avec joie sa promotion, qui lui permettait d’obtenir les clients les plus important. Son euphorie durement gagnée fut cependant altérée par un message provenant de son jumeau. Ce dernier lui donnait rendez-vous le lendemain dans le café au coin de sa rue et le félicitait pour son nouveau poste. Soreïn était sûr qu’Asell savait tout sur sa nouvelle vie et s’empresserait de tout gâcher, comme il ne pouvait s’empêcher de le faire. Cela le mettait et rogne et c’est pour cela qu’il n’avait pas l’intention de céder à la quelconque demande de son frère. Mais, par curiosité, il le retrouva au café des « Belles tulipes ».
Celui-ci était déjà assis à la table préférée de Soreïn. Asell lui expliqua qu’une amie avait un procès le mois prochain et cherchait un avocat. Au vu de sa situation, elle avait de forts risques de le perdre et ne pouvait pas se permettre de payer un avocat. Asell lui expliqua alors qu’il avait découvert que leurs parents avaient des intérêts bien placés. A la mort de ceux-ci, il y aurait beaucoup d’argent à la clef et le garçon aux cheveux châtains lui donnait sa part s’il l’aidait, plus une prime s’il gagnait le procès. Soreïn lui demanda pourquoi il voulait absolument aider cette amie. Et son frère lui expliqua qu’il se sentait redevable et qu’ayant beaucoup d’argent, il pouvait se passer de l’héritage, en faire bénéficier quelqu’un d’autre et secourir une personne chère à son coeur. Vu de cette manière, cela avait l’air généreux mais l’avocat craignait une entourloupe, son frère ne pouvait pas avoir tant changé et il ne voulait rien avoir à faire avec lui. Il refusa. Son jumeau avait prévu le coup et lui dit que ses économies n’existaient plus - un hasard de la vie - et qu’il pouvait lui faire une avance. Soreïn appela la banque qui lui confirma ces propos. Il fut donc contraint d’accepter avec la condition qu’Asell partirait sitôt le procès terminé, ne reviendrait plus l’importuner et arrêterait de le surveiller.
En étroite collaboration, les deux jeunes hommes de 23 ans se retrouvaient régulièrement dans le café des Belles tulipes en compagnie d’Angélique qui se révéla charmante et agréable. Soreïn ne fut pas surpris d’apprendre que ses partenaires formaient un couple et commença à se demander si son frère n’avait pas réellement changé. Une idée qui s’infiltrait petit à petit dans son coeur, ravivant l’espoir, tandis que son esprit continuait à se montrer froid et distant.
Un soir qu’ils étaient tout les deux, Asell le complimenta sur son travail clair, net et professionnel. Comme pour dire « je voudrais que tu exprimes plus tes sentiments ». Son jumeau comprit mais ne voulut pas entendre le sous-entendu. Il continua à taper avec frénésie sur son clavier. Après un long silence Asell reprit la parole:
« —Merci pour ton aide, même si je t’ai un peu forcé la main.
Soreïn ne répondit pas.
— Je suis vraiment désolé pour ton poignet. Je ne réalisais pas que le baseball était ton rêve. Mon but n’était pas de le détruire. Et je ne voulais pas t'importuner en venant te voir, mais je ne savais pas vers qui me tourner. C’est vrai que j’ai toujours eu un oeil sur toi, par inquiétude. Puis j’ai découvert ton trou financier et j’ai voulu faire d’une pierre deux coups. »
Quand il eut fini de s’exprimer, il se leva et partit.
Du jour au lendemain, leur relation redevint cordiale et plus amicale. Soreïn réapprit à lui faire confiance. Et c’est en partie grâce à cette complicité qu’ils purent exposer leurs arguments et gagner le procès.
En sortant de la salle, le jumeaux blond interpella son frère pour aller boire un coup et fêter la victoire. Asell se retourna:
« Je pars. Et ne reviendrai pas. Je te souhaite plein de bonheur. Ce fut un plaisir de te redécouvrir. Tu resteras mon frère jusqu’à la fin.»
Il lui sourit tristement, prit la main d’Angélique dans la sienne et s’éloigna d’un pas tranquille.
Soreïn ne courut pas après eux, ne le supplia pas à genoux et ne hurla pas de douleur. Il essuya seulement une larme sur sa joue et sentit une main sur son épaule. Tyna lui souriait tendrement, elle lui murmura sa phrase fétiche: « Sois toi-même, écoute ton coeur et les gens te reviendront ».
Un sourire vint éclairer le visage de Soreïn.
36
36

Un petit mot pour l'auteur ? 16 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Fantastique. J'ai adoré Lyah.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de Tarek Bou Omar
Tarek Bou Omar · il y a
Bonsoir Lyah, ma voix pour ce beau texte :).
Si vous avez un peu de temps, je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le Prix des jeunes écritures : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-soleil-s-eteint-sur-mon-destin-1?all-comments=1#fos_comment_comment_body_4242995. Bonne continuation :).

Image de Gaelle Ghanem
Gaelle Ghanem · il y a
Bravo, j'adore votre style!
Je vous invite à découvrir mon oeuvre: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noir-cest-noir-il-me-reste-lespoir

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
je suis en finale
svp votez pour moi 😉

Image de Epiphane Avicenne
Epiphane Avicenne · il y a
Bonne chance pour le prix ! Mes votes devraient vous aider ;)
Au passage, je vous présente mon recit
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/inceste-2

Image de Merve Tuncay
Merve Tuncay · il y a
Super. Tu as toutes mes voix .
Je t'invites à également voter pour moi pour un autre prix :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-politique-noir-plus-fort-que-les-montagnes

Image de Alessandro MINIMO
Alessandro MINIMO · il y a
Très jolie histoire Lyah, tu as toutes mes voix +3, n'hésite pas à me lire , merci beaucoup ;)
Image de Safae Maali
Safae Maali · il y a
Super oeuvre, je t'invite à me voir dans la catégorie 11-14 ans , merci d'avance !
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Un récit plein d'humanité, c'est très plaisant à lire.
Image de Orlane Vicard
Orlane Vicard · il y a
Salut j’ai beaucoup aimé ton texte , tu as toutes mes voix ( + 3 ) !!!!!! Est ce que tu pourrais aller jeté un œil sur le mien stp . Il s’appelle « Une lueur d’espoir » et il est dans la catégorie des 11-14 ans . Merci d’avance !!!!!!