2
min

Libre comme l'oiseau

Image de Julie

Julie

4825 lectures

1053

LAURÉAT
Sélection Public

Recommandé

Je regarde un oiseau qui picore les miettes de pain que j’ai déposées sur la terrasse. Il est si petit, si fragile. Et pourtant, il possède la plus grande des forces : la liberté. Tout à coup, il décide de jouir de sa plus belle faculté et il s’envole. Je le regarde déployer ses ailes.
J’ai envie, j’ai besoin de le suivre.

« Tu sais pas cuisiner, à ton âge, t’as pas honte ? Moi, j’aurais honte à ta place. T’es même pas capable de cuire correctement du riz. »
L’oiseau est maintenant perché sur le toit. Je lève la tête et l’observe encore.
« Non, mais regarde comment t’as nettoyé ça ! T’es vraiment une grosse dégueulasse. »
Il s’envole encore. Je décide de le suivre. Il est parti sur une branche du chêne de mon voisin.
« Mais réagis ! Regarde, les enfants font que des conneries, et toi, tu réagis pas ! »
Je descends de la terrasse et m’approche de la clôture du jardin.
« T’es grosse, tu me dégoûtes. »

Il m’offre une chanson. Je sens qu’elle est pour moi. De toute façon, il n’y a personne dehors. Alors pour qui d’autre ?
« C’est quoi, ces vêtements ? C’est carnaval, aujourd’hui ? »
Je pourrais l’écouter des heures, tant sa mélodie m’apaise.

« Vas-y, retire-moi ce maquillage, tu as l’air d’une pute. Sinon, tu vas voir que nos amis te feront des réflexions, ils vont penser comme moi. »

Et puis il s’envole encore. Je le suis. Je suis obligée de courir. Il s’arrête sur un fil électrique. On dirait qu’il m’attend. J’arrive essoufflée en bas du poteau et je le contemple.

« Tu ne t’es pas occupée du linge ? Mais t’as foutu quoi, aujourd’hui ? »
Il reprend sa chanson, et moi mon souffle d’avoir couru.
« Mais t’avais besoin d’acheter autant de gruyère ? T’as vu la taille des sachets ? Et t’as carrément oublié les sacs-poubelle ! C’est pas possible, tu le fais exprès ! »

Je m’assieds sur le bord du trottoir.
« Les enfants, n’écoutez pas Maman, elle raconte n’importe quoi ! »
Et j’écoute sa douce mélodie.
« Ah, mais c’est franchement pas bon, c’est trop cuit ! »

Ce petit oiseau a la bougeotte. Il part de nouveau !
« Les enfants, vous trouvez pas que c’est dégoûtant ce que Maman a préparé à manger ? »
Je le suis, déterminée à ne plus le quitter.
« Arrête de rire comme une débile, on dirait que t’as quatorze ans ! »

Mes cheveux volent au vent de courir. L’oiseau s’arrête.
« Sérieux, ça m’intéresse pas ce que tu me racontes. Tais-toi, franchement, je m’en fous. »
On est dans un champ de tournesols. C’est beau, les tournesols. Ils sont toujours tournés vers le soleil.
« T’as pas autre chose à foutre que parler au téléphone avec tes copines ? »
Dans un dernier saut, j’ai réussi à le rejoindre. Il est là, posé tranquillement. Il n’a même pas peur de moi.
« J’aime pas m’occuper des enfants, ça me soûle. T’as qu’à le faire, toi. »
Épuisée par une telle course, je m’allonge. Il s’approche et se pose sur moi, délicatement.
« Je suis pas heureux avec toi. Pour être heureux, il faudrait que je rencontre quelqu’un d’autre. »
Il reprend son chant mélodieux.
« Sérieux, tu pues de la gueule. Fais quelque chose, c’est pas normal, t’as un problème. »

Et je ferme les yeux.
« Pff, de toute façon, tu sais pas t’habiller, tu ressembles à rien, on dirait un sac à patates. »
Je ne le sens plus. J’ouvre précipitamment les yeux. Il vient de reprendre son envol.
« Je veux pas divorcer, ça ressemble pas à mon idéal de vie. Pis ceux qui divorcent, ils vivent dans un appart’ minable. J’ai pas envie que ça m’arrive. »
Je cours et lui crie de m’attendre.
« Je veux pas divorcer, mais je te préviens, si tu demandes le divorce, je te pourrirai la vie ! »
Attends-moi, bel oiseau ! Attends-moi, je t’en prie. Reviens, me laisse pas là. Me laisse pas dans cette vie de tristesse. Me laisse pas là, dans cette vie de désolation. Laisse-moi te suivre. Laisse-moi écouter la majesté de ton chant mélodieux.
Reviens, je t’en prie ! Reviens !

Je suis maintenant sur le toit d’un immeuble. L’oiseau s’est arrêté et s’est posé.
Reste là, je t’en prie. Abreuve-moi de ta douceur, nourris-moi de ton amour, blottis-toi contre moi, fais-moi entendre ta belle voix. Je veux rester près de toi ; tu es libre, tellement libre, formidablement libre.
Et moi, je veux être libre. Je veux qu’on m’aime. Je veux qu’on me respecte. Je veux qu’on me comprenne. Je veux qu’on me câline. J’ai besoin qu’on me prenne dans les bras. Je veux être heureuse. Je veux être libre. Comme toi, petit oiseau. Oui, comme toi.

L’oiseau reprend une fois encore son envol et se pose au pied de l’immeuble. Et moi, je le suis pour une vie enfin meilleure, libérée et libre.

PRIX

Image de Printemps 2016
1053

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est un beau texte.
Ecrivez- vous encore?

·
Image de Julie
Julie · il y a
Merci. Dormant davantage la nuit qu'avant, je n'ai plus trop le temps d'écrire malheureusement, mais il faudrait que je m'y remette (mais pas le temps en journée alors difficile).
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Vous allez vous remettre à écrire un jour... C'est sûr...
Bonne continuation !

·
Image de Julie
Julie · il y a
J'ai écris, mais publié en "publication libre" du coup vous n'avez pas forcément vu aussi. Bonne continuation à vous aussi !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
L'important, c'est d'écrire.
Le site sert toujours beaucoup à échanger des coups : quel dommage !
Comme vous, je ne sais pas me défendre.
A bientôt !

·
Image de Romain L
Romain L · il y a
Un contraste tranchant et puissant. Le choc en est d'autant plus violent tout en étant poétique. C'est une très belle mise en parallèle.
·
Image de Julie
Julie · il y a
Merci
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Vous créez ici une belle empathie avec les femmes qui sont humiliées et niées en tant que personnes par leur "mari" (méritent-ils de s'appeler comme ça, ces bourreaux). Ma mère a été traitée d'une façon analogue (avec la différence que mon père l'adulait en paroles) et elle a connu en conséquence les hôpitaux psychiatriques. Quant à moi, j'ai essayé de ne pas reproduire ce regrettable exemple. En tout cas, merci pour elles. Vous êtes leur oiseau.
·
Image de Julie
Julie · il y a
Désolée pour votre maman et merci pour votre gentil commentaire.
·
Image de Nastasia B
Nastasia B · il y a
Un texte fort et terrible mais, malheureusement, combien de femmes vivent un tel cauchemar et le supportent tout bas, sans rien dire et sans oiseau...
·
Image de Julie
Julie · il y a
Merci, l'oiseau est au fond de nous
·
Image de Sandrine
Sandrine · il y a
Franchement j'ai adoré........Merci
·
Image de Julie
Julie · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Richard
Richard · il y a
parfois... les votes témoignent jute!!! et la quelle belle écriture... un conte pour enfants, et adultes!
mon vote
invitation dans "mon chatêau" ma 1ère nouvelle, autobiographique... ;-) une hirondelle vous y attend...

·
Image de Julie
Julie · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Je découvre une merveille,bravo! Je vous invite à lire mon poème en finale http://short-edition.com/oeuvre/poetik/voyage-24 et merci!
·
Image de Julie
Julie · il y a
Merci
·
Image de Bonois
Bonois · il y a
J'emprunte volontiers à René Char cette citation :
"Au plus fort de l'orage, il y a toujours un oiseau pour nous rassurer. C'est l'oiseau inconnu. Il chante avant de s'envoler."

Vote
Merci
Amitiés
Bonois

·
Image de Julie
Julie · il y a
Merci, très jolie citation
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Je me suis levé ce matin et j’ai trois ans. Maman me réveille avec un gros câlin. Elle a fait des crêpes. Miam ! que c’est bon ! Il fait beau et nous partons nous promener. Le soleil...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Elle est assise à l’avant du bateau. Sur ses genoux, un petit dort. Ce n’est pas le sien mais celui de cet homme allongé au fond de la cale et qui n’en finit pas de sortir tout ce qu’il ...