1
min

Libération

Image de Louise Mercier

Louise Mercier

74 lectures

14

Fébrilement, je franchis la porte principale de cette salle de spectacle. J’ai mon billet en poche. Cela faisait longtemps et le manque était réel. Nous sommes plusieurs à attendre, certains ont encore l’esprit à leur journée de boulot, d’autres pensent au concert qu’ils vont voir et d’autres encore pensent à ce qu’ils pourront bien raconter demain. L’attente est longue et je m’impatiente.
On tord le billet que l’on a dans les mains tout en veillant à ne pas l’abîmer malgré tout. On piétine, on regarde à droite et à gauche en attendant le starter de départ. Enfin ! Le vigile déplace les poteaux en aluminium, on peut rentrer. Le sésame s’ouvre à nous ! On aurait envie de bousculer tout le monde pour arriver le premier dans la salle! Mais on a de l’éducation ! !!.... La salle est dans la pénombre, les éclairagistes n’ont pas encore tout allumé. J’arrive par la fosse. Un petit coup de stress, j y suis habituée maintenant depuis plus d’un an, pourtant il me surprend à chaque fois. Je prends mes repères, la scène, la régie son, les gradins et les sorties de secours. Un siège au centre de la rangée, le mieux placé possible ! La régie son est juste devant, dessus est posée la setlist du groupe. On se réjouit déjà des morceaux qui vont être interprétés. Les gens arrivent et la salle se remplit progressivement. On commence à se tasser, à prendre un peu moins nos aises. On parle ici
et là autour de nous et puis les claquements de mains résonnent et les lumières s’éteignent. Les projecteurs s’allument, je prends un faisceau de lumière en retour dans les yeux en même temps que le premier accord est lancé. Il m’illumine. Que c’est bon ! Les instruments se mettent en branle, les
premières notes tombent. On en est au préchauffage et on sent bien que l’on va rapidement passer à la vitesse supérieure pour notre plus grand bonheur. Le chanteur arrive de derrière la scène dans l’ombre et ce sont les acclamations du public qui s’imposent. La lumière de la scène comme les décibels me transpercent le corps, le cerveau et les tympans. Elles m’emmènent au plus loin dans les vapeurs musicales. God, que je suis bien !
14

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Sympa !
Image de Louise Mercier
Louise Mercier · il y a
Thanks RAC
Image de RAC
RAC · il y a
You're welcome Dear !
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
merci pour ce bel élan de libération scénique
Image de Louise Mercier
Louise Mercier · il y a
Merci Elena!
Image de Emmanuelle Biset
Emmanuelle Biset · il y a
Moi j'aimerai bien lire la suite....
Image de Christelle Huet-Gomez
Christelle Huet-Gomez · il y a
Très joli texte, on a l'impression d'être sur scène. Bravo !
Image de Béatrice Ramadier
Béatrice Ramadier · il y a
Merci pour ce beau texte qui nous rappelle ces moments magiques, l'attente fébrile dans une salle de concert. Bravo Louise!