3
min

L'horizon

Image de Sieur Bigorneau

Sieur Bigorneau

59 lectures

55

Charlotte me fixait d'un air dépité. Je voulais lui dire que je la trouvais belle dans sa nouvelle marinière, mais elle ne m'en laissait pas le temps. Elle cherchait à comprendre mon humeur massacrante.
Je n'avais malheureusement pas de réponse à lui donner. Je me contentais d'être d'humeur maussade et d'affirmer qu'il n'y avait pas de raisons à ça.
Bien sûr, elle n'était pas convaincue, alors elle insistait, en vain. Elle avait fumé la moitié de son paquet de cigarettes lorsqu'elle se résigna enfin à lâcher l'affaire.
Lors de notre rencontre, deux mois auparavant, elle m'avait sortie de la rue. Notre relation était donc rapidement devenue intense. C'est pourquoi, extrêmement reconnaissant, je préférais me taire que de lui confier mes inquiétudes. En effet, bien que fou d'elle, je me voyais incapable de nous imaginer un quelconque avenir. Rien de ce que j'avais entrepris ces dernières années ne s'était montré concluant. Mes infimes chances, de faire carrière dans la chanson, s'étaient écroulées et mon entourage, lassé de mes mésaventures, m'avait peu à peu abandonné. Pourquoi notre relation aurait fait exception ?
"Et si nous partions en voyage ?" Elle avait proposé ceci sans réelle conviction, il lui paraissait évident que j'allais refuser. Je n'en avais ni les moyens ni l'envie.
Sans surprise, donc, je refusai sa requête. Cependant, je me pris à culpabiliser lorsque je vis une larme couler sur sa joue. Je paniquai. Je n'étais pas doué pour consoler les gens, mais du revers de la main, je fis disparaître la larme qui blasphémait son beau visage et, non sans effort, je lui proposai ceci : "Que dirais-tu d'un week-end à la mer ?"

Étonnement, je pris beaucoup de plaisir à préparer notre escapade. Charlotte souhaitait me faire visiter sa ville natale, une petite station balnéaire de la côte Atlantique. Elle m'en vantait les mérites avec tant d'enthousiasme qu'il m'était impossible d'y rester indifférent. L'air marin me ferait selon elle le plus grand bien. 
Nous avions décidé de voyager en train afin d'admirer les paysages secrets que seuls ces trajets peuvent offrir.

Le soleil était levé depuis peu lorsque nous prîmes place dans un wagon vide. Charlotte, assise face à moi, posa sa tête contre la vitre et s'endormit presque aussitôt. 
Ne ressentant pas la moindre envie de dormir, je posai mon casque audio sur mes oreilles et lançai le quatuor pour cordes "La jeune fille et la mort" de Schubert. Cette pièce musicale était une merveille, elle me plongeait dans une agréable mélancolie où je me complaisais à observer le monde d'un oeil triste. Les paysages qui défilaient alors par la fenêtre me parurent bien fades face à la splendeur de cette oeuvre. Je ne trouvais aucun charme à ces étendues de champs, à cette campagne soumise à l'homme, cette nature morte ne sachant s'insurger contre son bourreau. Je fermai les yeux. 
À son réveil, Charlotte comprit immédiatement que mon enthousiasme s'était fait la malle. Je ne désirais plus qu'une chose, rentrer à l'appartement.

Arrivés à destination, elle me proposa de nous rendre sur le port, avant de déposer nos affaires à l'hôtel, afin d'y prendre le petit-déjeuner. Elle était réellement convaincue que l'air marin aurait des conséquences immédiates sur mes humeurs. 
Une demi-heure plus tard, nous étions installés à la terrasse d'un petit bistrot typique à la décoration marine. Les familles de touristes et les mouettes nous y encerclaient. Très vite, les cris des marmots mêlés à ceux des oiseaux me montèrent au crâne, je ne pus contrôler mon agacement. Je pressai Charlotte de quitter le bistrot, impatient de filer à l'hôtel.
Elle ne cacha pas son mécontentement. 
La chambre d'hôtel était correcte. Il y faisait frais, j'étais ravi.
Je devais m'être assoupi, car Charlotte avait soudainement disparu de la pièce.
« Charlotte ? T'es là ? »
« Oui, dans la salle de bain ! »
Accoudée à la fenêtre, elle y fumait une cigarette.
« Ca va ? »
« Et toi ? »

Nous passâmes l'après-midi à longer l'océan d'un bout à l'autre d'un chemin côtier aménagé pour les badauds. Je parlais peu, mais je ne lâchais pas la main de Charlotte, ainsi, je devais paraître moins distant. De temps en temps, nous nous arrêtions dans des endroits particuliers où l'on se sentait à l'abri du monde extérieur ; une petite crique, un petit bosquet… Charlotte revivait son enfance. Elle m'embrassait, je me moquais gentiment d'elle. 
À chaque lieu nouveau, elle me demandait mon avis en ajoutant une petite anecdote. Et comment tu trouves ceci, et comment tu trouves cela, j'y suis venue souvent, avec maman. Je n'avais pas le droit à l'erreur, qui étais-je pour abîmer ses souvenirs. 
Ce petit jeu vint rapidement à me lasser. Inconsciemment, j'avais lâché sa main. Je ne m'en rendis pas compte jusqu'à ce qu'elle me reproche d'être incapable de m'intéresser à elle. Il était plus raisonnable qu'elle rentre seule se reposer à l'hôtel, nous nous verrions pour dîner. 
Elle me laissa donc là, seul avec l'océan, cet être immense, effrayant.

Je rentrai dans la chambre si brusquement que Charlotte se réveilla en sursaut. Elle exigea la raison de tout ce raffut, mais je refusai de lui expliquer. Je lui dis de me suivre sans poser de question, et de prendre un maillot de bain.
Évidemment, intriguée par mon sourire de gamin, elle me questionnait tout le long du chemin. Nous nous retrouvâmes sur une crique où nous attendait une petite barque. 
« Je t'emmène en voyage ! »
En premier lieu, elle me prit pour un fou. Elle me demanda où je l'avais trouvé, et si je l'avais volé, je ne pris pas le temps de lui répondre.
« Aide moi à la foutre à l'eau ! »
À cet instant, elle comprit que j'étais sérieux et, sans avoir à insister, elle se laissa prendre au jeu.
Nous étions désormais deux enfants sur notre empire flottant. 
Charlotte, riante, pagayait. 
Moi, de l'index, je pointais l'horizon. 
« Allons-y mon amour, et ignorons la terre ! La terre, c'est pour les morts, elle est mieux dans le dos. »

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
55

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Miraje
Miraje · il y a
Oups ... J'ai rattrapé l'horizon avant qu'il ne se barre ☺☺☺ !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Mes 5 voix pour ce super texte! Bravo!

Je vous invite également à soutenir ma peinture: https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/dumbledores-tattoo-1

·
Image de Lllia
Lllia · il y a
Bonne chance et tout mon soutien!
Je participe aussi à un concours de dessin en finale si tu veux jeter un coup d’oeil: https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/victoire-weasley

·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Un grain de folie pour affronter les gros grains de la vie ?
Je suis pour !
Enfin, il a réagi à temps !!! Bravo !

·
Image de Sieur Bigorneau
Sieur Bigorneau · il y a
Il était temps en effet ! Merci :)
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Original et bien écrit, un texte empreint d'émotion malgré les apparences.
·
Image de Sieur Bigorneau
Sieur Bigorneau · il y a
Merci beaucoup :)
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Votre TTC est original et on se laisse envoûter par cette lecture. Merci beaucoup à vous !
C'est avec plaisir que je vous apporte mon soutien. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à venir me découvrir, je concours également dans la catégorie jeunesse https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/souquez-souquez-egypte-en-vue Merci d'avance et bonne chance ! Au plaisir !

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Comment résister à cette invitation au voyage ?
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien conçue, originale et fascinante ! Mes votes ! Une invitation à venir découvrir “ Didi et Titi” qui est aussi en lice pour le Pris Faites Sourire 2018 ! Merci d’avance !
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Une très belle ambiance, à l'originalité toute personnelle et avec des personnages que l'on croirait réels. Très belle découverte musicale également avec "La Jeune Fille et la Mort" de Schubert que je ne connaissais pas, et que j'ai écoutée tout au fil de ton texte. Les notes s'accordent très bien avec ton récit !
Merci et bravo, Sieur Bigorneau :)
J'ai également écrit une nouvelle dans la catégorie "adulte" (Le Ballon Pirate !) et une autre dans la catégorie "jeunesse" (Les Pirates du Ciel Azur). Si tu le souhaites, n'hésite pas à voguer en ces mots inconnus, en espérant que tu y fasses beau voyage :D
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-ballon-pirate
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-pirates-du-ciel-azur

·
Image de Polotol
Polotol · il y a