2
min

L'histoire sanglante des canis et des felix

Image de Amon12

Amon12

6 lectures

1

"Wouf, wouf. Wouf, ouah, ouif, arf. Ouah. Ouah, ouah. Ïii. Arf, arf, arf."
Citation de Médor II. Empereur des canis, sultan des niches, souverain pontife des pâtés et des croquettes, Atilla des puces et des tiques, fléau des felix lors d'un conseil privé sur la question du départ de Napoléon en Égypte.


Lors du grand Concile tenu en la ménagerie "Comme chien et chat" de Saint Baldoph les Oies, village qui a ceci d'avantageux pour ceux qui cherchent à ne pas se faire remarquer que tout le monde ignore où il se trouve, même ses habitants, s'est tenu un événement d'une portée historique encore jamais vue.
Le Grand Pacte fut conclu et instauré entre la race des felix, et la race des canis, mettant un terme a une guerre millénaire sanglante.

Tout avait commencé le jour où Pupuce V et Patoune XIII s'étaient déclarés la guerre. Toute tentative diplomatique avait échoué, et les ultimatums avaient expiré. Les deux souverains avaient convoqué le ban et l'arrière-ban de leurs guerriers jusqu'aux banlieues de leurs possessions. Et chacun de leurs vassaux avaient répondu.
Du clan des Saint-Bernards aux Shiba inus, ils étaient tous venus honorer leur serment d'allégeance à Pupuce V.
Dieu sait pourtant que ce ne fut pas chose facile pour un clan en particulier : celui des caniches, dont la planète entretenait des liens privilégiés avec celle du clan felix des sphinx. Mais le devoir et l'honneur primaient sur leurs affections. Et c'est ainsi que, bien que leurs coeurs saignassent, les caniches étaient eux aussi venus.
Pupuce V fut grandement conforté en voyant que pas un ne manquait à l'appel. Il était désormais sûr en son fort intérieur qu'ils allaient écraser ses fourbes de felix, menteurs et manipulateurs.
Et ce fut la guerre.

Depuis la planète mère des canis, la flotte de guerre s'étaient mise en marche vers le panier pouilleux des felix, la planète Myaan.
Cependant, nul n'avait prévu jusqu'à quel degré de fourberie Patoune XIII était tombé.
Profitant du fait que l'armée canis avait laissé sans défense Ourrf la belle, les felix attaquèrent et stérilisèrent sans aucune merci la planète-mère avec leur terrible arme de destruction planétaire, l'herbe à chat.

La douleur et la haine avaient envahi le coeur des canis. En représailles, ils parvinrent à devancer les forces felix et à empoisonner durablement l'eau de Myaan à l'aide de leur arme chimique de pointe qu'ils avaient appelée "le collier anti-puce".

Canis comme felix n'avaient plus nul part où aller. Aussi vagabondèrent-ils dans le cosmos, cherchant une nouvelle planète d'accueil autant que la destruction du camp adverse.
Combien de batailles spatiales les deux flottes se livrèrent-elles ? Personne ne prit le temps de compter. Ce qui est sûr, c'est que les deux camps trouvèrent en même temps la planète Terre.
Le vieil empereur Pupuce V était alors au crépuscule de sa vie. Et c'est peu avant de pénétrer l'atmosphère de leur nouvelle niche qu'il rendit son dernier jappement.

La Terre était alors une planète où l'homo sapiens luttait encore pour le contrôle du feu. Voyant cette espèce sous-développée quoique relativement intelligente, les canis et les felix, au cours d'une trève, décidèrent de se servir d'eux comme d'esclaves-guerriers.
Désormais, les guerres ne verraient plus le sang des canis et des felix répandu. Ils utiliseraient à leur place ces homo sapiens.

C'est ainsi qu'Hitler, fidèle esclave de sa canis, l'impératrice Blondie VII, du clan des bergers allemands, exécuta sans faillir les ordres afin d'assoir la domination de la race canis sur le monde. Il fut, comme chacun sait, poussé au suicide après avoir accepté d'épargner à sa souveraine la torture sous les griffes de Koushka IX, la terrible felix de Staline.

D'innombrables autres exemples d'esclaves-guerriers au service des deux races ennemies abondent au cours de l'histoire des homo-sapiens.

Mais toujours est-il que cette terrible guerre longue de plusieurs millénaires s'est terminé dans cette ménagerie avec la ratification du Grand Pacte.
Désormais, canis et felix formeraient une alliance éternelle faite de confiance et de respect.

Oui, le temps de trouver un terrain d'entente était venue. Les deux camps n'avaient pas eu le choix.
Car, sans préavis, la détestable race des rattus leur avait déclaré la guerre.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Et ils n'en ont même pas parlé aux info, à la télé ! Tout fout le camp.

Vous aimerez aussi !

Du même auteur