Lever de rideau

il y a
1 min
86
lectures
11
Qualifié
Image de 2015
Dans quelques secondes, Isaac, d’un signe de tête, donnera le signal, et le rideau rouge se lèvera. Le Tout-Paris des artistes est là. Tous les invités ont trouvé une place. Ils attendent. Seule, une mouche s’agite. Elle vole de-ci de-là. Au passage, elle intercepte les pensées de chacun...

Isaac : « Tout est en place. Cette soirée, je la veux éclatante. Les invités, les lumières, l’orchestre, le buffet. Tout doit être parfait. Il le mérite... »
Astrid : « Les hommes me regardent avec des yeux gourmands. Les femmes m’envient et me jalousent. J’adore ça... »
Victor : « Me farcir une énième soirée de gala, quelle poisse ! Mon agent m’a demandé de faire un effort. Montre-toi ! Habille-toi chic ! Et souris !... Que j’ai mal aux pieds... »
Izzy : « Que du beau monde ! Participer à cette soirée, c’est la chance de ma vie. À moi de jouer... »
Bérangère : « Contente d’avoir trouvé ce job en extra, servir, sourire, ça devrait le faire... Ridicule, cette tenue de soubrette... »
Maguy : « J’ai beau faire, on ne remarque que les gamines... »
Pierre : « Cette jeune femme est absolument envoutante. Cette robe noire qui moule ses fesses et ses seins... Oh ! Elle me regarde... Et si je tentais ma chance... »
Katrina : « Qu’ils sont pénibles ! Les places sont numérotées. Ils veulent tous être devant... »
Albert : « Je suis crevé. Pourvu que je ne m’endorme pas... »
Isabeau : « Il y a Jasper ! Je vais me débrouiller pour l’approcher... »
Jasper : « Je n’en peux plus de tous ces regards. Redevenir un parfait inconnu. Le rêve... »
Edwige : « Oh ! Il y a une mouche !... »
Justin : « Tiens ! La nouvelle coqueluche est venue avec sa cour... »
Nora : « J’espère que la baby-sitter va s’en sortir avec mon Titounet... »
Corina : « Quelle foule ! C’est magnifique ! J’ai hâte que ça commence... »
Jean : « Vraiment trop parfumée ma voisine ! Oups ! Je n’ai pas éteint mon portable... »

Isaac penche légèrement la tète et retient son souffle. Les lumières s’éteignent. Brouhaha devient murmure. Noir. Silence. Le rideau rouge se lève.
Sous une lumière éclatante, l’orchestre s’élance. Un petit homme, tout de noir habillé, s’avance sur le devant de la scène. La foule applaudit à tout rompre. Le vieux routard de la Chanson, à la voix et aux gestes uniques, s’approche du micro et, digne, salue son public. Un regard rapide vers l’orchestre. Sous les applaudissements, il lance le show avec la première chanson...
« À dix huit ans, j'ai quitté ma province,
Bien décidé à empoigner la vie...
Je m’ voyais déjà en haut de l'affiche... »

11

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,