Lettres absurdes

il y a
1 min
1
lecture
0

Bonjour Je m'appelle Paul, j'ai toujours rêvé d'écrire. Je participe modestement à un atelier d'écriture depuis environ deux ans. Je n'ai aucune prétention particulière, sinon celle  [+]

Cher ami,

Trop souvent, vous frappez ma tête, je sais que vous ne pensez pas à mal, mais vous m'enfoncez dans le plâtre. Cela fait de la poussière et je tousse un peu.

Parfois lorsque vous manquez d'attention et que vous m'entrez de travers, cela nécessite un arrachement par votre amie la pince.

Même si je sais que c'est pour faire plaisir au gens, on me suspends ensuite des choses autour du cou qui m'étouffent. Et parfois lorsque la charge est trop lourde, je tombe de moi même, brisant l'objet tant chéri sur le carrelage dans un grand fracas.

Cher Clou,

Je tenais à décliner toute responsabilité sur le mal que je peux vous faire car, je ne suis pas maître de mes mouvements.

On me prends par le manche et d'un geste leste qui me donne mal au cœur, on me balance sur vous.

Je reconnais que parfois je me venge, en tapant de coté sur les doigts de celui qui me tiens. Il me lâche alors, et avec un peu de chance je lui tombe sur le pied.

Sachez bien que je regrette cette action violente qui nous réunit, mais nous n'y pouvons pas grand chose, tel est notre destin.

Cher Marteau,

Je pense au contraire que nous pourrions mener une action commune écartant toute velléité bricoleuse aux humains qui nous tripotent, en effet pendant que vous échappez des mains de votre agresseur, je pourrais de mon coté viser son orteil.

Vous savez j'ai de l'expérience, je peux être une vraie punaise, lorsque je me plante dans les semelles de chaussures

Cher Clou,

C'est une idée, mais afin d'ôter toute initiative agressive à mon propriétaire, je pourrais aussi m'arranger pour salir mon manche dans le camboui ou l'huile graisseuse, empêchant ainsi toute préhension par mon imbécile de bricoleur.

Cher Marteau,

Et moi, je pourrais m'arranger, pour faire se renverser la boite avec mes copains, en se répandant sur le sol, en se nichant sous les meubles, l'humain serait occupé tout l'après midi. Il serait ainsi empêché de réaliser toute velléité de bricolage ou de décoration. Même si c'est pour faire plaisir à sa femme.

Cher clou,

C'est une idée, je vous promets d'y réfléchir dès que je me verrais dans le miroir.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Réveil funèbre

Alex Maliraut

Un nouvel enterrement de passé. Les gens ont pleuré, de la mise en bière à la mise en terre. Chacun dépose une gerbe de fleurs. On glisse un mot à la famille. Tout le monde repart. Une page se... [+]