1
min

Lettre d'un oiseau

Image de David Rudloff

David Rudloff

20 lectures

3

Cher M.

Je ne sais de toi que cette initiale.
Et pourtant tout le monde te connaît ici haut.
Tu avais gravé ton coeur sur le fronton de notre arbre-maison avec ce M et ce A.
Ce coeur a grossi durant ces quelques années mais ta joie s'est rétrécie.
Tu voulais d'un amour éternel dont toute la Terre serait témoin.
Et tu ne voyais pas que le jour de cette dispute fatale sur ce banc, nous étions tous là, amassés sur la branche à entendre ces cris et ces pleurs. Vous vous êtes quittés, chacun de votre côté, et le cœur blessé de l'arbre a comme saigné de sève, au moment de la séparation.

Tu sais, les craquements de l'arbre ne sont pas dus au vent ou à l'âge.
Ils se produisent lorsque son coeur de serre de voir les humains se déchirer.

Un arbre, ça sait attendre.
Ca sait tendre ses branches.
Ca sait entendre les murmures du monde.
Un arbre, ça a le coeur tendre.

Nous, nous ne sommes que des linottes écervelées qui piaillent à longueur de journée.

Lui, l'arbre, il se fait une écorce de toutes les passions du monde.
Il se construit avec les soupirs que nous poussons, les soupirs bien profonds, bien chargés de CO2.
Et il nous souffle en silence un air pur, un air d'espoir.

L'espoir que le temps guérit tout, du moment que l'on accepte de plonger nos mains dans notre humus, dans le fondement de notre être.

L'arbre, il sait ce que c'est que d'avoir des racines.
Il n'avance pas mais la vie circule dans tous les sens, dans tous les âges.

Et lorsqu'on le débite, il n'y a aucune peine, aucune tristesse, aucune douleur.
Ca se sent à cette odeur si douce, à cette imputrécible vitalité.
Le bois aime être là, travaillé, caressé.

Il n'a pas peur de la mort, de la séparation. Car il est. Simplement.

Alors, cher M. le temps a passé.
Va voir si A. ne se trouve pas sous le tilleul au bout du parc d'à côté.Un bruissement de feuillage m'a soufflé qu'on l'y avait aperçue.

Va, cours, et utilise tes jambes, toi qui en a, au lieu de t'enraciner comme une vieille souche inconsolable.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Denys de Jovilliers
Denys de Jovilliers · il y a
Beaucoup de poésie dans cette histoire où l'oiseau invite M. à la réconciliation.
·
Image de David Rudloff
David Rudloff · il y a
Et à l'audace. Car le temps file.
·
Image de Denys de Jovilliers
Denys de Jovilliers · il y a
C'est juste !
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
vous m'avez fait sentir le cœur de l'oiseau qui s'emballe, les feuilles aimantes de l'arbre ami, qui caresse nos envies les plus hardies
·