1
min

Lettre à un jeune gribouilleur

Image de Robert Lee Pime

Robert Lee Pime

19 lectures

6

Ping bang ! Elle te chope par le collet et t'entraîne on ne sait où.
Parfois, tu as du mal à suivre et très vite,  tu trébuches, tu tombes.  Alors elle te laisse à terre et s'enfuit en riant. Les bons mots qui t'ont échappé rebondissent sur le sol et s'éparpillent tout autour de toi. Allongé, bras sous le menton, tu souris un peu béatement. Puis tu te relèves et tu t'époussettes un peu.
Ayant ramassé tes mots, tu retournes à l'endroit d'où tu étais parti, en sifflotant, en boitillant...

Peu à peu, tu apprends à mieux la suivre, sur les terrains cabossés, à travers les buissons de ronces. Tu as un peu peur de te perdre et parfois tu rechignes à avancer ; tu la retiens un peu, tu râles mais c'est en vain. Il ne fallait pas se mettre à la taquiner...

Tu  voudrais savoir d'où exactement elle vient mais tu ne demandes rien, tu ne sauras jamais. Toujours elle te surprend. Elle peut être douce ou violente, naïve ou froide, sereine ou tourmentée. Tu es anxieux quand elle tarde à venir parce que tu ignores comment elle sera.

Pure, sans fausseté, sa voix te souffle ce que tu ne savais pas exprimer. Tu es souvent nerveux et tu écris maladroitement dans ton carnet tout écorné. Quand trop tu hésites, Elle soupire, t'attrape par la main et t'entraîne à nouveau dans une course endiablée...

Tu admires souvent sa beauté,  elle sait être si terriblement belle. Parfois, quand pour un instant, vous vous arrêtez de courir pour vous reposer dans une clairière, près d'une source ou sur un rocher, elle te laisse rêver de son corps sage et te murmure alors tes plus jolies phrases...

...

Il arrive que vous rencontriez sur certains chemins de vieux messieurs qui fument la pipe, les yeux soucieux derrière de grosses lunettes.
Ils voient ton regard affolé, tes cheveux en bataille, tes vêtements démis et ils te jettent un regard méprisant. Ils ont domestiqué la leur, la tienne joue avec toi... « Fichus gribouilleurs! » s'écrient souvent les vieux écrivains aigris...

Ne les écoute pas.
Elle est sauvageonne, c'est sa beauté, la pureté de sa jeunesse.
Ne sois pas pressé de l'amadouer.
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
c'est vrai....et joliment dit!
Image de Duje
Duje · il y a
En quelque sorte être victime son besoin d'écrire . Vaut mieux mal écrire que pas du tout . D'ailleurs la critique est bien plus facile que la réalisation . Courage et bonne chance aux écrivaillons , bienvenue à mon engeance !
Image de Robert Lee Pime
Robert Lee Pime · il y a
La création, c'est la beauté.
La beauté, c'est féminin.
Le féminin, c'est un mystère.
Donc
La création est un mystère ;)

Image de Duje
Duje · il y a
Ignorer possède un côté reposant !
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Allées et venues autour de la muse capricieuse
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Très joliment dit cette fusion avec l'écriture .
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Ah oui ça j'aime beaucoup !
Image de Robert Lee Pime
Robert Lee Pime · il y a
Merci !

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Mon père fut un homme infidèle.  J’avais une dizaine d’années lorsque je pris conscience de cette réalité. Juan Manuel – baptisé ainsi par mes grands-parents, exilés argentins, en ...